Si le désir hétérosexuel procède d'une illusion organique, généré par les exigences de reproduction de l'espèce, le désir homosexuel, lui, est l'illusion d'une illusion.
Renaud Camus, Outrepas, p.589

Voilà qui est énigmatique. Tout dépend de quel côté on fait pencher le désir, du côté charnel ou du côté plus... que dire, sentimental, affectif? L'illusion hétérosexuelle serait-elle de se penser désir de l'autre tandis qu'il ne s'agirait que de nécessité biologique, et de se penser (ou vouloir se penser) libre alors qu'il ne s'agirait que d'instinct génésique?

Mais comment décrypter "l'illusion d'une illusion"? Illusion d'avoir échapper à l'illusion hétérosexuelle, et donc illusion de se croire libre de la pulsion génésique et d'être revenu (ou parvenu) à... à quoi? A un désir physique libre et gratuit, ou à du sentiment, de l'affectif, pur non lié aux impératifs de la reproduction? Illusion de la liberté, de la gratuité de l'acte sexuel/amoureux? Mais quelle serait alors "l'illusion de l'illusion"? S'agit-il de se rendre compte que cet acte n'est pas gratuit, n'est pas sans conséquence, et que finalement tout l'être est engagé dans la quête de l'autre, tout l'être aspire à rencontrer un autre qui serait "l'autre", qu'il n'y a pas joyeuse liberté, mais quête et manque?

Evidemment, le contexte d' Outrepas fait pencher la balance vers cette interprétation.
Mais je pense aussi à cet extrait plus ancien :

Je n'en ai jamais éprouvé la satiété. Eros est adorable mais trompeur. Il fait miroiter devant nous des plaisirs dont ils nous offre quelques-uns, et quelquefois beaucoup, même, mais cependant jamais assez. [...] Le drame cavafien ne serait en ce sens qu'une exaspération mélancolique, et nostalgique, d'une insatisfaction dont je crains qu'elle ne soit consubstancielle à l'éros, hélas, car il est le monde de la danse des sept voiles, et après le septième il y en a sept encore, et jamais de fin à leurs agaceries. Le christianisme n'a jamais rien dit d'autre. Je regrette d'avoir à lui donner raison. Mais de cette constatation fâcheuse nous ne tirons pas encore les mêmes conclusions, lui et moi.
Renaud Camus, Hommage au carré p 217

Hum... Je ne sais pas ce que je comprends et ce qu'il faut comprendre.