Réponse synthétique suite aux divers messages de F. Matton.

Non le journal n'est pas un simple exutoire et un projet secondaire (et nous avions là un exemple du fonctionnement de sa lecture et sa mémoire [celle de F. Matton], se souvenant de «Peut-être même le journal représente-t-il dans mon cas une sorte de soupape de sécurité» (et zappant le "peut-être") mais pas de «[...] mener une vie entièrement écrite. L'important pour moi n'est pas tant l'influence de la vie sur l'écriture que celle de l'écriture sur la vie.»); oui, il y a une différence entre souhaiter s'effacer soi-même et souhaiter que ne meurt pas ce qu'on aime ou qu'on a aimé et désirer se battre pour le défendre (et abandonner à son sort ce qu'on aime ou a aimé est peut-être très zen, mais absolument lâche); non L'Inauguration n'est pas du cabotinage (je crois que c'est à ce moment là que j'ai décidé de ne plus répondre, par peur d'être trop violente, ou plutôt, le temps que je digère mon étonnement et ma colère, tant de messages avaient été publiés que cela n'avait plus grand sens de répondre.)