D'après la revue de presse de France-Culture , un journaliste du Figaro trouve que M.Raffarin ressemble à Lino Ventura. Il faut vraiment être extrêmement hétérosexuel pour croire une chose pareille... Renaud Camus, Outrepas, p.189

Mon premier mouvement avait été d'écrire un message pincé et offensé, s'insurgeant que cette phrase-là, elle, n'ait pas été censurée... J'ai abandonné l'idée en me disant que c'était gros de trop de malendus.

Mais tout de même, par quoi remplacer "hétérosexuel" dans la phrase ci-dessus? Par "imbécile", ou "aveugle", à mon avis. Et je pense inévitablement au texte de Paul Léon:

« Plus sensible, plus perceptif, plus loquace », disait donc Roland Barthes, c'est là un quasi topos de la littérature homosexuelle : le regard homosexuel voit plus, voit mieux, voit ce qui n'est jamais vu, en tout cas jamais dit, à commencer, il va de soi, mais pas seulement, la beauté des garçons : [...]

C'est Michel Cressole, autre voyageur achrien, qui dans une série de chroniques regroupées sous le titre Une folle à sa fenêtre témoigne avec causticité de la cécité généralisée de la majorité orthodoxe :

« Un photographe hétéro de bonne volonté accompagnait la Folle dans ce reportage à l'étranger : “Pour les portraits de garçons, tu me dis quand tu vois quelqu'un qui t'intéresse”. Eh bien là, dans ce groupe de trois terrassiers, l'apprenti aux cils poudrés, spectaculaire […] Oui, oh oui ! celui avec les gros pieds nus, qui tient sa cigarette comme la tige d'une fleur. Le photographe emmène les trois à la recherche de la bonne lumière, et revient sur ses pas : “Excuse-moi, mais je ne sais lequel tu voulais. Tu peux me le montrer ?” Il fera le coup à chaque fois […] Il ne comprend pas qu'il est aveugle, il pense que c'est elle qui est spéciale. Elle sait pourtant voir les filles aussi bien que lui… » [13]

Renaud Camus quant à lui ne cesse de revenir sur cette proposition l'homosexualité n'est pas une “nature”, elle est au plein sens une culture, et particulièrement la culture d'un regard.


Et toujours cette question: est-ce que c'est vrai ?

Et je repense, toujours avec un pincement au cœur, à cette réflexion de BVP:

Ainsi je soupçonne que la « médiatisation » (par le « charme », la « personnalité », l’intelligence, la « distinction », que sais-je) du désir sexuel des femmes, beaucoup moins « pur », dans l’ensemble, que celui des hommes, a été lentement suscitée par ceux-ci au cours des siècles de leur domination, et à leur seul avantage, puisqu’elle les dispense, eux, dans une large mesure, de la nécessité, pour plaire, de s’entretenir physiquement, de se présenter toujours sous l’apparence la plus attrayante sexuellement, de lutter quotidiennement pour conserver les signes de la jeunesse, et même tout simplement d’être jeunes », et je me dis, avec de moins en moins d'indulgence, qu'être aveugle est une façon comme une autre de vivre avec son laisser-aller et ses certitudes.
Renaud Camus, Buena Vista Park, p.