[…] non, les personnages du roman le plus vrai ne sont pas vrais, ni vivants, ni réels, mais fictifs, ils attirent si puissamment le lecteur dans la fiction, que celui-ci se laisse momentanément glisser hors du monde, perd le monde et est perdu pour lui, abandonne ses points de repère et, dans son existence de lecteur, en fait sa vie et toute sa vie. Cela ne prouve pas que la fiction a cessé d'être imaginaire, mais qu'un être réel, écrivain, lecteur, fasciné par une certaine forme d'absence qu'il trouve dans les mots et que les mots tirent du pouvoir fondamental de l'écriture se dégage de toute présence réelle et cherche à vivre dans l'absence de vie, à s'irréaliser dans l'absence de réalité, à constituer l'absence du monde comme le seul monde véritable.

Maurice Blanchot, «Le Roman, œuvre de mauvaise foi», Les Temps modernes avril 1947
Ce texte distingue nettement réalité et fiction, et pose que l'"absence de vie" est l'appel auquel ne résiste pas l'auteur comme le lecteur. Ecrire et lire permettent de "s'irréaliser", d'échapper au réel dans une impression de réel supérieur au réel.

A cela, j'opposerais, non en une opposition frontale, mais de biais, la conception suivante :
Cependant m'intéresse bien davantage une conception de l'écriture comme constitutive de la personne, préalable à elle, en quelque sorte, et qui n'est plus seulement sa relation ou son reflet, sa constatation, son exposé, mais bel et bien un instrument de son élaboration.

Renaud Camus, entretien donné à la revue Genesis.
Ainsi, l'auteur serait constitué par sa fiction, il prendrait vie en écrivant, vivrait de son écriture dans un sens originel, (en prenant ici la fiction en un sens très large : tout l'écrit, dans la mesure où il échoue à restituer la totalité du réel, en choisissant ce qu'il expose et la façon de l'exposer, serait fiction), la fiction deviendrait préalable à l'auteur.
Plus exactement, elle ne serait pas préalable mais partie intégrante de l'auteur : les deux spirales d'ADN, l'une fiction, l'autre réalité, inséparables, patrimoine génétique autant de l'œuvre que de l'auteur.

Pourrait-on écrire de même: m'intéresse une conception de la lecture comme constitutive de la personne, préalable à elle, en quelque sorte, et qui n'est plus seulement sa relation ou son reflet, sa constatation, son exposé, mais bel et bien un instrument de son élaboration ?