Il est vrai que j'ai la chance d'avoir une "Société des Lecteurs"...Mais ce site-justement parce qu'il est si bien tenu-n'est qu'un miroir implacable du néant qui fait office auprès de moi de "public" et d'attention critique : n'y interviennent jamais que cinq ou six personnes, toujours les mêmes, en général on ne peut plus favorables à ma cause, certes, mais qui ne sauraient suffire à créer un débat; et qui ne font, bien involontairement, que souligner son absence.

Renaud Camus, Outrepas p.126