Prière

Dieu ait pitié de tous les pauvres marins du bateau de la vie littéraire.

Lettres d'Ezra Pound à James Joyce, 21 juillet 1914, p.40

Le projet de L'Ombre gagne

Lorsque je tombe sur ce genre de "coïncidences", je me demande si ce sont vraiment des coïncidences, ou des références oubliées de Renaud Camus au moment qu'il écrivait ces lignes (une pensée qu'il aurait si bien faite sienne qu'il en aurait oublié l'origine), ou d'un silence volontaire dans l'attente qu'un lecteur trouve ces pages.
(Je me dis soudain que la réponse est peut-être dans L'Epuisant Désir de ces choses, que je n'ai pas lu).

La référence à L'Ombre gagne, devenu 325g (le poids du volume), et qui ressemble beaucoup en effet à l'Opus Niger dont il est question dans L'Epuisant Désir de ces choses, est très délicate dans le contexte actuel, essentiellement journalistique, pour le meilleur et pour le pire, c'est-à-dire éminemment a-littéraire, si ce n'est anti-littéraire. En même temps il ne s'agit pas du tout de s'abriter derrière la "littérature" pour échapper à ses responsabilités. Je pense que rien n'est plus "responsable" que la littérature. Et je suis de ceux qui pensent que Brasillach (auquel on m'a gracieusement comparé, dans la non-polémique actuelle) n'avait pas volé les balles qui l'ont percé. Cela dit L'Ombre gagne ou 325g relèvent d'un projet littéraire ou même "philosophique" - si je puis le dire pas trop prétentieusement - qui n'a pas grand-chose à voir avec l'écriture simplette d'un journal, ni avec la controverse actuelle. Il s'agissait de rendre à l'expression déconsidérée "roman d'idées" son sens plein, et de faire un "roman" où les idées seraient les seuls personnages : les bonnes, les gentilles, les monstrueuses, les idiotes, les banales, les inattendues, les révoltantes, etc., toutes, en un carrousel assez semblable, toute proportion de génie gardée, à Bouvard et Pécuchet auquel était d'ailleurs emprunté l'exergue ("Cependant, entre les idées innocentes et les criminelles, comment faire la différence ?") [citation très inexacte, excusez-moi, je suis en voyage]. Il s'agissait d'explorer tout ce qui peut être pensable. Et le prix à payer pour ce privilège redoutable, c'était de commencer par ce qui me semblait le plus absolument inadmissible, et ce qui me semblait le moins pouvoir un seul instant (croyais-je) m'être attribué : l'antisémitisme, en l'occurrence délirant, ou bien l'opinion à peine moins répugnante que le sida était le juste châtiment des homosexuels, une vraie bénédiction du ciel du point de vue moral, la preuve que Dieu s'était réveillé et faisait enfin son travail. Une fois qu'on a passé ce barrage de l'inadmissible absolu, tout peut être pensé un moment - et non pas cru, bien entendu. Il s'agit d'un roman. Et il n'y est pas d'idée qui ne rencontre son contraire rigoureux, de sorte que celui qui les émet est un personnage impossible, personne, Personne, Ulysse Personne, dans L'Epuisant Désir de ces choses. Ce n'est nullement mon cas et l'auteur de La Campagne de France, lui, est bien présent même si on ne lui donne guère la parole. Il vous répond du mieux qu'il peut.

extrait d'une interview donnée à Têtu en juillet 2000.


— Ne craignez-vous pas, en quittant la réalité, de vous égarer dans des régions mortellement abstraites et de faire un roman, non d'êtres vivants, mais d'idées? demanda Sophroniska craintivement.
— Et quand cela serait! s'écria Edouard avec un redoublement de vigueur. A cause des maladroits qui s'y sont fourvoyés, devons-nous condamner le roman d'idées? En guise de romans d'idées, on ne nous a fourni jusqu'à présent que d'excécrables romans à thèses. Mais ils ne s'agit pas de cela, vous pensez bien. Les idées... les idées, je vous l'avoue, m'intéressent plus que les hommes; elles m'intéressent par-dessus tout. Elles vivent; elles combattent; elles agonisent comme les hommes.

Les faux-monnayeurs, deuxième partie, chapitre III (folio p.187)


— Je voudrais écrire l'histoire de quelqu'un qui d'abord écoute chacun, et qui va, consultant chacun, à la manière de Panurge, avant de décider quoi que ce soit; après avoir éprouvé que les opinions des uns et des autres, sur chaque point, se contredisent, il prendrait le parti de n'écouter plus rien que lui, et du coup deviendrait très fort.
— C'est un projet de vieillard, dit Laura.
— Je suis plus mûr que vous ne croyez. Depuis quelques jours je tiens un carnet, comme Edouard; sur la page de droite j'écris une opinion, dès que, sur la page de gauche, en regard, je peux inscrire l'opinion contraire.

Les faux-monnayeurs, deuxième partie, chapitre IV (folio p.192)

Repérage de "Rannoch Moor" : trois thèmes

Au cours de ma recension, j'ai isolé trois thèmes qui m'intéressent plus particulièrement : les relations avec les éditeurs, les remarques à propos de L'Inauguration de la salle des Vents et la remise en route des Églogues.

Les relations avec les éditeurs

- "Paul me terrorise" "Au concours de silence je gagne toujours" (20)
- Paul Otchakovsky et le journal 2000: «Flatters dit que c'est beaucoup demander à un éditeur que d'éditer un ouvrage où il est lui-même sévèrement mis en cause.» (117)
- corrections de Claude Durand. assure que ce ne sont que des suggestions. (165)
- téléphoné à Claude Durand : tout va bien (167)
- correction de Claude Durand de K.310. pas sensible au caractère work in progress du journal. exemple (176) «je tiens plus à mes virgules qu'à mes convictions idéologiques, si j'en ai. » (176)
- Claude Durand et le journal, Claude Durand et les propositions, Claude Durand : si je ne pensais pas que vous êtes un écrivain important, pensez-vous que je vous verserais de tels avances sur droits d'auteur (177)
- Paul Otchakovsky hors de lui à la mention de L'Inauguration (182)
- "couche Durand" (corrections de Claude Durand de K.310): très utile (212)
- à nouveau enchanté des corrections de C.Durand (215)
- passage intouché dans K.310 doit être retiré. annotation de C.Durand "Tout ce passage ne serait pas passé en 2000". RC n'avait rien dit à Paul. «Paul aurait beau jeu de me faire remarquer ... jugement ...Durand..possibilité de publier...pris... en défaut» (230)
- suggestions de Claude Durand pour les passages à retirer. (232)
- Claude Durand très impressionné par L'Inauguration. somme importante : «Otchakovsky en était même indigné» (294)
- aucune nouvelle de Paul. "L'extraordinaire est que je trouve encore des éditeurs pour mes livres" (326)
- très content de Fayard, tout le monde charmant. (334)
- Otchakovsky craint d'exaspérer Sophie (335)
- «virements mensuels de mes deux éditeurs. je ne devrais pas l'écrire, mais quel incroyable miracle, dans les circonstance!.... chèques à un mort» (362)
- le silence d'Otchakovsky dû à la réussite de L'Inauguration (p369) n'arrive pas à lire ce qui est publié chez un autre éditeur (370)
- K.310 et Vie du chien Horla entre dix et cinquante exemplaires par jour. (370)
- «Tu as réussi à court-circuiter les journaux, et à fidéliser un petit nombre de lecteurs...» (371)
- Fayard et P.O.L : «Comment ça, besoin de vous ?» (517) - entrevue avec Paul. les deux censeurs font à nouveau la tête, peut-être à cause des interrogations dans K.310 (517)
- Buena Vista Park et Journal romain (518). CD-rom de Vaisseaux brûlés. des volumes Qu': Que le pape a raison d'avoir tort, Que toute honte bue, il en reste à boire (sur la politique en ex-Yougoslavie). chance inouï d'avoir un éditeur qui accepte d'investir dans les Eglogues. pari: perdre ou perdre (519)
- L'Inauguration oubliée. Fayard se préoccupe du journal 2001. (593)
- fragilité de la position chez Fayard. Hélène Guillaume a eu deux mots inquiétants (606)
- Otchakovsky et Fayard seraient furieux de savoir que RC passe son temps à écrire des éditoriaux. (643)
- «c'est d'la daube en boîte... mais je connais Claude Durand, jamais il ne voudra de ça comme titre» (671)
- Fayard réclame une partie de la copie du journal 2001. (681)
- publicité pour Yves Saint Laurent=en couverture de ce journal. (693)

(remarque : si j'étais éditeur, si RC me proposait "C'est de la daube en boîte" comme titre de livre, je répondrais : «Chiche !»
Avez-vous remarqué l'exergue de Rannoch Moor, extrait d'une lettre que l'un des domestiques de la duchesse de Guermantes envoie "au pays" ?[1] Cela rappelle l'évocation du texte ''Les Bonnes'' page 575.)

L'Inauguration de la salle des Vents

- deuxième couche (31)
- «Comme d'habitude, ce sont les longs paragraphes sans ponctuation qui présentent le plus de difficultés.» (181) Flatters trop critique, Pierre trop indulgent. «en équilibre entre la peur d'être trop sage,... et la crainte de tomber dans des audaces arbitraires» (182)
- doutes sur L'Inauguration. à cause de Flatters. (188)
- troisième couche finie (197)
- «Je suis impatient de voir ce texte-là mis en page. Pour juger d'un ouvrage un peu dense, littérairement, c'est une étape essentielle.» (212)
- «si c'est un désastre ("artistique", bien sûr, car commercial, il va sans dire), ce sera un désastre de nobles proportions ("dans les grandes largeurs", songeais-je plus trivialement).» (213)
- «j'ai été très impressionné, et surtout extrêmement touché, par la pertinence des annotations durandiennes, qui souvent ne portaient que sur une seule lettre... témoignait... d'une lecture pleine d'attention... ouverture, d'écoute et de vigilance.. pas nécessairement approuvé, mais parfaitement compris...» (215)
- L'"Avant-garde" aujourd'hui a un parfum de passé, en somme (215)
- deuxième couche de relecture très utile (256) (RC ne le fait plus depuis longtemps)
- livre ambitieux (258)
- travail sur le second jeu d'épreuves (260)
- il faut aussi, vraissemblablement, que la première lecture soit aussi la troisième ou la quatrième, et que dès la première ligne on ait une connaissance parfait de l'ensemble de l'ouvrage. (260) seule lecture assurée, «la lecture moi». (261)
- Combaz : Claude Durand très impressionné par L'Inauguration. (293)
- somme importante : «Otchakovsky en était même indigné» (294)
- «les derniers amateurs de romans d'"avant-garde", comme on disait dans ma jeunesse, ne songeront certainement pas à aller en chercher un sous cette couverture d'académicien» (313)
- Flatters pour le classissisme de la couverture de L'Inauguration (315)
- «l'Inauguration de la salle des Vents avait fait beaucoup d'effet dans la maison. Même Raphaël Sorin s'en serait déclaré "très impressionné"». (332)
- Noguez, à propos de L'Inauguration: narrateur=un type ivre ou drogué (357)
- le silence d'Otchakovsky dû à la réussite de L'Inauguration (p369) : «Tu comprends, ce livre-là, c'est exactement ce qu'il attendait de toi»
- L'Inauguration déjà oubliée chez Fayard. (593)
- une lettre favorable de Philippe Stoeckel à propos de L'Inauguration (617)

Les Églogues

- «Ce sont des pages — celles de Barthes — presque aussi essentielles pour moi que l'est pour Duparc la préface d'Aziyadé [2] (99)
- "transit par le signifiant" (129) «des liens qui ne se révèlent que de façon rétrospective...de sorte qu'il faudrait tout reprendre depuis le début.» Ricardou cet instituteur (129)
- Starobinski lisant Saussure, Genette, Pierssens, Lebensztejn. (129)
- indexation. de plus en plus de mots. (138)
- indexation de Passage. premier jour vingt pages, deuxième jour quinze, troisième jour dix, puis deux à trois par jour (150)
- côlon, arc, ancre, encre, cancre, tropique, Colomb, etc. poursuite de plus en plus lente de l'indexation.
- fin de l'indexation de Passage. «au fur à mesure que j'avançais je retenais plus de mots... or leurs premières occurences n'avaient pas été relevées... L'entreprise est tout à fait folle.» (181)
- loch Monar : roman, Roman, Norma, Norman, Ramon, Raymond, Ramona, Morand, Morandi, marron, manoir, monarchie, Normandie, Roumanie (475)
- «la boucle est au voyage ce que l'anagramme est à la langue, elle crée du lien» (480)
- Morag, autant dire Margo, Margaux, Morgan, Gramont, Gorman, Gormaz, ragot, argot, Garonne, Marengo, Aragon, bref, tout un roman.Il va me falloir aller dans l'Aragon roman. Bach, Bax, Saxe, Maurice Sachs, Nelly Sachs, Max de Bade et La Maladie de Saxe (484)
- Parlé à Otchakovsky de l'indexation d'Echange. la confier à quelqu'un. «je ne suis pas absolument certain de pouvoir ne serait-ce qu'entreprendre la rédaction du cinquième volume des Eglogues avant de disposer d'un index des quatre premiers.» réédition des premiers volumes en coffret.(518)
- les Eglogues : sept chapitres, troisième volume = troisième semaine du Journal de Travers + trois mois de l'automne. intérêt : «ce côté Vingt ans après (trente ans plus tard)». dans ce décalage : le relief du livre (550)
- arrivée des photocopies d'Echange, Travers I et Travers II. pour indexation (600)
- «(je me suis tout de même arrangé pour finir ma partie de l'indexation d'Échange, avant la Toussaint, mais je ne sais comment on accueillera à la P.O.L cet exemplaire où presque tous les mots sont soulignés...)» (668)
- indexation de Travers en cours (681)
- lettres à Flammarion pour récupérer les droits de Passage et Echange. (691)
- Augustus Carp pour les Eglogues. Livre bien plat (729)
- «Augustus Carp m'a conduit à Augustus de Morgan, et Augustus de Morgan (né en Inde en 1806), à Ada Augusta Byron, Lady Lovelace, ...» (742)

remarque

Il est très réconfortant de me dire que RC se heurte au même problème de circularité que moi (ou moi que lui (!)) : plus on avance, plus on est envahi du sentiment qu'il faut tout recommencer.


Notes

[1] Le Côté de Guermantes, p.566, Pléiade t.2 (1957)

[2] in Le degré zéro de l'écriture

Liste des livres et des films mentionnés par Renaud Camus dans ''Rannoch Moor''

Il s'agit des titres mentionnés, ils ne sont pas forcément lus ou vus pendant l'année 2003. Les oublis peuvent être signalés dans les commentaires, je corrigerai.

Les livres

  • Gérard Guest, Wittgenstein et la question du Livre (53)
  • Pascal Sevran, Lentement, place de l'église (74)
  • Roland Barthes, Nouveaux essais critiques (préfaces à la Vie de Rancé et à Aziyadé), (99) [1])
  • Pierre Péan et Philippe Cohen, la Face cachée du Monde (130)
  • Bernard Delvaille, journal (1978-1999) et (1949-1962) (148)
  • Valery Larbaud, Jaune, bleu, blanc (152)
  • Tanizaki, Eloge de l'ombre (154)
  • Elio Vittorini, Conversations en Sicile (171)
  • Juan Benet, L'Automne à Madrid (173)
  • Michel del Castillo, Gerardo Lain (173)
  • Pierre Benoît, Flamarens (180)
  • Emmanuel Lemieux, Pouvoir intellectuel, les nouveaux réseaux (183)
  • Edouard Valdman, Les Juifs et l'argent, pour une métaphysique de l'argent (187)
  • Rémi Soulié, Le curé d'Ars (193)
  • Søeren Kirkegaard, L'Évangile des souffrances (193)
  • Hobbes, Le Léviathan (198)
  • Pierre Manent, Cours familier de philosophie politique (246)
  • Dictionnaire des œuvres politiques sous la direction de François Châtelet, Olivier Duhamel et Évelyne Pisier (246)
  • Louis Aragon, La Semaine sainte (264)
  • Larousse du XXe siècle de 1922 (273)
  • Grand Larousse encyclopédique de 1983 (273)
  • Alphonse Rabbe, Résumé de l'histoire de Russie (279)
  • Biographie universelle (279)
  • Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (281)
  • Henri Pourrat, Les Jardins sauvages (341)
  • Henri de Montherlant, Garder tout en composant tout (349)
  • Yves Bonnefoy, L'Improbable et autres essais (404)
  • Pascal Quignard, Haine de la Musique (418)
  • Daniel Defoe, The Highland Rogue (445)
  • Xiake Xu, Randonnée aux sites sublimes (445)
  • Stefan Zweig, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (446)
  • Hergé, L'Île noire (452)
  • Blake, Murray, Grant, Gordon, Weir, Allan, McLaren, Scotland's Splendour (462)
  • John Buchan, Les Trente-Neuf Marches (470)
  • Aragon roman, édition Zodiaque (la Pierre-qui-vire, 1971) (484)
  • Martin Winckler, La Maladie de Sachs (484)
  • Antonio Bioy Casares, L'Invention de Morel (484)
  • L'Arioste, Roland furieux, préface d'Italo Calvino (488)
  • Henri de Montherlant, Le Maître de Santiago (488)
  • Yves Bonnefoy, Rome, 1630 (489)
  • Castles of Scotland (495)
  • John Cowper Powis, Les enchantements de Glastonbury (504)
  • Giorgio Bassani, Le Jardin des Finzi-Contini (505)
  • John Cowper Powys, Wolf Solent (506)
  • Bernard Sichère, Je, William Beckford (508)
  • Paul Morand, Lewis et Irène (530)
  • Lewis Carroll, Sylvie et Bruno (530)
  • Laurence Sterne, Tristram Shandy (526)
  • Charles Mauron, Introduction à la psychanalyse de Mallarmé
  • Charles Mauron, L'Inconscient dans la vie et l'œuvre de Racine
  • Wojciech Karpinski, Ces livres de grand chemin (543)
  • Pierre Le Coz, Les Silences de Marrakech (543)
  • Gilles Ascarides, Un roi à Marseille (543)
  • Vincent Giraud, La Relève phénoménologique du concept de vérité chez Michel Henry (543) (mémoire de DEA)
  • Joseph Kessel, Le Lion (551)
  • Alain Finkielkraut, Au nom de l'Autre (558)
  • Alain Peyrefitte, La société de confiance (570)
  • Philippe Besson, Son frère (571)
  • Laurence Sterne, A Sentimental Journey (579)
  • Virginia Woolf, The Common Reader, vol II (581)
  • Sebastian Haffner, Histoire d'un allemand (594)
  • Marcel Detienne, Comment être autochtone, du pur Athénien au Français raciné (594)
  • Platon, La République (602)
  • Anthony Trollope, The Warden (602)
  • Bernard Poulet, Le Pouvoir du Monde (606)
  • Paul-Jean Toulet, Mon amie Nane (617)
  • Adorno, Théorie esthétique (618)
  • Dictionnaire étymologique de la langue grecque (619)
  • Peter Sloterdijk, Alain Finkielkraut, Les Battements du monde (640)
  • Barbara Cassin, Sur la nature ou sur l'étant (644)
  • Eugen Herrigel, Le Zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc (656)
  • Bruno Saint-Hill, Le grand Duel (Nampilly II)) (656)
  • Farid Tali, Prosopopée (666)
  • Jacques Derrida, Genèse, généalogie, genre et le génie (677)
  • Béatrice Mousli, Valery Larbaud (682)
  • Léon Edel, Henry James (682)
  • Richard Ellmann, James Joyce (682)
  • Thomas Carpenter, Ezra Pound (682)
  • Yeats, The Winds among the Reeds (689)
  • James Joyce, The Dead (689)
  • Jean-Claude Milner, Les Tendances criminelles de l'Occident (698)
  • Valery Larbaud, Portrait d'Eliane à quatorze ans (706)
  • Valery Larbaud, Gweeny toute seule (706)
  • Valery Larbaud, Rose Lourdin (706)
  • Valery Larbaud, Beauté mon beau souci (706)
  • Valery Larbaud, Mon plus secret conseil (706)
  • Valery Larbaud, Amants, heureux amants (706)
  • Pierre Jourde, Pays perdu (714)
  • Franck McLynn Bonnie Prince Charlie (718)
  • Léopardi, Zibaldone (724)
  • Quercy roman, collection Zodiaque (725)
  • Limousin roman, collection Zodiaque (725)
  • Sir Henry Howarth Bashford, Augustus Carp (729)
  • Sir Henry Howarth Bashford, Vagabonds in Perigord (729)
  • Ray Monk, Wittgenstein (729)
  • Jack-Alain Léger, Ma vie, titre provisoire (732)
  • Pascal Sevran Souvenirs particuliers (740)
  • Pascal Sevran, On s'ennuyait le dimanche (740)
  • Daniel Crozes, Le Guide de l'Aveyron (743)
  • Jacques de Morgan, Exploration dans la presqu'île malaise (743)
  • Carl Schmitt, Le Léviathan dans la doctrine de l'État de Hobbes (748)
  • Grand Larousse encyclopédique de 1928 (755)
  • Grand Larousse encyclopédique de 1964 (755)

Les films

  • Son frère de Patrice Chéreau (471)
  • L'Homme tranquille de John Ford (490)
  • Barry Lyndon de Stanley Kubrick (490)
  • Good Bye Lenin! de Wolfgang Becker (586)
  • The Trouble with Harry d'Alfred Hitchkock (648) (Mais qui a tué Harry?)
  • Elephant de Gus Van Sant (670)
  • My Own Private Idaho de Gus Van Sant (670)
  • Les Fraises sauvages de Ingmar Bergman (678)
  • Novecento de Bertolucci (686) (1900)
  • Le Guépard de Visconti (687)
  • Prima della Rivoluzione de Bertolucci (687)
  • La stratégie de l'araignée de Bertolucci (687)
  • La Luna de Bertolucci (687)
  • The Dead de Huston (689)
  • Mon voyage d'hiver, de Vincent Dieutre (727)

remarque

Dans la chronologie, Wolf Solent est le seul livre jugé suffisamment important pour être cité dans la période 1960-1969.

Notes

[1] in Roland Barthes, Le degré zéro de l'écriture

Repérage de "Rannoch Moor" - quatrième trimestre

Octobre

Platon. La République, Trolloppe The Warden (602) éditoral vingt-huit du parti. travail de deuil. chapitre Écologie. titre pour le journal 2001. Sommeil de personne. Pascal Sevran. «les livres, mon cher Renaud, on les écrit tout de même pour les vendre, non?» Well, I'm sure I'm not expert. (605) colucheries. consul d'Albanie à Toulouse. jeune sous-préfet, Roudinesco/Bétourné. fragilité de la position chez Fayard. Hélène Guillaume a eu deux mots inquiétants (606) les inexactitudes de B Poulet qui parle de "réhabilitation" de RC par le "Monde". Une caricature de Troloppe s'applique exactement au Monde.(607) le Soulier de satin, Olivier Py; la Nuit blanche. dégoûté par les passagers du métro. Knock et Luchini. les pharmaciens de La Souterraine, ces éternels calomniés. Hedda Gabler. «il y a bien longtemps que je n'avais pas vu une pièce du répertoire classique montée de façon aussi littérale.» (616) «Arrivés au bout, tout de même, on a l'impression d'avoir joué nous-mêmes, tellement c'était laborieux.» Philippe Stoeckel: ... il a eu clinqué... rangement. le vrai travail est un mythe. Il n'y a rien d'autre. les défauts de la traduction de La République. inintelligibilité du texte d'Adorno. => texte bilingue. deux ou trois paragraphes par jour. «Tout occupé à traduire mot à mot, je laisse échapper la signification d'ensemble.» (619) demande d'aide d'un jeune écrivain. «Je voudrais bien, jeune homme, mais je puis.» «L'air de rien, je suis un écrivain maudit, moi, cela me prend tout mon temps!» (620) dégagement du chemin menant aux rochers de Mauroux. subvention obtenue par la slrc. publicité. embarrassé par la laideur environnante. pas l'origine des mots dans le dictionnaire: «C'est normal, puisqu'il est très savant...» économie et œcuménique (623) désir et achat du dictionnaire. «Or je suis très attaché à la virginité, en fait de livres.» (625) opinion de Luc Charcellay sur les mises en scène de Polanski. Phèdre de Chéreau. amoureux de Bruno/Hervé en 1990. Jacqueline Voillat, son voisin, ses déménagements. origine des mots=petites cuillères de la linguistique. Oikos maison. les surprises et les découvertes des traductions. (630) les mots apparentés à génération. «l'extraordinaire profondeur et la durée, au sein de la civilisation occidentale (et sans doute un peu plus), de jugements, opinions ou préjugés qui ont traversé vingt-siècles pour venir mourir à nos pieds, tués par le tardif triomphe de la lente révolution égalitaire.» (633) commun=sans naissance. Nohant, Aurore Sand. Sarzay. M. Hurbain, électricien. goût excellent à défaut de moyens. (635) fin de la visite de la slrc. Bax, Moeran, Walton, Vaughan Williams. (639) livre d'AF et Sloterdijk. enthousiasme de Flatters. AF n'est pas entré dans L'Inauguration. retournement du jugement de Flatters. (641) exemples de syntaxe (642) Otchakovsky et Fayard seraient furieux de savoir que RC passe son temps à écrire des éditoriaux. (643) comprendre les phrases vs comprendre les pages. au cœur de la culture grecque. «on dirait que tout le reste de la littérature hellénique tire ses sens de ces développements-là». être, étant, essence,... etc. déjà des problèmes d'interprétations à l'intérieur de la langue grecque! (644) invitation en Corée. Bernard-Henri Lévy et Tariq Ramadan. Troïlus et Cressida, Jean Puyaubert, le froid. venir à bout de La République : «pour bien faire il faudrait aussitôt recommencer au début». (647) «Les traducteurs sont tout-puissants». «il faut que je me méfie de ma propension à juger excellents acteurs les jolis garçons...» confondu Isabelle et Elisabeth Huppert (648) impressions d'Ecosse + Corée. revu The Trouble with Harry. «J'aimerais vivre dans ce pays-là.» rêverie topographique et instabilité. «Parfois je ne sais même pas s'il s'agit de lieux réels ou si je ne les connais que par les rêves.» (649) promenade aux Cèdres. prix de la plus affreuse clôture. enlaidissement d'une maison sur les hauteurs. (650) systèmes de rides. rigide simplicité no nonsense. Blum à Buchenwald. Platon illogique. la dégénérescence vient de la génération. délire mathématique. consacrer une vie entière à gen-. (654) modèle éthique du charcutier-traiteur (655) description du bureau. «Si je ne retrouve rien, c'est parce que j'ai peur de tout perdre.» (658) "général comte Harispe. [1] faute de ne pas avoir pris Eurostar. Vuillard. confirmer le Dictionnaire des idées reçus. le milieu où évolue Vuillard : principalement juif. Est-ce que toute l'intelligence... étaient juives, environ le tournat du siècle? impression de Jean Puyaubert. exposition Basquiat. bon ou mauvais? «Admire ou meurs!» (662) jeune homme qui n'a rien fait pour être exposé à Plieux. g.e.n au lieu de a.r.c? arké: le commencement et le pouvoir. un nouveau chemin. bois de la Garrière (663) les Garnaudes. dégagement des allées. le chat de Luc Charcellay est mort. le sens va jaillir des mots et du frottement de leurs lettres. la vie et la violence. le confort dévirilise. (667) scopique et sceptique. voir procède du doute, et non l'inverse. le doute et la langue permettent de voir. pas assez fou pour ne pas me rendre compte...que dans les mots... on peut trouver confirmation... de n'importe quelle théorie. "skopélos ???" : rocher. films porno kitsch, dans les milieux militaires platoniciens. sidoniennes

Novembre

deux délires : défricher la forêt et me remettre au grec. un lien= la recherche des passages «(je me suis tout de même arrangé pour finir ma partie de l'indexation d'Échange, avant la Toussaint, mais je ne sais comment on accueillera à la P.O.L cet exemplaire où presque tous les mots sont soulignés...)» (668) la forme "dialogue": très artificielle. assez pâle théorie de béni oui-oui. qu'est-ce qui prouve que les timocraties sont une dégénérescence des aristocraties? «très souvent je suis incapable de suivre ce que disent les gens, par excès d'attention (involontaire) à leur façon de parler» (670) My Own Private Idaho. les règles syntaxiques de la discussions entre cinéastes et critiques. «c'est d'la daube en boîte... mais je connais Claude Durand, jamais il ne voudra de ça comme titre». «le passage de l'ouest est rouvert». Henri Martin, Degouve de Nuncques, Alfred de Dreux. l'amiral de Gaulle et Jamel Debbouze. arabe: comme on dit chez nous. (673) ouverture des chemins dans la forêt. boule sur la voiture. Bandaison sans raison à son âge, «au mien il faut des motifs». Platon et la liberté. «Platon avait dû voir Philippe de Gaulle face à Djamel Debbouze...) (Quand on copie à la main cette traduction on se rend compte qu'elle ne tient pas debout...» (675) ce bois... va transformer mon existence ici. la promenade en forme de &. le docteur distrait de The Trouble with Harry. «lecteur aussi obstiné que mon vieux camarade le Doncel de la cathédrale de Sigüenza, qui lit sur sa tombe. ...destin qui me guette». Derrida et Eribon. livre sur genre, génie, généalogie. Hélène Cixous et les rêves. rêve qui se déroule à Clermont-Ferrand. lèche-cul d'Adimante. discours décapant de Georges Steiner. (679) AF «prend des risques de plus en plus grands. Steiner aussi.» Christian Giudicelli: «Pour que Proust soit invité à la télévision aujourd'hui, il faudrait une émission sur l'asthme.» (681) Fayard réclame ... journal 2001. œuvre de Larbaud a souffert de la vie dispersée de Larbaud. les mauvaises biographies françaises. Pierre: il repleut. Céline: Hapax a remal à l'oreille. Platon et les deux sens du mot comprendre. parler mal ne permet pas d'imiter parler bien, l'inverse est possible–mais pas tout à fait. Onfray contre Steiner. regarder Durand qu'à très petites doses, C'est physique. faire Didier Bourdon.(685) les mots minuscules du grec. empire et empirique. Novecento, 1900. syntaxe du Notre Père. match de rudby. «Mais enfin, vous êtes fou! France-Irlande». traduction de Yeats Sailing to Byzantium par Bonnefoy et Jean-Yves Masson. poème symphonique de Bax, Into the Twilight. The Dead, de Joyce, film de Hudson. (689) Comme toute ma race (oh, ils nous emmerdent!), espérophile, espérotrope, espéromane. (690) «sur le comment»: témoigne d'un scrupule. mère qui rêve d'un œuf, RC qui rêve d'abandon. syllabe pl', ple, plé=remplissage et plénitude. le manuscrit du postier. lettres à Flammarion pour récupérer les droits de Passage et Echange. «je suis pour lui l'écrivain du canton» (691) Deux vrais amis... Monotapa ... l'un fit un livre, et le tapa. cœur fauve=poilu, précise le chaste Bailly. publicité pour Yves Saint Laurent=en couverture de ce journal. discussion à la radio: brouhaha, on ne comprend rien. dispositif pour favoriser les timides, les polis, les délicats. loi contre les signes confessionnels ostentatoires. (694) défaut de réciprocité entre Etats, civilisations. un lecteur australien: Townsville. tensions raciales. (695) succès d'Hedda Gabler. «je suppose que je ne puis pas considérer le Nouvel Observateur comme la loi et les prophètes lorsque pour une fois il est de mon avis, et n'attacher aucune importance à ses opinions quand il ne l'est pas...» (697) Konopniki : communisme et littérature allemande: création juive. Ardisson: l'important en matière idéologique, c'est le médiateur (le locuteur). Milner: antijudaïsme=religion du XXIe siècle. haine de la vérité (aléthophobie). conférence sur la syntaxe à la Sorbonne. article du Monde. Robert Misrahi «la forme c'est l'autre.» (700) AF: malentendu à propos du texte de Syntaxe? vernissage d'Emelene Landon. prix pour la Vie du chien Horla. «j'avais été vivement défendu, mais pas par ceux qu'on aurait cru (ou par ceux qu'on n'aurait pas cru). Ça ne m'étonne pas.» (704) fin de la lecture de La République. naître et connaître. l'amour du grec inquiète Flatters. très bonne note au baccalauréat. fin de la biographie de Larbaud. Larbaud s'éparpille. enfance. Pédophile à la Lewis Carroll? Invitation au colloque sur Larbaud dénoncée par les organisateurs (707) remboursement de la part des impôts. livre d'entretien de Sloterdijk et Finkielkraut. «J'éprouve en en prenant connaissance le sentiment rassurant d'un homosexuel de quinze ans qui découvre qu'après tout il n'est pas tout à fait seul au monde.» (709) la bien-pensance se fendille. les administrations la protègent. Jacques Drillon: l'inventivité est dans les cités. rêve et rêverie de lieux. Paris. voisins bruyants «On les entend faire l'amour, à quoi ils mettent un enthousiasme charmant.» la gare de Javel. Lire impossible. «je ne cesse de me plaindre d'être mal aimé, mal reçu littérairement» Flatters alimente la paranoïa. (713) «Nous voulons tous des gratifications narcissiques pour nous-mêmes.»

Décembre

le Cézallier. (714) «Ecrivain? Ecrivain? Ça alors! C'est bien! C'est très... C'est très... C'est très littéraire...» (715) inauguration de la chapelle de Riom. «Comme ma mère elle n'entend rien de ce qu'on lui dit, mais semble n'en éprouver aucune espèce de regret, ni même en avoir conscience.» (716) syntaxe et insomnie. inadaptation sociale. «à moins que Mr McLynn ne soit spécialisé dans les personnages à prénom double et patronyme monosyllabique». (718) aurait peut-être fait un bon vainqueur, "il s'est montré un vaincu camalmiteux". «Si on ne lit pas les biographies pour se comparer et même s'identifier, à quoi bon?» Anzat-le-Luget=Shepton Mallet. folie commence à déteindre sur Pierre. tour de Besse: trois pièces de la taille d'un studio. entre le Puy-de-Dôme et le Cantal: blanc de la carte. duchesse de Fontages= Marie-Angélique de Scoraille de Roussille. «Est-ce qu'il faut prendre au sérieux Françoise Dolto?» (726) Vincent Dieutre. ami de Casimir Estène. haine de la musique. Augustus Carp pour les Eglogues. Livre bien plat (729) biographie de Wittgenstein le manuscrit du postier : très bien! Jack-Alain Léger peu apprécié de Jean Puyaubert (731) liste de juifs "exactement comme Renaud Camus. «Tout dépend de celui qui parle, des intentions qu'il a, et surtout des intentions qu'on lui prête.» (733) exposition Bazille. absurdité des "grandes expositions". Flatters: Gauguin a commis une erreur. une serviette contenant des lettres d'amis avant la découverte de l'homosexualité. drame un jour de 1966 ou 1967 à Barbizon: «Nous savons tout...» (738) amitiés chaleureuses. mauvaise humeur le jour de Noël «(Ouf, ça va un peu mieux...)» (742) «Augustus Carp m'a conduit à Augustus de Morgan, et Augustus de Morgan (né en Inde en 1806), à Ada Augusta Byron, Lady Lovelace, ...» un texte donné à la revue d'Air Inter. Jacques de Morgan. Huisseau-sur-Cosson. quel roi Jacques? AF et RC : mêmes réflexions parallèles, ou AF aspiré par RC? faire son deuil Jack Lang a parlé favorablement de RC à Pascal Sevran. "se faire un anglais" «Vous n'auriez rien d'encore plus fade?» (747) Carl Schmitt et Hobbes. la liberté intérieure. retournement entre 1938 et 1965. «Il y a aussi un arbuste épineux que j'ai fini par considérer comme un ennemi prsonnel.» (751) le bois. «Il n'a rien à reprocher à sa mère, mais il dit qu'aucun loyer au monde n'est moitié aussi ruineux que celui qu'on acquitte sa vie durant pour les neuf mois passés dans le ventre maternel.» (752) Pierre et la mère de RC. «le pire est que cette exclusion est communicative.» mère de Pierre : «rien de mieux à faire, pour noter des choses pareilles.» (754) Wittgenstein, sa mère et la famille. trois frère suicidés. pas de nouvelle édition du Grand Larousse. trois éditions: 1928,1960-1964, 1982-85. mélange les noms propres et communs => «On cherche ceci, on s'enchante d'apprendre cela, qui n'a strictement rien à voir (sauf cinq ou six lettres en commun). champs conjoints de l'érudition et de la rêverie. Wittgenstein instituteur.(758) ne jamais sacrifier l'individu à la masse. «Un écrivain, pour elle, c'est avant tout un destin. Elle fera plus volontiers cinq cents kilomètres pour voir sa maison que trois cents mètres pour acheter un de ses livres.» (761) «Si je lis une biographie de Wittgenstein, c'est aussi pour ne pas me colleter sérieusement, enfin, avec le Tractatus ou les Investigations. la préface de bertrand Russell, qu'on conduit à reproduire sadiquement. (761) phrase de Vircondelet, "Vénitien de cœur..." l'aristocratie vs la population locale (763) Pascal Sevran et le Gers. enveloppes précasées et lettres de concierge. «Qu'on ne soit pas une "société" mais unêtre humain autonome est devenu statistiquement négligeable...» p.765 exposition de Riom disparue pour Jean Lebrun. "... ses remerciements à pierre, «qui ne sait comment rendre service et faire plaisir». "faire la phrase". (767) verrue plantaire = laideur du mot. «jolie chambre face à la Tay»

Notes

[1] Outrepas, p.409

Rannoch Moor - troisième trimestre

Juillet

les coliques : mieux debout. abbaye Saint-martin-aux-Bois (340) Vichy Célestins (341) âme égale de Pierre. aimer quelqu'un dans sa faiblesse. «à Dieu sait qui, à personne, à la pierre, à la minéralité implacable du monde, à son silence dans la nuit, à son indifférence de caillou. Ce n'est pas le même amour. L'étonnant est que ce soit le même visage, la même patience, le même corps complaisants – pas à mes assauts, hélas; à mes blottissements d'animal accablé.» (343) indifférence de la doctoresse aux problèmes esthétiques. (344) Sir Arnold Bax, Morar. Loft et sous-Loft. délabrement moral, prostitution généralisée (346) «la langue crée la réalité dont elle paraît n'être que le reflet.» (349) comme dh'abitude l'avenir est lent... il chipote (351) musée d'Agen. les gardiens de musée. Le Ballon de Goya. Tocqueville assimile naturellement classe cultivée et aristocratie. les lecteurs. silence du téléphone (356) Noguez, à propos de L'Inauguration: narrateur=un type ivre ou drogué. Vois : déja tout chemin que tu suivais se ferme... (357) [1] goût de l'inégalité, du respect. quelquefois tenir son journal = relever des ruines mal explicables de ce qui parut une pensée à peu près cohérente. (358) riches = pauvres avec de l'argent. "cette absence d'écart sémiotique" (360) l'exemple de Johnny Halyday. Jacqueline de Romilly (361) «A ce degré de silence, continuer relève de la folie» (361) l'argent des éditeurs. Je suis un anatout. obsession de l'Ecosse. disparaître en Ecosse. soutien moral de la SLRC (363) la télévision: miroir cruel ou miroir faux? «Sonia Rikiel (qu'ils confondent d'ailleurs avec Chantal Thomas.» à la radio, creuser un sujet est exclu. recul de la culture (à la radio)// élargissement du domaine alloué à la politique (367) // place croissante allouée aux divertissements. le silence d'Otchakovsky dû à la réussite de L'Inauguration (p369) silence d'AF (370) K.310 et Vie du chien Horla entre dix et quinze exemplaires par jour. «Tu as réussi à court-circuiter les journaux, et à fidéliser un petit nombre de lecteurs...». Molière et les arts plastiques. Tocqueville : vous êtes libre de penser différemment, mais alors vous serez un étranger parmi nous (373) appel amical de S Topaloff. Mme Lloan, cartes postales de son grand-père. (375) la butte sans nom a un nom. Marie-Christine Fort en pleine floraison (376). classes sociales expliquent tout. «Ce qui manque à Tocqueville, à mon avis, c'est le génie. En même temps, et dans une certaine mesure, c'est ce qui fait sa force.» (377) Marx vs Jaurès. Marx ne tient pas debout, mais génial. Tocqueville pas assez fou. Nietzsche plus "affriolant". journal pour déverser la fureur suite à l'absence du libraire qui avait invité Jimmy Rodriguez. «Jimmy faisait bien tôt l'expérience amère de la longue humiliation que c'est que d'écrire, quand on n'a pas beaucoup de succès, ou pas du tout. Il y a trente ans que je connais cela, et je m'étonne qu'il reste indéfiniment de la lie, au fond de ce calice-là.» (379) couilles sujet de préoccupation constant (382) cockring. photographies par Luc Charcellay. portrait aigri vs sentiment de gaieté intérieure. (383) photographie = vérité historique et non psychologique. toutes les traditions, sauf la tradition française. «sans laisser de regrets». l'avantage de ne pas répondre à une lettre, c'est qu'on en reçoit ensuite une deuxième, désagréable. les deux aussi sincères l'une que l'autre. impossible de lire tous les manuscrits qu'on reçoit. après avoir recommandé les rochers de Mauroux au Figaro, entretien du chemin. (386) Morterolles. «Flatters les subsume artistiquement dans la catégorie générale des problèmes de bourse(s)». (387) douleur due au cockring. la tombe de Jean Puyaubert. l'imperméable vert d'Henri Panis. "une mésaventure sémiologique" (389) les "bouleaux fastigiés" [2] maison d'henri james, puis Benson. château de Vita Sackville-West. Orlando. vivre là. Battle, résidence en 1961. (entre Hastings et Battle) Mr Pontifex. «par fidélité à l'essence, matière de rêve, à produire chaotiquement des fleurs en massifs échevelés, pour personne... le sort des empires et de leurs balayures» (391) «Didier Eribon, qui souvent passe ses vacances dans la mémoire de cet ordinateur... à tout noter de ce qui n'irait pas dans un petit carnet gris». maisons de James, Kipling (la plus séduisante des maisons d'écrivains). admirable (Kéribondor (394)). «culture française contemporaine (si ces mots n'oxymorent pas trop)». «conformément à son "image", comme dirait Molière». promenade au White horse of Uffington. promenade en 65 ou 66 en compagnie d'un garçon cubain ou sud-africain. [3] ami de Peter B. séjour avec William Burke (396) Elisabeth Stuart, la Reine d'hiver. (397) Oxford. vol de tout Virginia Woolf. (398) Bruce the Plumber. anglophilie ne connaît plus de bornes. Blenheim Palace, résidence des ducs de Marlborough et lieu natal de Churchill, personnage favori. pareils ciels = inégalable introduction à la peinture anglaise; à la littérature anglaise; à la pensée anglaise; au sentiment anglais de la vie. (401) beauté des paysages. France beaucoup moins chère. «une campagne aménagée pour faire tomber d'amour aux pieds du Créateur, fut-il l'homme.» (402) Didier Eribon. Haworth, famille Brontë. Vivre à contretemps. solitude du crépuscule (plus de touristes). Chatsworth = Et in Arcadia ego. le concept philosophique = profond refus de la mort (Bonnefoy) [4] (404) le sixième duke, quintessence du gentleman. le roi Georges IV, pour un comportement qu'il n'approuvait pas, avait inventé l'adjectif undevonshirelike. (406) les rideaux tirés. on accorde plus d'importance aux tapisseries qu'à l'architecture. village de Laurence Sterne. ordinateur sur une commode naine (408) roi des beaufs, «je déteste érafler la voiture». maison des Brontë.(409) au temps des Brontë on mourait en moyenne à vingt-cinq ans, à Haworth. éoliennes. "je vois des stabulations partout". Mallarmé dans sa préface à Vathek. histoire du sens = histoire du goût. «on ne peut pas se mêler un peu sérieusement de philosophie si l'on n'observe pas avec attention les fauteuils, les fenêtres, les perspectives.» (411) bâtiment du XVIIe siècle en France serait "néo-gothique" : non, plutôt gothique attardé. (411) exception : Borromini. En revanche, architecture du XVIIIe en Angleterre qu'on peut qualifier de néo-gothique. les aventures de la dépouille de Sterne (414) visite de Shandy Hall. Olivier Larronde (415) Bède le Vénérable à Durham (Albert le Grand à Cologne, saint Augustin et Boèce à Pavie, saint Thomas d'Aquin à Toulouse). humiliation de ne pas avoir, seul, le droit de passer (416) Walter Scott, Mungo park, l'explorateur du Niger. Scott mort devant la Tweed. goût de l'Angleterre en avance. l'homme qui tambourine à la porte (419) AF et la Vie du chien Horla. Flatters enthousiaste devant le soutien public d'AF. visite gâchée par des guides directifs. McTaggart nul et ne manque pas de personnalité : pas incompatible. James Paterson: ressemble à du mauvais post-post-post-impressionnisme, mais date de 1887 : on peut l'aimer. Renan : «la vraie admiration est historique». pas d'admiration pour la série des Sept sacrements de Poussin. collection prestigieuse du National Gallery of Scotland.

Août

les fenêtres britanniques qui ne s'ouvrent pas (423). Michelin. restaurants. "cuisine tapette" (425) «J'habitais à deux cent mètres d'ici.» un ancien théâtre. «Elle me demandait des conseils d'accent pour interpréter une Italienne (la France, l'Italie, tout cela était un peu pareil, vu de Perth).» «Je ne m'en étais pas avisé à l'époque, mais sans doute ne m'envoyait-on qu'au sein de familles catholiques. Un de mes oncles s'était converti au protestantisme, au grand dam de ses parents. On ne voulait pas que ça recommence.» (427) mariage homosexuel. vieux projet de livre : Que le pape a raison d'avoir tort. tenue indécente des jeunes filles de Perth. «une journée qui comptera parmi les plus belles et les plus heureuses de ma vie» (430) les claquements de portes seront ma perte. baptême, scène de ménage. la Tay, Kinnoul Hill et Kinnoul Terrace. [5] obélisque Graham. «Cependant on ne se débarrasse pas si facilement d'un homme qui a mûri quarante ans son projet. (435). le tourisme et les pylônes. (436) «ce lac zoroastrien (I mean zarathoustratic)». les moustiques, midges "mangés tout en mangeant" (438) accession au trône d'Ecosse par l'assassinat. ressemble à la Russie. querelle sémantique bard-baird. Anne et Patrick Poirier. Seringapatam captured by storm «On ne devrait jamais faire un pas sans son encyclopédie en quinze volumes, portées par quinze esclaves en turban» (439) Mme Verdurin s'évanouit. scotomanie = pas de frontière, porte sur du vide. Rannoch. «Pourtant ce n'est pas fini, ce n'est jamais fini, c'est nous qui sommes finis, ravagés de finitude, de manque de temps, de manque d'argent, de livres à rendre, de nuit qui vient : quand bien même on y consacrerait sa vie (et c'est tentant) on sait bien qu'on serait impuissant face à ce vide adorable, terrible et toujours dérobé, auquel nous sommes aussi peu commensurables qu'à l'énormité des bibliothèques.» (442) «il faut les voir, les terres, sur la rive sud : il n'y pousse que des nuages!» une mère formidable qui avait laissé mourir de faim son autre fils. =>misogyne. les batailles de clans. les MacGregor = une calammité. «C'est le grand avantage de l'Hisoire : elle est un auteur difficile.» le père de Jean Puyaubert : je suis un auteur difficile! «Je vais inscrire ça sur les registres d'hôtel, quand on me demandera ma profession : «Auteur difficile.» (444) tombe de Rob Roy. MacGregor = des victimes. Degoe, Walter Scott. le chef actuel des MacGregor, un jeune homme. «Il écoutait d'un air poli de vieilles dames lui parlant avec exaltation.» Nous fûmes, nous contemplûmes (445) Let them be left, wet and wilderness. quelle premenade préférée? on se croirait en Chine, en Italie. destin des hôtels en perdition (baisse des prix, baisse des prestations, baisse de fréquentation, etc) "guide des hôtels déchus, à l'usage de mégalomanes désargentés". les Stuarts en Pologne. (447) le sourire de la reine Victoria : «Mais je souris, là!» (448) sodier's leap, maiden's leap. "même pas mal, si ma mémoire est bonne". comme dirait Machin-Truc. loch Ericht, à seize ans. une des zones les plus désertes de Grande-Bretagne). infériorité matérielle, physique, de l'architecture moderne. «Qu'est-ce qui pousse une société à ne plus rien édifier que de provisoire et de médiocre?» (451) néo-tout ce qu'on veut. grossièreté spécifique aux groupes. profité philosophiquement pour tirer un coup. villages artificiels pour fixer la population clanique. paysages plus grandiose, civilisation moins douce. nuit dans la voiture. une femme qui n'a jamais dépassé les deux maisons hors du village. le sculpteur Jeanclos «dont j'ai dit le plus grand mal dans le dernier volume paru de ce journal [6], sans savoir alors que son véritable nom était quelque chose comme Abramowitz, mettons.» (454) fantasme de résidence = celui de l'amour. baignade nus dans une crique. Flora MacDonald. bien installé pour écrire (456) Flora MacLeod of MacLeod : rêve ou réalité? (456) Julie, auto-stoppeuse, Oregon. dans les jardins d'Eugene. en grande pompe, littéralement. Caiestel Camus, comme par hasard very ruined. Et les hommes remuaient plus d'ombre avec une bouche plus grave, les femmes plus de songe avec les bras plus lents. [7] (458) pique-nique qui eût relevé de la vie privée des dieux sans les midges. nuit dans la voiture. pas de petit déjeuner si pas dormi dans l'hôtel. Ecossais fort peu accueillants. arrangements séculaires et biscornus. mauvaise humeur. le chef, très aimable, fort sale, à moitié saoul, est venu nous dire son amour de la France (261) Scotland's splendour (462) «Loch Coulin is lovely, but you won't see it». la mer aussi est un manque. le journal : implique d'écrire vite, «lorsque la phrase et le paragraphe sont finis, on est un peu étonné de l'opinion qu'on vient d'exprimer» (464) «On sait à peine qu'il existe encore des endroits aussi beaux sur terre.» (465) l'Ellisson de Poë. végétation rare = naturelle. pictes. expulsion des habitants remplacés par des moutons= «combien de politiques, et "culturelles" encore, éducationnelles, n'aboutissent à rien d'autres?» statistiques pour la première fois (467) poivrots, chasses d'eau (dans l'oreiller), camions. prix des chambre par chambre ou par personnes? restaurants revêches, heures des repas. la restauratrice de Plieux. «elle se relâche», devrait venir en stage.(469) Ecossais comme Italiens, assaillis de touristes depuis cinquante ans. vie rude, pas de tradition d'hospitalité. topos de l'inhospitalité, cf Les Trente-Neuf Marches (470) préjugé contre les côtes et contre l'est (anatolophobe). amour pour le soir, l'occident, ce qui tombe. feu la reine mère, mon amie de l'été 63. bonsaïs de menhir. devoir quitté la chambre avant dix heures (472). Pas de musique d'ambiance. sur les traces de sir Arnold Bax. "Tu dois savoir, mon p'tit journal"(473) pictes. femme à la fenêtre (475) des jeunes gens sautant dans la rivière, jolie scène pour le journal. nuit dans la voiture. titre redoutable de duchesse d'Argyll, rendu infamous par l'épouse du onzième duc. tourisme: possibilité de se faire enchaîner. bouleversements des rapports chronologiques en architecture. France = romantique tardivement. «la boucle est au voyage ce que l'anagramme est à la langue, elle crée du lien, comme disait M.Douste-Blazy quand il était ministre de la Culture» (480) au petit château roide en forme de L à manches courtes. «il te les japonise en douceur, un peu comme Debussy fait pencher vers Bali». matière du temps, du temps et du temps (weathertime). intime jusqu'au profond des canapés. «C'est une bonne idée que de mettre les morts en haut. On les voit en traversant les rues.» (481) branche d'épinard éponymique. «d'où j'écris ceci en tâchant d'ignorer les femmes de chambres qui font claquer les portes et retentir les aspirateurs». Arnold Bax, l'hôtel de Morar, une femme à l'œil au beurre noir. société des amis de Bax a dépéri : «Il resterait bien moi, mais j'ai déjà assez de mal avec mon propre destin sur les bras, sans compter celui d'Othmar Schoek. (483) «Au fond du loch Uamh... Charles-Edouard Stuart, qq kilomètres plus loin, un an plus tôt dans son histoire, un an plus tôt dans la nôtre. C'est L'Invention de Morel. (484) «La porte de la chambre ne tiendra plus longtemps». jeter du mouron pour ses petits ennemis. Flora MacDonald, autre amie à moi. «les femmes de chambre sont sur le pont-levis... déboucher sur cet écran et commencer d'aspirer la phrase.» (485) obésité. très laid, ou plutôt très troublant (487) agencement des volumes. rapport de la Grande-bretagne du XVIIIe siècle avec l'art gothique. architecture rêvée par les peintre. La mort de la chevalerie dépeinte par Calvino dans la préface à l'Arioste. Bonnefoy (longue note de bas de page : profusion du réel et limites de la personne.) [8] rêve: il faudrait deux mots (489) cette nostalgie de nostalgie. changement des noms des comtés, Middlesex. ce pays délicieux : n'a aucune "image". Gainsborough : bcp aimé, plus aimé, aime à nouveau. "je pratique beaucoup les gift-shops" (492) Proust, Perse, Baudelaire. Robert Burns. devoir distraire les gens qui n'ont pas appris à se distraire. (Eribon) (494) Carlisle. désordre de l'architecture dû à des bombardements ou urbanisme moderne? architecture des villes. semble plus abondante en Angleterre. vêtements des jeunes filles. le "style pute" (qd Josyane Savigneau n'écoute pas). Garçons à part. (497) virilité et civilisation. bruit des femmes de ménage «(sur ma tombe je ferai graver : «Veuillez fermer doucement»)». Wordsworth. Elgar. Enigma variations quand j'avais quatorze ans. statue d'une jeune morte très dévêtue. nombreuses églises dont on ne sait que faire. églises désaffectées et églises payantes. tout est payant en Grande-Bretagne. pas les autoroutes (501) pas la peine d'introduire la Réforme pour en arriver là. cathédrale de Wells. la ville entière est une merveille. "insomnie... campanairement mesurée". Rêvé du chien Horla. Giocate, giocate... [9] «Toutes les routes mènent à Shepton Mallet». journée du 19 août à la manière des Eglogues. cavaliers... : cf p.493, "mais toujours la blessure..." : cf p.489, "je ne sache pas qu'aucune ait considéré les tombeaux" : cf p.404. tour effondrée six fois. Beckford absent lors des effondrements. visites guidées insupportables. Wolf Solent. «J'ai décidé de réformer ma vie et de me montrer plus compréhensif envers les êtres et les chiens.» (507) Même Jacqueline Voillat (...) parle de mon caractère tyrannique. l'épagneul de mon père, le chien Gogol (508). on trouve tout à Longleat, sauf une brochure sur Longleat. le marquis qui se prend pour un lion (509) «... ses Mémoires, en plusieurs volumes déjà parus (et pourtant on en est qu'à ses vingt ans.)» homme d'affaires de génie. triomphe de la grande industrie ducale. conviction profonde//prix extrêmement élevé. caricatures. Stonehenge. Tout est payant. Rodmell, chez Virginia Woolf. (513) «Est-il fatal que les gens qui ont raison soient toujours aussi rasoir, même après leur mort ?» (514) orme de Virginia Woolf est mort. un Eribon dans la conscience de Woolf. (515) médiocres calculs en échange d'un peu de liberté (516) Banton, Bax, William Walton. musique réactionnaire britannique, si ce n'est pas un pléonasme. entrevue avec Paul. les deux censeurs font à nouveau la tête, peut-être à cause des interrogations dans K.310 (517) Parlé à Otchakovsky de l'indexation d'Echange. la confier à quelqu'un. «je ne suis pas absolument certain de pouvoir ne serait-ce qu'entreprendre la rédaction du cinquième volume des Eglogues avant de disposer d'un index des quatre premiers.» réédition des premiers volumes en coffret. Buena Vista Park et Journal romain (518). CD-rom de Vaisseaux brûlés. des volumes Qu' Que le pape a raison d'avoir tort, Que toute honte bue, il en reste à boire (sur la politique en ex-Yougoslavie). chance inouï d'avoir un éditeur qui accepte d'investir dans les Eglogues. pari: perdre ou perdre (519) lettre de Lawrence d'Arabie à Elgar. deuxième symphonie. le jardin et la sécheresse. AF ravi de la Vie du chien Horla. rien sur L'Inauguration. «on finira de percer ce mystère, comme tous les autres, quand on aura cessé de s'en soucier» (521) lettre anonyme d'un admirateur de Gilles-martin Chauffier (522) lettre d'Elisabeth sans nom de famille. «toute parole ne vaut que signée». mauvais caractère : en aveugle hommage. mélange ethnique de Paris. les blancs, une race, un peuple. «les mots n'ont plus que leur sens juridique... dépoétisation, littéralisation,...» (524) les records en athlétisme. les observations ethniques. anticatholicisme de l'Angleterre entre 1650 et 1800. traduction de Tristam Shandy par Mauron. (526) mental reservation. pages sur Tristram Shandy. (toujours la vieille blessure se réveille (cf p.489)) Eribon et l'orage (531) débat courtois antisémitisme/antisionisme. (531) «L'antisémitisme moderne, tel du moins que le définissait cet invité d'hier de Brice Couturier, dont je regrette de ne pas avoir retenu le nom (Ancel? Anselme?), reprocherait aux juifs, au contraire, de devenir un peuple comme un autre, et prétendrait les en empêcher.» (532) Bertrand Cantat assez sexy. silence absolu de la presse, de AF, du site des lecteurs. «j'écris quelque chose, bien sûr, mais je n'écris pour personne...» le spam, obsession phallique : idem chez Sterne. nez, sexe, argent, lettre, littéralité de la lettre. la blessure. «Tristam Shandy est le roman de la naissance difficile.» (536) die Böse Wunde/wie sie hellen? même père que ma sœur. vente des premières éditions de Shakespeare. objets d'art = propriété nationale (539) droits de succession exorbitants en Angleterre. haine démocratique du privilège. tableaux peints pour qu'on vive avec, les maisons pour être habités.

Septembre

Rosenberg, championnat d'athlétisme : jamais aucune référence à l'origine ethnique des personnages. le deuxième antiracisme, devenu religion d'Etat. définition du premier et deuxième antiracisme. (542) sujet tabou, faire comme si. «Décrivez ce Titien, mais ne mentionnez pas les couleurs (c'est un vieux sujet de querelles). Résumez l'Iliade, mais ne faites aucune référence aux dieux (ça fait toujours des histoires). Racontez la guerre de Cent Ans , mais sans allusion aux appartenances nationales (il y a beaucoup de petits Anglais dans nos écoles; et d'ailleurs, les "appartenances nationales", vous savez, au XIVe siècle...).» (543) "le plus lent lecteur de la terre". Deux vrais amis... Monomotapa ... et le tapa [10] méthode plus radicale pour se brouiller avec ses amis : leur envoyer ses livres ou les leur dédier. «Je suis émerveillé par l'invention que témoigne à mon égard la déception, par son art admirable de se renouveler sans cesse, ... » (544) «En fallait-il plus à mon pauvre cœur imbécile pour se monter la tête et le bourrichon et pour se persuader – tremblez, ennemis de la France! – que cette fois l'heure de la justice avait sonné? Romans de la rentrée + Colette Kerber = L'Inauguration de la salle des Vents : voilà le raisonnement qui se tient entre oreillette et ventricule, malgré mes pressantes admonestations de vieux routier du mécompte.» vulgairement, mais flatteusement, "une grande gueule". la Patagonie, la Patagonie [11] (545) la blessure de et dans Tristam Shandy. organisation en réseau. Locke. le mot, la vie, la blessure, le temps (547) Adler, remarques sur les juifs russes. les Eglogues : sept chapitres, troisième volume = troisième semaine du Journal de Travers + trois mois de l'automne. intérêt : «ce côté Vingt ans après (trente ans plus tard) dans ce décalge : le relief du livre (550) les lettres anonymes. Le Coz : «aucun auteur contemporain... se soucie aussi peu de ses intérêts.» le Lion de Kessel. difficulté à changer de café. idem: ne peut quitter France-Culture. "bonjour tout le monde" l'ordurier: le langage du gnangnisme dogmatique. (553) sociologie vernaculaire = catéchisme. Mahler ou Frank Sinatra. un toit, un nouvel emprunt. mes livres... paraître=disparaître, comme la vérité pour Heidegger.(556) bonheur. à quelques insultes près, que d'ailleurs je lui rends bien (je ne sais même plus qui a commencé) (557) «Elle a compris, dans sa géniale bêtise, que l'essentiel est de tenir la langue.» AF envoie son livre : que faire? Tristam Shandy quid du texte original de Sterne? (560) passages grossiers : "j'en rencontre beaucoup ces temps-ci, et non sans un certain, dans le Journal de Travers, que j'épluche pour Travers III. les gens à l'aise avec leur sexualité ne sont pas graveleux. (562) «La question de savoir si Loana du Loft a plus ou moins de style que je n'en ai reste ouverte, j'espère, mais que Steevy ait plus d'à-propos, ce n'est, hélas, que trop vrai...» couille capricieuse, caracolante. «les couilles des gens, et surtout de vos amants, sont un sujet sur lequel mieux vaut ne pas faire trop de plaisanteries». cockring de plus en plus serré. «Cela n'a pas que des inconvénients.» (565) pluie : refaire le toit. l'air : alangui comme le faune de Barberini. deuxième symphonie d'Elgar. accord parfait (566) non, première. «Je ne sais pas comment nous arrivons à survivre parmi tant de vérité.» la fin de Tristam Shandy : l'impuissance du signe. le petit chauve en col roulé. opération à titre préventif. Flatters et Darty. le défaut de parole. «il n'y a personne derrière les sexes (je résume farouchement)» (570) le temps, la parole, respecter un rendez-vous. deux dobermans. Orage : le fond de son caractère, l'héroïsme. Flatters et Riom. très contents des gens, affligé du lieu. réflexion générale sur sa vie. la slrc. échec de Flatters : dû aux liens avec RC ? (574) «Qui est dans le vrai, des monstre de la nuit ou de l'aube qui les dissipe?» "Les bonnes" la petite jeune femme, boléro pelucheux à motifs de Mickeys= Mme le premier Président. (575) dévaluation de la mort. dévaluation de l'Etre. plus de respect. égalité/inégalité. Valdman: défense de l'argent comme instrument de l'altérité et de la liberté (578) A Sentimental Journey. Meilleur – et aimé. Proust. une sémiotique de la gentillesse. Virginia Woolf sur A Sentimental Journey : Sterne insiste trop sur sa bonté d'âme pour que cela ne soit pas louche. (581) "sémiotique de l'aménité". AF et RC : l'Autre et le Même, pour désigner les mêmes. Deux articles de presse. Michel Crépu, Maurras et K.310. pas de plaisanterie. bibliothèque. (583) Douste-Blazy : la culture = réduire la fracture sociale. recherche sur Morar. Sir Arnold Bax. (585) Good Bye Lenin! «Pierre dit qu'il va être bientôt obligé de me faire voyager dans un pays imaginaire, le long d'itinéraires biscornus». enlaidissement du paysage pas vu car pas de mots. vivre à Moniaive. "certains lieux : on s'y voit demeurant". «Elles sont commes ces garçons de campagne qui rendraient fous San Francisco ou Ibiza mais auxquels personne n'a jamais songé à dire, à Saint-Haon-le-Châtel ou Teurtheville-Bocage, qu'ils sont des merveilles de la nature.» (589) souci. Une plaisanterie de langage devient la règle. «Nous y assistons cois» La Vie rêvée des anges : Je veux descendre! (591) impression de solitude et d'indifférence. Hic est locus patriae cf p.404 Jacques Dewitte. contre Alain Roger. le paysage. L'Inauguration oubliée. Fayard se préoccupe du journal 2001. (593) Sebastian Haffner. Marcel Detienne. couverture vs contenu. Flatters consulté par des inconnus sur la façon de mener leur vie. le style atroce de Detienne. comparaison unification de l'Allemagne//désunification de la France. (598) journée du Patrimoine= ne pas battre sa femme durant la journée de la Femme. douleur au talon. cockring dangereux. Vaisseaux brûlés : un coup de chiffon =>améliorer les seins de la sirène de proue ou disposer un joli canon tout neuf à tribord. arrivée des photocopies d'Echange, Travers I et Travers II. pour indexation.(600) erreurs du Monde: Joyce enterré à Zurich, Rilke à Raron (Rarogne), et non à Genève.

Notes

[1] Yves Bonnefoy Hier régnant désert, "Menace du témoin" II

[2] cf L'Inauguration de la salle des Vents

[3] Été p 195 et 229

[4] Yves Bonnefoy, L'Improbable, "Les tombeaux de Ravenne"

[5] Eté p.215 et 231

[6] K.310

[7] Eloges, "Pour fêter une enfance", III Saint-John Perse

[8] "mais bientôt la blessure se réveille" Rome, 1630

[9] Il Giardino dei Finzi-Contini Einaudi 1962 p.83

[10] Toulet via La Fontaine

[11] "Il n'y a plus que la Patagonie, la Patagonie qui convienne à mon immense tristesse", Cendrars, Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France

Repérage de Rannoch Moor - deuxième trimestre

Avril

«On recommendera d'éviter ces parages par les fins d'après-midi de mi-novembre, quand on vient de découvrir la lettre par laquelle nos amours nous expliquent, sorry, que décidément, réflexion faite, et sans vouloir nous désobliger, rien de personnel, elles préfèrent Jean-François, ou Marie-France.» (179) forêts lieu non favori. Flamarens de Pierre Benoît. (180) marxiste à l'envers. tout est une question de classe. fin d'indexation de Passage. mise au point de L'Inauguration. le vrai et le faux concept insuffisants pour chercher la vérité (183). teneur en vérité, plus vrai que faux ou plus faux que vrai. «Si l'on ne devait produire que des vérités pures, bientôt il n'y aurait plus de vérité du tout, sur le marché. C'est d'ailleurs exactement ce qui nous guette.» (184) les corrections de Durand sur "les Arabes de France". mal au talon. égalité dans la santé. l'argent= du côté de la liberté. (187) empêcher ceux qui ont de l'argent d'en profiter par passion de l'égalité. mal au gencives. doutes sur L'Inauguration. la faute à Flatters. (188) les chevreuils « où il ne se passe rien, pas même l’attente de ce qui viendrait ensuite » [1] (189) rite, règles, pas un jeu. (189) mise au point de K.310 avec Otchakovsky. honneur de Jean Daniel. montrer ou ne pas montrer les "trous, les passages censurés. (190) le mot race, actrice du Français [2]. encore mise au point de K.310. dialogue avec Weitzmann (191) la nuit, les étoiles, les lumières. «Je donnerai n'importe quoi pour vivre dans un pays beau» (193) les vieux chemins : ce qu'il en reste : vous ravissent ou vous désolent? (194) Hobbes//pillage des musées de Bagdag. (195) il ne faut pas d'interrègne (Allemagne, Vichy, Louis XVIII, etc). l'honneur privé et l'honneur public. «les retraits ne sont guère ma pente» (198) Hobbes (198) The thougt is quick. enchaînement des pensées, ponctuation, orthographe, sens, les sens, premier et relique, le discours mental (201) médiocrité d'Arte. 21 avril=un auditeur sur cinq ne redoute pas qu'un tel événement se reproduise. contre la décentralisation car cher et baisse le niveau de compétences (204) Hobbes : les lois rendent les hommes inégaux. (206) les édifices philosophiques sont branlants (207) le tic "en même temps" (208) Berwald, la "Sérieuse" et la "Singulière". la Capricieuse. (209) musicien du futur car ne pouvait qu'être reconnu dans le futur. «Cette espérance, au demeurant, a été largement déçue.» (210) l'orthographe des noms propres étrangers. Léopardi (211)

Mai

correction des épreuves de Vie du chien Horla et K.310 "couche Durand" (corrections de Claude Durand): très utile (212) Inauguration : «Je suis impatient de voir ce texte-là mis en page. Pour juger d'un ouvrage un peu dense, littérairement, c'est une étape essentielle.» (212) si c'est un désastre, «ce sera un désastre de nobles proportions» (213). caractère éminemment conjoncturel des appréciations (l'humeur, etc). Sur trois grandes saisons m'établissant avec honneur, j'augure bien du lieu où j'ai fondé ma loi [3] (214) proposé à AF de lui dédicacer L'Inauguration. de nouveau enchanté des corrections de C.Durand (215) cpte-rendu de l'AG 2003. Rémi Pellet (216) Franck Chabot. (217) bordée de jurons contre trois personnes qui parlent fort (218) bruits, chemin, mobylettes. souvenir de tapage nocturne. la littérature à la TV. les Xenakis. Rozinès et Angot. «mes amours des autres sont bien mystérieuses.» Pierre et les ventes de RC.(221) métaphore du Tibet et du jugement de Salomon (222) le docteur «ça ne ressemble pas du tout à M. Camus». (225) Darrieussecq : RC très antipathique. Inauguration dédicacé à AF: est-ce une bonne idée? (226) au lieu d'Albert tu as mis Renaud. retrait des passages concernant Michèle Lévy. (227) "bizarrement, les personnes qui vous envoient des lettres d'insulte ne tiennent pas à les voir reproduites, en général». Darrieussecq «en fait de truie elle était plutôt notre "vache à lait"» (228) «Mais à force de patience et de diplomatie j'arrive à entretenir d'assez bonnes relations avec moi.» (228) index K.310. encore l'orthographe des noms propres. (229) encore des modifiactions dans K.310. (230) «le journal a toujours un dangereux effet grossissant». (231) la fin des journaux? (232) intégralité du texte sur l'influence juive avant retouche (232) «il ne voyait pas très bien ce que je voulais dire par... Et pour dire tout la vérité je ne le voyais plus très bien non plus.» (236) Me Rappaport : impressionné «par les pouvoirs de l'écriture», la capacité du style, du travail sur la phrase...rendre parfaitement acceptable. (237) petite-bourgeoisie, Tibet, Salomon. (238) le retard dû à l'appartenance sociale ne se rattrape jamais tout à fait (240) classe cultivée. Otchakovsky contre "les juifs", "les Italiens", "les catholiques", etc (243) Hobbes. un seul ne renonce pas au droit de punir. l'école contre les livres car signe de classe (248) professeurs empêchant des élèves de passer leurs examens (249) noblesse de la fille d'Ingrid Bettencourt. (250) trois fausses critiques sur son site [4] (250) 50 tribus qui font la France (252) Hobbes et exégèse biblique. opération de l'hernie prévue (256) silence d'AF. quelques pages assez réussies <=> désir de refonte (258). Inauguration livre ambitieux. (258) crépi. revue de presse du monde arabe. le contexte pour une lecture heureuse de L'Inauguration. [5] «On évitera la lecture Fogiel» (261) opération de l'hernie. Grillet, de la Bibliothèque nationale : "pourrait parler de moi pendant des heures". tatouage d'un joli jeune homme. La semaine sainte. (264)

Juin

pourquoi cette rotation des patients dans les cliniques? (266) douleur post-opératoire. protestations de Farid Tali. les fautes de français du "vice-ministe" de l'Education nationale. Jacques Drillon : «Godard... chemise moche, on le vexe vraiment» (270) «ma manie de dire ... ce que je pense, passe encore, mais aussi ce que je vois, ce que j'entends, ce que j'observe ou crois observer.» (270) Farid Tali revient sur son autorisation. Hobbes, Rome absente. Pierre 1er, règles des successions russes. (272) perte d'informations entre les dictionnaires (273) les prénoms identiques, Pierre, Ivan, Anne, Catherine. "gouvernement par les amants", ou par le membre viril. (275) destin d'Ivan VI. [6] (278) plus de Grand Larousse (279) Alphonse Rabbe. perdu la moitié de son nez (280) Tocqueville. les droits de succession. besoin d'une classe cultivée héréditaire. passion de Tocqueville : la liberté (286) se résigne à la démocratie. immigration : question déjà réglée. Mister France. retrait des fils. Chemin des Dames (287) Borges, Hobbes, L'Aleph. la Poste. Philippe Jullien : thèse sur Heidegger. fracture parmi les universitaires (289). Tocqueville lecteur de Pascal. Propriété privée. Farid Tali, suite. Claude Durand très impressionné par L'Inauguration. RC content car 1/rassurant 2/honneur d'écrivain-artisan. (293) «je suis un très lent lecteur». Flatters : «la difficulté, pour l'artiste, ce n'est pas d'écarter ce qui est mauvais, c'est d'écarter ce qui est bon.» (294) les femmes distinguées. C Rampling : «Se montrer distingué chez Fogiel, pour un homme ou une femme, on ne voit pas comment cela peut être accompli.» (295) détour dans le Limousin, la Brenne. ma mère, "un prix de vaisselle" (298). l'étang de la Mer Rouge. «le sommeil des aménageurs ne dure jamais longtemps». «mon Dieu, si tout ces gens pouvaient seulement ne rien faire, entretenir ce qui est, ne rien lui ajouter, ne surtout pas améliorer, populariser, rentabiliser» (299) dîner avec Sevran et Philippe Besson. mais en début de phrase. club des Ronchons. (303) pb de testicule (304) «Je n'ai peut-être pas l'intention de, mais je trouve désagréable l'idée que je ne pourrais pas si je voulais.» manque de psychologie des médecins (304) une simple bonde ... démocratie populaire [7] les glaçons dans le vin blanc (305) le métro, l'immigration «la société française au sens ancien du terme, au sens que lui donnent encore les jeunes gens arabes de banlieue quand ils disent un Français» (307) érotiquement excitante. harmonie <=> déchets. effondrement... du principe de causalité. plus de réponse à «pourquoi»? «Le vrai chic parisien, c'est l'élocution du "neuf-trois".» (309) testicule : pas important si ça ne fait pas mal (310). la lecture des lecteurs (311) Pierre et l'appartement de Flatters. les voisins bruyants. «L'homme est un loup pour l'homme» : Plaute cité par Hobbes. pas dans le Léviathan. couverture et texte de L'Inauguration ne vont pas ensemble (313) dentiste. pas commencer à m'accomoder de trous. «Partir en pièces est notre destin à tous, sans doute, mais nous n'allons pas y prêter la main.» (314) les logements sont-ils la cause de la violence? Flatters pour le classissisme de la couverture de L'Inauguration (315) don et bon naturels... «Il est à douter si quatre livres ensemble ont jamais su produire un tel silence» voisins. SNCF. Le livre Comment élever son papa. l'enfant de la publicité est supérieur. (319) Léonard de Vinci m'ennuie. pages de la Renaissance : «l'homosexualité mise à la portée des hétéros» (320) plus de carte de musée coupe-file. harmonie sexuelle de la Fête de la musique. lectures alternées de Pascal Sevran et Tocqueville (322) Puyaubert et Sevran au restaurant : maîtrise de la situation. le refus de faire "classer" son château. les livres expédiés par P.O.L. ne sont pas reçus. se sentir aussi seul en tant qu'écrivain. journal machine à se brouiller avec la terre entière (325) même SLRC silencieuse (326) parc de Versailles. coliques néphrétiques (328) le crémaster (Matthew Barney) (329) ne pas exclure un sujet. exhaustivité. «C'est ici que les Lettres sont très utiles. Imaginons qu'un malheureux ait à se débattre en même temps avec Weitzmann et le crémaster. Il est important qu'il sache qu'il n'est pas seul.» (330) journal de Travers proposé à Claude Durand. «l'Inauguration de la salle des Vents avait fait beaucoup d'effet dans la maison. Même Raphaël Sorin s'en serait déclaré "très impressionné"». (332) «cet idiot de "réel"» (334) très content de Fayard, tout le monde charmant. Otchakovsky craint d'exaspérer Sophie (335) une certaine incompréhension de ce qu'est mon journal. journal "peu gratifiant". silence d'AF. AF pense qu'on ne doit pas rapporter dans le journal ce que disent les uns et les autres. (336) Le journal responsabilise. «Il m'est souvent arrivé de ne pas faire certaines choses parce que j'aurais eu honte de les rapporter ici.» (337) abstention: à quoi bon la lumière si on ne peut mettre les ombres? traduction ancienne, traduction moderne, perte de la langue cultivée. [8]

Notes

[1] incipit de Projet pour une révolution à New-York

[2] Rachida Brakni p.369

[3] Anabase, "Anabase I", Saint-John Perse (lieu pour sol)

[4] à la manière de Toulet? à vérifier

[5] F. Mendelssohn: Meeresstille und glückliche Fahrt = Le calme de la mer et l'heureux voyage. Ouverture de concert en ré majeur, op. 27

[6] geste de Charlus à retrouver dans la Recherche

[7] Notes sur les manières du temps p.179-180

[8] Koechlin =>Loti

Repérage de "Rannoch Moor" - premier trimestre

Les recherches accomplies pour Philippe[s] m'ont amené à établir un repérage dans Rannoch Moor, du type que l'on trouvait dans la table des matières des livres, il y a cinquante ans, ou plutôt soixante-dix. Ce n'est pas réellement destiné à être lu, mais plutôt à être utilisé. (Une fois de plus, c'est davantage destiné à ceux qui ont déjà lu le livre.)

Ce n'est pas un résumé, on y trouve surtout les mots ou les phrases dont je me dis que j'aurais peut-être envie de les retrouver un jour; ce n'est pas un index, ça n'a nulle prétention à l'exhaustivité. Cela s'ajoute aux index de lieux et de personnes déjà existants.
C'est une vision égoïste du livre.

C'est une base à personnaliser (faire un copier/coller dans un éditeur de texte, puis ajouter les mots permettant de retrouver ses passages ou ses thèmes préférés, enlever ceux qu'on n'utilisera jamais). L'intérêt est de pouvoir ensuite retrouver très vite un mot, une phrase — à condition qu'ils soient présents dans le document.

J'ai hésité à le mettre en ligne, c'est très long, finalement je le découpe en trimestre.


Janvier

famille de Pierre. "finir l'année sur le constat de mon bonheur": pourvu que ça dure. douleur des reins, allergie, pas le temps d'aller chez le médecin. "Quel genre de vie de mille cinq cents ans ménage à ses administrés le loisir de revenir sur les traces d'un Odilon Barrot? Je veux qu'on écrive sur ma tombe (surtout si je meure centenaire): «Le temps lui a manqué.» (13) le cloître de Saint-Dié où fut inventé l'Amérique. Lunéville, Lyautey, Lévi-Strauss, Rembrandt ou le chat, Rembrandt ou le bébé. le chat=le Horla de quelqu'un d'autre. le site des lecteurs. (17) Claude Durand = des éditeurs comme lui et POL, il n'en existera plus longtemps. (19) premier inconvénient des tests sanguins (sida) : perte de temps. "Paul me terrorise" "Au concours de silence je gagne toujours". Flatters et Constable. les questions taboues: «Tout ce qui fait qu'elle mérite d'être posée, à mon avis, c'est qu'elle ne puisse pas l'être. À peine le pourrait-elle, elle n'aurait aucun intérêt. (21) Ligue hanséatique. «Il faudrait écrire, comme disait maman.» (22) confiance, parole, "je paie très mal mes factures". livres de Pierre en frais réels. pas de littérature dans les émissions littéraires de la TV. ça fait = il y a (27) exemple de pb de syntaxe dans le journal local. Passé du Monde au Figaro? L'Inauguration (31). SLRC et Retour à Canossa (32). les journalistes à la radio, forme et syntaxe (35). Chéreau et les alexandrins (39). Campus : «Ce qu'elle dit du siècle et du moment, c'est que je ne leur appartient pas, que l'histoire se déroule sans moi, que je suis comme un homme mort.» (40) "qui jérémie beaucoup" (42). «Le journal 2000 me rappelle que j'avais fait le vœu d'interrompre au 1er janvier 2001, à l'occasion du nouveau millénaire, toute expression du ressentiment.» (43) Lindon, Houellebecq «Mais chaque fois qu'on a l'occasion de constater directement ce que les gens comprennent, ou retiennent, de ce qu'on peut écrire, on est horrifié.» (43) L'Inauguration l'affection et l'estime portées par les critiques (47) le voisin de la rue Saint Paul // le voisin de la tour du Front de Seine (50)= bruyants. Gérard Guest, Wittgenstein et la question du Livre (53). Slrc soutien moral (53). écouter Proust en voiture. repris par son père pour suspekttt. présentation de la duchesse de Guermantes par Mme de Villeparisis. (55) rêverie immobilière (56). RC= Ed Wood => Eloge du gaz (58) maï pour maïs (59). Mme de Rigaud, un peignoir rose. «Et j'aimais beaucoup cette silhouette rose entre les arbres dénudés, dans la brume des matins d'hiver.» (60) «Et puisque nous en sommes aux mises au point pour l'Histoire, qu'elle sache que les deux frères du bagagistes sont très jolis.» (63) «mais bordel m'a tout à fait réveillé, et défrisé.» (64) «La première forme du symbolique, c'est la langue (la deuxième c'est le costume).» (64) syntaxe (66)

Février

rêverie immobilière (68). expédition du journal 2000. (68) douleurs de bas-ventre (70). rêverie immobilière (70). «Il dit en riant que l'ensemble du projet artistique engendre presque autant de papasserie que le percement du métro lui-même.» => divagation kafkaïenne (72). Slrc, avoir la télé ou pas (77). hangards encouragés. Toi que l'on dit qui boit de cette eau presque absente [1] (78). Marcheschi réprouve l'attitude d'Otchakovsky pendant l'affaire.(80) expédition de la Vie du chien Horla. acteur contre les alexendrins. (81) colonel/Claude Simon. barbarie si paisible en ses pantoufles. Barthes et l'alexandrin. gersss. naissance de la Belgique en 1830 et méconnaissance de l'histoire. (85). Tocqueville président du Conseil régional (86). rapport parents/enfants = ratés. échec de l'éducation (89). lycée style Jules Ferry méridional. «À la vérité l'architecture n'est pas vue, ce qui s'appelle vue : pas plus que ne l'est le paysage, et pas plus que n'est entendu le langage.» (93) Jane Austen. Les grandes espaces, Etats-Unis, Canada. Mais l'histoire de l'Europe? «Ici la guerre est perdue.». «Cette maison garde un certain caractère. La vie n'y est pas trop médiocre, esthétiquement. Mais il ne faut pas trop s'approcher des fenêtres.» (95) journal qui prend tout. (97) être juif pour parler des Juifs. Adler. imprécision des reportages TV dès qu'on connaît un peu un sujet. Véronique Riffard. Vie de Rancé, Barthes, absence de liaisons, Aragon, étonnant caractère de "Nouveau Roman". (99) «L'anacoluthe introduit en effet à une poétique de la distance.» (101) Chamalières, insomnie, heureux, superstitieux. «N'importe, en attendant, quelle joie de tous les instants! Et je ne vais pas me la laisser gâcher par la peur de la voir finir.» (102) France pelée, villages défigurés. crépis. «Il n'y a pas de retour en arrière possible.» (105) «Donnez à votre maison l'air d'un fromage de tête que jamais jamais jamais elle n'a eu» (106) Clermont. Pascal et l'art roman auvergnat = une idée faite pierre.(107) place Urbain II. «Curieusement, lui qui ne parcourt jamais que des montagnes et des plaines très continentales, il ne peint que des marines.» (111) "une des femmes les plus belles qu'il ait vues de sa vie (Flatters) (112) souvenirs de famille et détails généalogiques. Hautes Roches "pas grand chose d'un château" (113). le voisin de J Voillat. (118) «la Pléiade, ce Panthéon de papier» (119) Alexande Dumas, Simenon : pour les enfants, pas de la littérature. Maintenant c'est toute la littérature. (119) scandaleux que les journalistes puissent reproduire les propos comme ils l'entendent, et qu'on ne puisse leur rendre la pareille (à propos de Weitzmann) (123). Me Rappaport «"Bonjour l'ambiance, comme disait le pauvre Maurice Wermès...» (124). «Et n'oublie pas que lorsque tu t'adresses à moi tu ne t'adresses pas seulement à moi qui ne suis rien mais à L'Histoire, à la Littérature et à la Postérité dont je suis le valet ( j'ai un peu bu pour noyer mon indignation face à ton "Alors c'était bien, les vacances ?") (125). les cyprès. Grrrrr (126). écrire n'est rien, le reste est tuant. lâcher sur moi toutes ses foudres et tous ses chiens. en matière de paysage, la quantité is of the essence. =>l'Ecosse? les Eglogues (129) Starobinski lisant Saussure, Genette, Pierssens, Lebensztejn. importance de Totalgaz. «j'imagine que le pauvre homme a en permanence à ces basques trois cents bonshommes de ma sorte, qui tous ont ... ou passion pour la roulette.» (130) sans chauffage, sans eau chaude et sans cuisinière : je suis très fatigué. (131). éducation et la santé vers l'égalité.

Mars

«Le Monde, après tout, c'était «tout de même un journal très moyen, non?» (134) plus de classe cultivée pour le lire. «Quest-ce qui nous attire vers ces pays tristes?» (Ecosse, Auvergne, Aubrac...) échapper aux parpaings et à la tôle ondulée. L'étrangèreté. presque embarrassant. les chiens dans la rivière débordée. les lambeaux de plastique. Hapax et sa belle, l'arrière grand-père de la monitirice de Pierre, en Annam. (139) les charters, pour et contre. il faut être deux pour être formaliste (141) immigration, fermeté, malheur. dispute avec Pierre. A cru que c'était fini (142). «... elle ne constitue une "œuvre que pour moi, et pour dix ou douze personnes» «Simplifier ma vie. M'exposer moins». (143) retraits dans le journal 2000, même si déjà publiés dans Corbeaux (145). menace de rupture, froide, de Pierre. «J'ai perdu la main» (145). la vie plus gaie, plus lyrique : c'est la même chose. mélancolie à la lecture de Delvaille (148) pas d'argent, pas de temps. Le toit, L'Inauguration, Passage. (150) encore des coupures dans K.310. pb de santé. peur du malheur. «mars est très "1440", toujours, très "jeunesse d'Agnès Sorel".» Irak. mort de Blanchot et Petrassi. Recanati et Leopardi. Recanati impossible à confondre avec Montecatini. Recanati dans Jaune, bleu, blanc de Larbaud. Olivier Larronde de Mallarmé. Les fenêtres et le crépi. permis de conduire à repasser tous les dix ans. sécurité/liberté. (mon p'tit Gab). (156) premier livre de Jimmy Rodriguez, Les Roses noires. Bruxelles et le Manitoba. Jean Lacouture : pas d'accent, Dieu merci! (161) «L'ennui avec la vie, c'est qu'on manque d'éléments de comparaison (sauf dans les journaux des écrivains, peut-être?) Ainsi c'est toujours la première fois qu'on vieillit. On ne sait pas si les symptômes sont normaux ou pas.» (163) Churchill, no sport. prostate, pisser, réveils triomphants. «Le seul avantage que je vois au cancer du côlon, c'est que, du point de vue de mes Eglogues, il est impeccable: » Colette, verte cinquantaine. mais toujours curieux et infatigable. Claude Durand, le départ de RC pour les Etats-Unis en avril 2000, le retrait de La Campagne de France. «Personne n'est jamais content de son reflet dans le journal intime d'un tiers, ou en tout cas dans le mien.» (167) longues citations de Delvaille. J Puyaubert : on ne vous apas attendu pour inventer la sodomie. (174) analyse du temps concernant un journal contemporain: «le temps qui me sépare de lui, de ce qu'il écrit en 1952 ou en 1959, c'est du temps réel, du temps vécu, de la même matière et de la même consistence que celui que j'expérimente tous les jours, ou d'un jour à l'autre.» (174) différence avec Gide, Amiel, V. Woolf. garçon écossais enduit d'une peinture d'or. X. (175) correction de Claude Durand de K.310. pas sensible au caractère work in progress du journal. exemple (176) «je tien plus à mes virgules qu'à mes convictions idéologiques, si j'en ai. » (176) Répertoire des contradictions : oui enthousiaste de Durand. argent = test suprême. (177) Journal de Travers en même temps que Travers IV. sexe et mondanités. amours mouvementées avec X.

Notes

[1] Yves Bonnefoy

Où l'on trébuche sur une source que l'on ne cherchait pas

Aujourd'hui, en ouvrant le premier des volumes de la Pléiade consacré à Mallarmé, je trouve cela, en première page :

[...] l'auteur de l'Après-midi d'un faune est ce qu'on appelle au collège "un auteur difficile".

Catulle Mendès in La Légende du Parnasse contemporain


Cela pourrait constituer une honorable source pour l'anecdote suivante :

Le père de Jean Puyaubert disait à table, quand on ne comprenait rien à ses récits :
«Je suis un auteur difficile !»

Renaud Camus, Rannoch Moor, p.444

Une mauvaise solution pour ranger les dromadaires

Les vacances sont l'occasion de visiter la bibliothèque des amis.


Trouvé hier dans l'Anthologie de la poésie française d'André Gide de la Pléiade:

Les Chameaux

J'ai connu dans mon enfance un vieux lapidaire
Qui avait fait emplette de trois ou quatre dromadaires,

A l'encan, — ou dans quelque liquidation,
Ce qui, alors, simplifierait beaucoup la question);

Il faut d'ailleurs, aimable lecteur, que je le confesse,
Ce n'était pas des dromadaires de la grosse espèce,

Mais ce n'était pas de petits dromadaires non plus,
Ils étaient d'une bonne moyenne, — et même un peu plus.

Malheureusement le lapidaire dut les mettre dans sa commode :
Les logements, à Paris, sont si incommodes;

Et alors les pauvres dromadaires
Sont morts, parce qu'ils manquaient d'air.

Franc-Nohain, Le Kiosque à musique


J'ajoute celui-ci, pour Philippe[s] :

Cantilène des trains qu'on manque

Ce sont les gares, les lointaines gares,
Où l'on arrive toujours trop tard.

— Belle-maman, embrassez-moi,
Embrassez-moi encore une fois,
Et empilons-nous comme des anchois
Dans le vieil omnibus bourgeois!

Ouf, brouf,
Waterproofs,
Cannes et parapluies,
Je ne sais plus du tout où j'en suis...

Voici venir les hommes d'équipe,
Qui regardent béatement, en fumant leurs pipes.

Les trains, les trains que j'entends,
Nous n'arriverons jamais à temps,
(Certainement!) —

Monsieur, on ne peut plus enregistrer vos bagages,
C'est vraiment dommage! —

La cloche du départ, oui j'entends la cloche:
Le mécanicien et le chauffeur ont un cœur de roche,
Alors, inutile d'agiter notre mouchoir de poche...

Ainsi les trains s'en vont, rapides et discrets,
Et l'on est très embêté, après.

Franc-Nohain, Le Kiosque à musique

Conseils de rédaction

Il y a quelques jours j'ai été émue par cette requête Google: "comment écrire une belle lettre d'amitié". Depuis, les requêtes de ce type ("écrire cartes de vacances", "quoi écrire sur une carte") se multiplient.

Je vais donc ajouter un conseil personnel aux conseils de Parlez mieux, écrivez mieux:

Si vous ne savez quoi écrire, choisissez un détail, une anecdote, survenus dans les les six ou douze dernières heures. Evitez absolument de vouloir résumer au dos d'une carte postale les six derniers mois à un ami à qui vous ne donnez jamais de nouvelles : aucun événement survenu dans les six derniers mois ne vous paraîtra assez important pour être raconté six mois après, et vous aurez l'impression de n'avoir rien à dire.
En revanche, le pastis du midi précédent fera un très bon sujet, une fois que vous aurez précisé où, quand, avec qui, en faisant quoi, vous l'avez bu.
Le curieux de ce conseil, c'est que de fil en aiguille vous vous retrouverez rapidement à en avoir trop à raconter, dans l'obligation d'écrire sur toute la carte postale, d'en commencer une deuxième, de courir acheter des enveloppes au Monoprix du coin...

(L'écriture entraîne l'écriture, ici vous aurez droit à une citation de Paul Valéry quand je serai rentrée chez moi, promis.)


ajout le 16 août 2007 (tout vient à point à qui sait attendre.)

Ricardou parle du «simple entrain d'un porte-plume»:

J'entre dans un bureau où quelque affaire m'appelle. Il faut écrire, et l'on me donne une plume, de l'encre, du papier qui se conviennent à merveille. J'écris avec facilité je ne sais quoi d'insignifiant. Mon écriture me plaît. Elle me laisse une envie d'ECRIRE. Je sors. Je vais. J'emporte une excitation à écrire qui se cherche quelque chose à écrire.
Paul Valéry, Tel Quel II, Littérature, cité page 65 de Pour une théorie du Nouveau roman, de Jean Ricardou


A voir

La photo du jour.

Les lunettes d'or

Mercredi 11 novembre, 3 heures et demie. Je pensais bien qu’au moins je n’aimerais pas Les Lunettes d’or, de Giuliano Montaldo, et qu’au moins, à cette occasion, pourrait se réveiller en moi quelque sens critique, à propos du cinéma. Mais non : il ne s’agit certainement pas d’un chef d’œuvre, en tout cas le langage cinématographique y est on ne peut plus traditionnel, voire convenu, mais je ne me suis pas ennuyé à suivre ce film, hier, en compagnie de Carlos le Colombien, même si le sujet en est plutôt déprimant. Sans doute par cette histoire, ces lieux, cette évocation, ces noms, se trouve flattée, un peu douloureusement, ma nostalgie de l’Italie, de ses villes, de leurs arcades, de leurs places, des cours nobles des maisons et des grandioses architectures de tous les jours, de toutes les heures. Ce qui me touche et qui me retient dans ce film, ce n’est pas une homosexualité qui n’est pas la mienne, heureusement, et du moins jusqu’à présent, ni une société que je ne connais plus, ni des problèmes entre l’une et l’autre dont je ne tiens pas particulièrement, sans doute, à me ressouvenir ; non, c’est Ferrare, c’est le souvenir des promenades dans Ferrare avec Denis, c’est la Ferrare rêvée dans les romans de Bassani, c’est Bologne, c’est Cento, c’est la plaine d’Emilie, ses bourgs, les faubourgs de ses villes, les peupliers, la terre grasse, le soir qui vient sur les routes et sur les places désertes, des jours anciens, des nuits, des solitudes, des rires étouffés, des amours qui ne furent pas, ou mal, ou se perdirent, des milliers de vies possibles, restées à l’état de cartons ; et le fleuve, le Pô, le Pô noir des dernières images. Un bien autre souffle poétique, certes (au point qu’il est presque absurde de faire le rapprochement), agite ces eaux, ces âmes, ces cités et ces mélancolies dans Prima della Rivoluzione, de Bertolucci, qui fut longtemps mon film préféré, je crois bien. Mais alors que le "produit de qualité" tend à m’insupporter en matière littéraire, chez Rinaldi, par exemple, je le consomme sans irritation au cinéma, peut-être par un attachement moindre à cet art, dont je n’attends pas autant. Les Lunettes d’or est correctement filmé, sans plus, mais très bien joué, par Philippe Noiret, dont le talent ne m’était jamais si nettement apparu, et surtout par Rupert Everett, dont le mérite est sans doute moins grand parce que l’intérêt qu’on lui porte ne tient pas tant à son jeu qu’à son être, à la singularité de sa personne, à des attitudes et des expressions qu’on lui imagine habituelles dans "la vraie vie", où elles ne nous surprendraient pas moins. Il est ce qui doit s’appeler "une nature", je suppose. Du moins a-t-il le mérite de n’en laisser rien perdre à l’écran.

Quant au roman de Bassani dont le film est tiré, et qui passe pour un chef d’œuvre, est-ce un « produit de qualité », lui aussi, ou bien une œuvre pleinement littéraire de haute inspiration ? Je n’ai lu de cet auteur que Le Jardin des Finzi-Contini, avec sympathie, mais sans que je puisse répondre aujourd’hui, quant à ce livre-là non plus, à la même question.

Renaud Camus, Vigiles, p.417-418

Blagues et blagues

Il y a quelques jours, Phillipe[s] répondait à un billet : «Je n'ai pas l'impression que l'on trouve ces blagues dans les journaux (et encore moins ailleurs). Serait-ce spécifique aux Eglogues ?»




J'avais d'abord pensé qu'il avait raison, même si je me souvenais de cela (Il s'agit des suites d'une opération d'une hernie au bas-ventre) :

Toute la zone est boursouflée et bleuie, les poils ont bien sûr été rasés, plus qu'un champ de bataille on dirait une zone de tranchées, après trois ou quatre ans de pillonnage — j'allais dire "le Chemin des Dames"; parlons plutôt de la "cote 320".
Rannoch Moor, p.287

(J'avoue que je n'avais pas vu tout de suite la plaisanterie.)


J'ai donc repris le journal pour voir ce qu'il en était. Les plaisanteries légèrement grivoises, à double-entendre, ne sont pas nombreuses, mais il y en a quelques-unes.

Dans le reportage sur l'incendie de Lunéville, à la télévision, on vit sortir à dos de pompier (il aurait été enchanté) un portrait du maréchal Lyautey ( Clemenceau :«Parmi tous mes ministres, il n'y en a qu'un qui ait des couilles au cul, c'est Lyautey — et encore ce ne sont pas les siennes!»).
p.14

Émilia, dans les semaines récentes, quand Mme de Rigaud était à l'hôpital, était parfois convoquée pour passer la nuit à la chartreuse, afin que M. de Rigaud n'y soit pas seul. Elle disait :
«Qu'est-ce que vous voulez, c'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de passer la nuit avec un marquis...»
p.60 [1]

La pertinence de Toulet s'est vérifiée une fois de plus, la nuit dernière :
Ainsi l'amour naît des combats :
Le dieu Mars est son père.
Bien entendu cela ne résout rien du tout. Mais cela met fameusement de l'huile, si j'ose dire, dans les rouages.
p.147

[..] l'infortuné Rabbe (ce nom et les malveillantes révélations de la Biographie universelle au sujet du rédacteur de la Portative me font penser à la fameuse contrepèterie de Duchamp sur ce râble de vénérien qui n'a rien de vénérable) [2]
p.281

En revanche un de mes testicules semble rester en suspens, ni tout à fait rentré ni tout à fait sorti. Bizarrement c'est le testicule gauche, alors que l'opération a eu lieu du côté droit. A cause du petit discours de l'assistante je ne me suis pas fait de souci jusqu'à présent, mais maintenant, plus de quinze jour après l'intervention, je commence à être un peu préoccupé. On dira que tout le monde s'en fiche et que ces régions-là sont peu visitées du grand public : soit, mais moi je ne m'en fiche pas.
p.304


Ces extraits appartiennent au registre de la plaisanterie du fait de leur style : un mot, ou une expression, provoque un suspens de la compréhension, un jeu sur les sons, une recherche du sens ou du sens caché ("si j'ose dire", mais pourquoi "si j'ose dire"? Ahh, oui.)
Ils se différencient en cela de commentaires matter of facts, amusants dans ce qu'ils expriment, mais dont le ton sérieux est purement informatif. Il ne s'agit pas de plaisanteries.
Exemple:

problèmes de couilles, problèmes d'argent – Flatters les subsume artistiquement dans la catégorie générale des problèmes de bourse(s)
p.387

Bia c'est d'abord la force vitale, l'élan, l'énergie, la pulsion d'exister, mais plutôt virile, car tous ces b, qui pour nous sont des v («Bite, bite, bite!» crient dans l'amour les Espagnols qui croient parler français, pour presser le mouvement au moment ultime), mènent assez facilement au latin vir, par l'intermédiaire de vis, «force en action», «force orientée contre quelqu'un», d'origine obscure, «mais qui peut être apparenté à vir», ainsi qu'en convient même le prudent Rey.
p.666

Notes

[1] Emilia a soixante-quinze ans (p.285)

[2] "On December 15, 1959, the eighth International Surrealist exhibition opened at the Galerie Daniel Cordier in Paris. From New York, Duchamp sent a cable that read "Je purule tu purules la chaise purule grâce à un râble/ De vénérien qui n’a rien de vénérable/ rrose".

Commère(s)

Le pire est que la question éthique du journal, et de ce que l'on peut y dire et n'y pas dire, est tout à fait présente dans les préoccupations de Finkielkraut lui-même. Nous l'avons souvent évoquée ensemble. Il trouve qu'on n'a pas le droit de rapporter ce que disent les uns et les autres – et Dieu sait que j'ai considérablement retranché pour l'édition de ce qu'il dit lui, ou Sylvie Topaloff qui n'a pas la langue dans sa poche. Mais si un journal ne peut rapporter ce que disent les personnes les plus intéressantes que rencontre l'auteur, il perd infiniment de son intérêt...
Renaud Camus, Rannoch Moor p.336

Moi je ne vois pas l'intérêt de savoir parler si je ne peux pas répéter les secrets.
L'Âne dans Schreck I


Répéter ce que dit X, passe encore, puisque X sait que Renaud Camus tient un journal. Mais écrire que X a rapporté que "Y avait dit que" est dangereux, quand on sait combien nous déformons naturellement les paroles d'autrui (Renaud Camus le vérifie lui-même quand il s'étonne des paroles que lui prête Pascal Sevran).

Déclaration d'amour à réciter un tournesol à la main

«Princesse, je...
D'abord, comment allez-vous, euh... ça va, moi aussi, ça va bien...
J'ai... vu cette fleur et j'ai pensé à vous parce qu'elle est jolie et... moi c'est vrai je n'aime pas beaucoup ce qui est joli mais je me suis dit que vous, vous l'aimeriez parce que vous, vous êtes jolie...
Mais je vous aime bien quand même, hein, c'est que je...
Ahhh, que c'est difficile...!»

J'adore ce passage de Shreck (I). Son air piteux, son "Ahhh, que c'est difficile". Je pense souvent, lors de malentendus, de gaffes, d'impairs, alors qu'il n'y avait que de la bonne volonté de part et d'autre : "Ahhh, que c'est difficile".

Fourneau

Tout imbécile confronté à une bibliothèque d'une certaine ampleur devra absolument demander, s'il veut être en accord avec son personnage :
«Mais vous avez vraiment lu tout ça ?»
À quoi bien sûr il convient de répondre, avec le plus grand sérieux :
«Oh non, non, c'est purement décoratif...»

Renaud Camus, Rannoch Moor, p.583

(Cela présente un petit côté Flaubert ou Daninos.)


La dernière fois qu'on m'a demandé «Mais vous avez vraiment lu tout ça ?», j'ai répondu : «À peu près la moitié, je pense».


Le problème, c'est que je ne me souviens de rien.
C'est une question que je me pose : ces livres dont je ne me souviens pas, quelles traces ont-ils laissé en moi, ont-ils réellement disparu, ou reste-il un substrat, une lie, un tanin, teintant mon cerveau comme le thé les théières?

(Et j'imagine les parois de mon cerveau culottées comme une vieille pipe, ayant fumé trop de livres.)

Sourires jaunes

Sophie trouve à présent que l'actuelle attitude de Paul témoigne d'une certaine mécompréhension de ce qu'est mon journal et de ce qu'il implique des relations entre ses personnages, d'une part, entre ses personnages et l'auteur d'autre part. Je n'irai peut-être pas jusque là, mais il est vrai que Paul est bien susceptible, dans le cas particulier – d'ailleurs il ne se cache pas de l'être, de façon générale; et je serais mal placé pour le lui reprocher.
Mais enfin il se vérifie une fois de plus à quel point ce journal est une arme redoutable, y compris pour celui qui l'a entre les mains, je. Pierre, Flatters et moi en avons longuement parlé hier soir, au cours d'un très agréable dîner rue Berger. Flatters estime que lui-même, Pierre, les chiens Hapax et Horla sont les seuls personnages qui se tirent bien du portrait que je fais d'eux – près réflexion il ajoute à cette courte liste le gendarme Eliézer, très aimé des lecteurs en effet; et, en remontant plus loin dans le temps, Jean Puyaubert, bien sûr, et Roland Barthes; plus, d'une façon générale, et à de notables exceptions près, mes amants, à commencer par Rodolfo. Bref, très peu de monde : Flatters estime que pour les autres personnages de ma vie, le journal, pour le dire vite, est "peu gratifiant".
[...]
Et d'ajouter :
«Personne ne pourrait en être content.»
Bigre...

Rannoch Moor, p.335-336

Pour ma part, je crois qu'on ne comprend "ce qu'est le journal" que tant qu'on n'est pas concerné. D'autre part, le rôle de défouloir (et donc toujours désagréable) du journal ne doit pas être minimisé, enfin, la phrase «le journal a toujours un dangereux effet grossissant» (Rannoch Moor, p.231) est extrêmement juste.




Lors de l'Assemblée générale de la Société des lecteurs en juin 2006, j'ai eu l'occasion de dire que j'avais rencontré Renaud Camus plusieurs fois, et qu'il m'avait demandé quand aurait lieu une autre rencontre du type de celle d'octobre 2003 : il serait heureux, apparemment, de renouveler l'aventure.
Les deux ou trois lecteurs que j'avais rencontrés à Plieux ont souri un peu jaune : «Ah bon, cela lui a plu? On ne le dirait pas à lire le journal, il ne relève que ce qui s'est mal passé...»

J'espère les avoir rassurés.

Un styliste inattendu

Mais le conte de fée n'était pas fini : coup de téléphone de Me Rappaport, qui tenait à me dire combien il était impressionné «par les pouvoirs de l'écriture», la capacité du style, du travail sur la phrase, à désembrouiller ce qui paraissait inadmissible et à le rendre parfaitement acceptable – un compliment peut-être un peu ambigu mais que je ne juge tel, possiblement, qu'à cause de l'habitude que j'ai des subtilités d'expression de l'avocat.

Renaud Camus, Rannoch Moor, p.237




Ne s'agit-il pas là d'une version de "la forme productrice de sens" ? Me Rapapport, ricardolien converti et lecteur modèle ?

Activité productrice, la littérature est par définition libre de tous sens précédant sa pratique : sauf à trahir, elle n'en saurait servir aucun. Suite d'un patient travail sur le langage, elle entend former les plus complexes ensembles de signes entrecroisés. Ainsi ne suppose-t-elle guère cette lecture courante en laquelle une transparente prose offre aussitôt son intelligibilité. Elle exige plutôt un acte de déchiffrement qui considère le texte, en son tissu, comme le lieu permanent du problème. Dès lors, pas d'illusionnisme; point d'accès direct au sens à travers un discours invisible. Le sens déchiffré se définit toujours, irrécusablement, comme un effet du texte. En somme, déchiffrer, c'est avoir franchi deux analphabétismes : le premier, visible (on ne sait pas lire), perçoit un texte et pas de sens; le second, caché (on croit savoir lire) un sens et pas de texte. C'est percevoir sens et texte (sans tomber, nous le verrons au chapitre suivant, dans l'illusion équilibriste), savoir se rendre sensible à toutes procédures de production.

Jean Ricardou, Pour une théorie du nouveau roman, p.26

Analgésique

Ce qui a frappé la plupart des lecteurs de Rannoch Moor que j'ai rencontrés, c'est la solitude de l'auteur.
Ce qui m'a frappée, moi, ce sont les mentions de la douleur physique, douleurs au talon, au bas-ventre, dans les hanches ou le dos je ne sais plus, les coliques néphrétiques, les notations du corps auquel on ne peut plus faire totalement confiance et ces phrases toutes simples dans leur évidence :

L'ennui avec la vie, c'est qu'on manque d'éléments de comparaison (sauf dans les journaux des écrivains, peut-être?) Ainsi c'est toujours la première fois qu'on vieillit. On ne sait pas si les symptômes sont normaux ou pas. (p.163)

Deux ans passés auprès de quelqu'un qui souffrait beaucoup m'ont appris cette évidence qui demeure une surprise : la douleur de l'autre nous est toujours totalement inconnue. Douleur ou plaisir, on ne sait jamais ce que ressent physiquement l'autre. Même la douleur d'une blessure anodine, une ampoule au pied, la coupure au doigt par une feuille de papier, ne peut être ressentie : nous savons à peu près ce que l'autre doit sentir, mais nous ne le savons jamais exactement, d'une part parce que les ressentis ne sont pas identiques d'une personne à l'autre, d'autre part parce qu'il n'existe pas exactement de souvenir de la souffrance physique, il reste une appréhension, le désir de ne plus souffrir ce qu'on a souffert, et parfois la terreur de souffrir de nouveau ce qu'on a souffert; mais face à l'autre qui souffre, nous ne savons rien, son corps nous est fermé. Nous ne savons pas ce qu'il ressent, nous pouvons très peu pour soulager. Nous sommes impuissants.

C'est sans doute stupide de l'avouer, mais cette constatation a été pour moi une révélation : la littérature, et plus généralement l'art, peut évoquer assez facilement les sentiments et les sensations, joie, tristesse, colère, désespoir, jalousie, solitude, peur, etc, mais dès qu'il s'agit de plaisir ou de souffrance physiques, elle ne peut rien. (Peut-être est-ce là l'origine de la fascination notée par Bataille, d'ailleurs). Elle peut simplement dire qu'ils sont.



L'origine de ces réflexions a été, de façon sans doute surprenante, cette phrase de l'article de Michel Crépu : « C’est curieux, je ne supporte absolument pas les rappels historiques, sous sa plume en tout cas. »

A partir de cette phrase, j'ai réfléchi à l'intérêt des "rappels historiques" : quel est l'intérêt pour un écrivain de recopier dans son journal des pages de dictionnaire, biographies, brochures, etc ? Faudrait-il lui reprocher du remplissage?

J'y vois trois raisons classiques :
— noter les détails sur les lieux, les châteaux, les personnages, pour s'en souvenir, pour savoir où les retrouver, faire de son journal un aide-mémoire, en faire aussi le lieu qui mêle Histoire et histoires;
— partager son savoir et ses découvertes. C'est une volonté avouée chez RC (citation à retrouver) : faire partager son amour de ce qui l'intéresse, de ce qu'il trouve beau, de ce qui lui semble curieux, etc. C'est d'ailleurs un aspect très apprécié de nombreux lecteurs qui se servent de ses livres, et notamment de ses journaux, comme de véritables guides de voyage;
— enfin, plus classiquement pour un écrivain, faire œuvre de critique d'art, à la fois critique de ce qu'il voit et de ce qu'il lit sur ce qu'il voit, nous offrant du même coup des critiques littéraires, architecturales, urbanistiques, etc. Le meilleur exemple, le plus connu parmi les lecteurs, reste Journal romain.

Il y a dans Rannoch Moor une autre raison aux "rappels historiques", une raison qui m'a frappée lors de ma première lecture : le premier rappel historique important du livre intervient après une opération chirurgicale, à partir du 3 juin. Les pages 272 à 280 sont la copie et le résumé de Résumé de l'histoire de Russie d'Alphonse Rabbe, mêlées de références au Larousse du XXe siècle de 1922 et à la Biographie universelle. A partir de la page 279 l'intérêt se porte sur Alphonse Rabbe, puis les pages suivantes sont consacrées à la copie de longs passages de Tocqueville, qui peu à peu cède la place à une réflexion sur l'égalité, jusqu'à la première promenade post-opératoire. (8 juin).

Ici, de toute évidence, la copie, les "rappels historiques", ont eu une fonction d'anti-douleur et d'analgésique.

Le chien Loto

«Un chien de mon père se nommait Loto. Mais je trouvais cela trop trivial, et moi je l'appelais Loti.»
Vaisseaux brûlés, 1-3-8-3-1-1-2-1-4

Selon l'expression du chien Loti lorsque vraiment on l'embête trop: Grrrrr...
Fendre l'air p.406

Grrrrrr...
Rannoch Moor p.126

Excès

— Vous avez beaucoup lu?
— Trop ; mais je relirai.

Alexandre Dumas, Joseph Basalmo, chap. XLIII

Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.