"Ar resplan la flors inversa". Apparaît pour la première fois dans Eté, p.152

Raimbaut d'Aurenga est considéré comme un maître du trobar clus ou plutôt du trobar ric, cette manière de composer avec des mots rares, des sonorités étranges et des rimes difficiles. Néanmoins les chansons claires et faciles ne manquent pas chez lui. Cette réputation lui vient surtout, d'un débat qu'il eût avec son ami Giraut de Borneil. Ce dernier défend la chanson facile, le trobar leu, alors que Linhaure apparaît comme un intrépide défenseur du trobar clus: il n'écrit pas pour le commun des mortels mais pour les fins connaisseurs qui savent comprendre ses vers. (c'est moi qui souligne.)
source: lien brisé, équivalent non retrouvé

Cette description semble avoir été écrite pour les Eglogues. A un autre niveau, la simple homonymie aurait suffit à faire élire Raimbault d'Orange pour les Eglogues. Mais une coïncidence n'arrive jamais seule, tant et si bien qu'on se demande s'il y a encore des coïncidences.




Elle est vraiment la fleur inverse.
Renaud Camus, la Guerre de Transylvanie

remarque, sans doute de RC: «N’y aurait-il pas un peu de cette Fleur bleue de Novalis comme «idéal européen»? : "La bonne société de Berlin devrait chercher à acquérir le groupe de Schadow, instituer une Loge de la Grâce Morale et placer cette sculpture dans la salle des réunions."