JPB met en ligne un passage du journal 2005 de Pascal Sevran :

J’évoque Dalida sur scène et mon sang se glace à l’idée que, au premier rang de mes spectateurs, ce cher Renaud aurait pu s’étrangler.

ma réponse

C'est le journal 2005, c'est bien ça? Cela fait donc printemps 2007 pour le journal camusien, si tout va bien.

J'aurais envie de rassurer Pascal Sevran. De ce que je comprends des mécanismes du journal, il me semble qu'il n'enregistre, en fait de "sentiments" (par opposition aux réflexions intellectuelles ou observations esthétiques) que la joie pure ou les contrariétés, les déceptions. Je ne sais ce que RC attend d'un spectacle de Pascal Sevran, mais je doute qu'il soit surpris par le fait qu'il s'agisse d'un spectacle de variétés, partant, nulle contrariété ou déception. Je parie donc pour une notation du type "assisté au spectacle de P. Sevran puis dîné au restaurant X où le serveur nous a demandé quatre fois si "ça allait" (avec peut-être une remarque appréciative sur le jeune homme ami de Sevran s'il est présent).

(Voilà bien un pari imbécile permettant de se ridiculiser facilement! Je crois que ça m'amuse.)

remarque le 9 juillet 2009 : rien dans L'Isolation. Entretemps Pascal Sevran est mort, il est possible que RC ait enlevé ses éventuelles remarques par respect. Peut-être le saurons-nous par le journal 2008 ou 2009 (peut-être).
Il est également possible que le spectacle de Sevran en 2005 auquel devait assister Renaud Camus n'ait pas eu lieu, ou que Renaud Camus ait eu trop de travail.