Valery Larbaud

Larbaud, Roussel, Toulet...

Mais Camus lui-même a contribué fortement à remonter la cote de Larbaud : non seulement tous les lecteurs de Valery Larbaud lisent aussi Renaud Camus, mais la plupart d'entre eux admettent volontiers être venus, ou revenus, à l'un grâce aux écrits de l'autre !

Jan Baetens, Une vie de refus

Trois juifs paranoïaques

Travers, p 67 (1978) : «Les trois grands juifs qui nous ont façonnés nous ont appris, grâce à la sûreté de leur paranoïa, que tout est relatif, jusqu'à la vérité, et qu'il n'est de discours qui n'en cache un autre (...)».

Lorsque j'ai lu cela (cité dans Du sens), je n'ai pas osé demander qui étaient ces juifs. J'ai imaginé que le "nous" représentant l'Occident du XXe siècle, et peut-être la France, ces juifs devaient être Proust, Freud et Marx.

Cependant, à l'adresse suivante, je trouve ceci, datant de "l'affaire" (2000) : «Les paranoïaques qui nous ont formés, que ce soient Marx ou La Rochefoucauld, Freud, Pascal ou Nathalie Sarraute, nous ont appris que le sens avait une origine, et même plusieurs, Dieu merci : désir ou vanité, terre, ciel, paysage, intérêt ou roman familial.»

Et donc je souhaite vous poser la question suivante : à votre avis, qui sont les "trois grands juifs" évoqués en 1978?


réponse de Renaud Camus (message suivant) :

Marx, Freud et Einstein («tout est relatif»)

L'invention d'achrien

Ouvrons donc sept fois un livre (il s'empare du plus proche, sur la table :Isolde 39), et prenons chaque fois la première lettre de la page de gauche. Non, cette méthode ne convient pas, on n'obtient ainsi que des consonnes. Donc : quatre fois la première lettre et trois fois la première voyelle. C. C. N. J. E. O. E.: (cojenec, jocenec, jeccone, joccène, rien de tout cela n'est envisageable, on dirait des noms pour des unions de jeunesse chrétienne, des adolecents criminels sur des plages romaines, ou des couches géologiques). Prenons plutôt sept mots choisis de façon automatique, les premiers qui viennent à l'esprit : Diane, archer, marque, échange, transe, signe et vol. maintenant les sept lettres qui y paraissent le plus souvent : E. A. N. R. I. C. H. On ontient avec elles raniche, anriche, raneich, chiaren, charien, achrien, chinera, achiner, hinarce, etc. Parmi toutes ces possibilités, c'est achrien qui paraît devoir l'emporter. Il n'existe pas de tel mot dans le grand Larousse. Le plus proche est Achrida, où l'on est renvoyé à Ochrida, qui est introuvable. On trouve en revanche un Ochrid, et l'on vous y conseille de vous reporter à Ohrid : cette ville des Balkans fut autour de l'an mil la capitale d'un tsar qui, par son acharnement, sut presque reconstituer les possessions de Siméon le Grand, le fils de Boris Ier, mais qui mourut d'émotion quand l'empereur d'Orient lui renvoya tous ses prisonniers les yeux crevés. Si l'on ne tient pas compte du h, le mot le plus proche est alors acridien, qui concerne le criquet... Achrien et achrienne désigneront donc ici, à partir de maintenant, les individus sexuellement attirés par leur propre sexe, et tout ce qui se rapporte à eux : l'on substituera ces mots, désormais, à tous leurs synonymes éventuels.

Renaud Camus, Travers, p.90



message de Gab en novembre 2002 : «on a créé tout de même le GAGE, Groupe Achrien des Grandes Ecoles (ou quelque chose d'approchant)».
Cependant, quelques années plus tard, ce titre a été changé, en conservant l'acronyme.
voir aussi Etc. p.36

Définitions de l'Europe

Lorsque j'ai découvert Du sens, je me souviens m'être dit que la définition de l'Europe selon Camus recouvrait les territoires dont les têtes couronnées s'échangeaient filles et sœurs aux siècles précédents, de Kiev à Edimbourg, de Stokholm à Lisbonne. Tandis que la définition qui accepterait la Turquie en son sein serait davantage la définition de la Méditerranée selon Braudel, nous emmenant alors par-delà la mer jusqu'au limites du Sahara, par-delà la Turquie jusqu'aux portes de la Perse.

Mais l'Europe d'après-(deuxième)guerre n'est plus une entité ni historique, ni géographique, son sens (puis-je réellement utiliser ce mot en ce lieu?) est économique, sa légitimation, plus ou moins officiellement avouée, est d'être un contrepoids aux Etats-Unis. Dans cette définition dés-enchantée de l'Europe, il faudrait alors que la Turquie présente un intérêt économique suffisamment important pour compenser les inconvénients d'une situation intérieure fragile. Est-ce le cas?

Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.