Extrait de la préface d'Orion aveugle de Claude Simon

Si aucune goutte de sang n'est jamais tombée de la déchirure d'une page où est décrit le corps d'un personnage, ni celle où est racontée un incendie n'a jamais brûlé personne, si le mot sang n'est pas du sang, si le mot feu n'est pas le feu, si la description est impuissante à reproduire les choses et dit toujours d'autres objets que les objets que nous percevons autour de nous, les mots possèdent par contre ce prodigieux pouvoir de rapprocher et de confronter ce qui, sans eux, resterait épars.

Parce que ce qui est souvent sans rapports immédiats dans le temps des horloges ou l'espace mesurable peut se trouver rassemblé et ordonné au sein du langage dans une étroite conguïté. Une épingle, un cortège, une ligne d'autobus, un complot, un clown, un Etat, un chapitre n'ont que (c'est-à-dire ont) ceci de commun: une tête. L'un après l'autre les mots éclatent comme autant de chandelles romaines, déployant leurs gerbes dans toutes les directions. Il sont autant de carrefours où plusieurs routes s'entrecroisent. Et si, plutôt de vouloir contenir, domestiquer chacune de ces explosions, ou traverser rapidement des carrefours en ayant déjà décidé du chemin à suivre, on s'arrête et on examine ce qui apparaît à leur lueur ou dans les perspectives ouvertes, des ensembles insoupçonnés de résonances et d'échos se révèlent.

Chaque mot en suscite (ou en commande) plusieurs autres, non seulement par la force des images qu'il attire à lui comme un aimant, mais parfois aussi par sa seule morphologie, de simples assonances qui, de même que les nécessités formelles de la syntaxe, du rythme et de la composition, se révèlent souvent aussi fécondes que ses multiples significations.

Claude Simon, extrait de la préface manuscrite d'Orion aveugle.
NB: je découvre que le texte d'Orion aveugle est repris dans Les Corps conducteurs.
Le début d'Orion aveugle jusqu'à la page 143 est repris au début des Corps conducteurs jusqu'à la page 86.
Les dernières lignes d'Orion aveugle (p.146) sont reprises à la dernière page des Corps conducteurs (mais n'en sont pas les dernières lignes).

Je suppose que les phrases manquantes de p.143 à 146 d'Orion aveugle doivent être disséminées dans Les Corps conducteurs à partir de la page 86 mais je n'ai pas eu la patience de vérifier cette hypothèse.

Voir ici les photos du livre.

Liste de livres commandés sur Amazon par Renaud Camus

Renaud Camus nous fit part un jour de sa déception concernant Amazon. Il travaillait alors sur L'Amour l'Automne.

Je recopie cette liste (de livres qu'il n'arrivait pas à se procurer et qu'il s'est ou non procurés) riche en indices:

- Jane Austen, Peter Conrad (Introduction) : Pride and Prejudice
- Nelly Sachs, et al Nelly Sachs et Paul Celan : Correspondance
- Jean Echenoz : Ravel
- Karl Kraus, Walter Benjamin : Cette grande époque
- Karl Kraus, Roger Lewinter : Aphorismes
- Nelly Sachs, Mireille Gansel (Traduction) : Partage-toi, nuit, précédé de Toute poussière abolie ; La mort célèbre contre la vie ; Enigmes ardentes
Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.