Véhesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 6 juillet 2005

Complément à la dernière entrée d'Outrepas

Comment, demande en substance Finkielkraut, puis-je m'élever à la fois contre le triomphe de la convention dans le langage ("l'hermogénisme"), pour aller vite, et contre le triomphe de la bonne franquette, du je-suis-venu-comme-j'étais, moi-je-dis-ce que-je-pense et autres modalités coutumières de l'"être-soi-même"? Comment ces deux tendances que je crois relever peuvent-elles triompher ensemble, alors qu'elles paraissent totalement contradictoires ?
Renaud Camus, Outrepas, p.612

Réponse dans L'Etrangèreté, p.29 :

Le "naturel" est un thème évidemment très barthésien. Barthes a bien montré l'ambiguïté du mot. Il en va du "naturel" comme de l'"innocence", j'aime mieux dire de l'in-nocence avec un tiret, ce sont des concepts doubles, dont une acception relève d'un en deça et l'autre d'un au-delà ; ou si vous préférez d'un donnez et d'un acquis. Le don naturel, la bonne in-nocence, sont des objets de longue conquête et d'ascèses, des résultats, pas des dons du ciel, toujours déjà là. "Mon" cratylisme, si j'ose dire, n'est nullement hostile à la convention, au contraire : il la connaît mieux qu'elle même, il connaît son histoire, son passé, il sait qu'elle succède à des strates et à des strates de conventions antérieures, qu'elle n'est jamais qu'une correction, un ajustement, un pentimento. Le mauvais naturel selon Barthes, c'est la convention qui ne sait pas qu'elle est une convention. Mais il ne soupçonne pas à quel point elle est profondément conventionnelle, c'est-à-dire chargée d'histoire, d'ombre, de profondeur, de pulsions, de négociations du sujet parlant avec lui-même et avec le monde sensible. Le Cratyle que j'aime, et que j'invente, peut-être, est plus hermogénien qu'Hermogène. Des Hermogènes, il en a connu depuis la nuit des temps. Et c'est cette nuit et ce temps qu'il veut conserder dans la langue.
Paradoxe, dites-vous, d'un triomphe hermogénien de la convention accompagné d'un triomphe du naturel, de la bonne franquette...»

Ce que savent les lecteurs et ce que raconte le journal

L'un des intervenants du forum de la SLRC craignait que le site prenne trop d'importance dans les journaux camusiens.

Finalement le journal parle peu du site ("Je vois que notre rencontre ne vous a pas beaucoup marqué" (This is royal fun!)).

Je trouve très intéressant de pouvoir se faire une idée de la distance entre ce qui s'est passé sur le site (par exemple, puisque ce sont les "événements" que nous connaissons)) et ce qui est raconté dans le journal, la façon dont c'est raconté, évoqué, ou non raconté. Au total le journal me paraît peu "pittoresque" (dans le sens "riche en ragots et potins"), très tourné vers la réflexion et l'analyse intérieures.

Les paysages et les tableaux sont les moments où l'on sort de soi-même, ils sont même les moyens de sortir de soi-même:

Il faudrait écrire, pour prolonger l'Esthétique de la solitude, une Géographie de la solitude, où seraient recensés les lieux de la terre, ou seulement de l'Europe, où le voyageur peut penser, même en contemplant des horizons très lointains , qu'il s'est pour un instant désencombré du monde, c'est-à-dire de lui-même — de tout ce qui pèse en lui-même.
Renaud Camus, Outrepas, p.51

Si c'est soi-même qu'il s'agit de quitter...


Je précise "réflexion et analyse intérieures": il ne s'agit pas ici de l'analyse de ses propres sentiments et réactions et pensée (une réflexion sur la réflexion), comme ce fut par exemple le cas dans les pages décrivant les tourments générés par Falid Tali. Le mot "intérieures" est sans doute inapproprié, il faudrait plutôt utiliser "personnelles": le journal est moins descriptif qu'analytique en ce qui concerne le monde comme il va, à propos des tableaux, des paysages, de l'architecture, il devient aussi descriptif qu'analytique.

À retenir

Index

Catégories

Archives

Syndication



vehesse[chez]free.fr


del.icio.us

Library

Creative Commons : certains droits réservés

| Autres
Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.