Mais ce n'est que plusieurs années plus tard qu'une lettre disparaît, et qu'on découvre son inversion. Il est alors fait appel à un psychanalyste marron — nommé Ech — qui entreprend l'investigation du passé enfoui de son involontaire patient.
Denis Duparc, Échange (1976), p.105

«Je raconterai un jour les séances de Marcel Eck. Cet art fulgurant de déprimer, déséquilibrer et pousser à la mort un gamin, parce qu'indocile et pédé irréductible. Je suis une défaite du docteur Eck; vous voyez ce qu'aurait été son succès, ou faut-il un dessin ?
Je dédie ce souvenir aux salauds du même acabit qui me prêchent aujourd'hui le «respect» du mineur. Moralistes borgnes, j'ai été ce mineur et je l'ai subi, ce respect. Je vous reconnaîtrai, violeurs, sous tous les déguisements que vous pourrez prendre : cette voix-là ne s'oublie jamais.»
L'Enfant au masculin de Tony Duvert.
Je suis passé moi aussi, quelques années plus tard, sur le divan de Marcel Eck. J'en garde moi aussi un souvenir épouvantable. [...] Le ton de Duvert n'est qu'à lui, je serais bien incapable de l'imiter, et de sa violence. Mais la longue note que j'ai citée réveille comme il convient mon indignation. Duvert a mille fois raison : c'est bien à une espèce de tortionnaire moral, sadique, profondément malhonnête, que la bourgeoisie catholique livrait en toute bonne conscience, «pour leur bien», ses enfants, à cette époque-là. Et peut-être en va-t-il encore ainsi aujourd'hui. je ne sais si l'horrible docteur Eck est encore en activité ou non, mais certainement il a ses émules, ses disciples, ses continuateurs et ses rivaux. Et l'on ne dénoncera jamais trop l'assassinat psychologique que perpétuent ces gens-là sur des adolescents qui n'ont pas tous la force de résistance de Duvert.
[...]
Nous eûmes tôt fait d'atteindre une impasse. J'en arrivai à déclarer tout net au docteur que mon homosexualité ne me posait aucun problème, mais seulement à ma famille, et ma famille à moi, et qu'en conséquence ce n'était pas moi qu'il fallait analyser. [...] Eck ne m'avait pas acculé au suicide, moi, mais du «cas» il y avait encore du malheur à tirer, et le malheur, pour ce parfait chrétien, c'était toujours bon à prendre.
[...]
Renaud Camus, Notes achriennes (1982), p.54

Mercredi 24 décembre, neuf heures et demi du soir. Ma mère m'a apporté, comme s'il s'agissait d'un objet que j'aurais oublié lors de mon récent passage en Auvergne, une petite et élégante serviette de cuir jaune, qui m'a paru confusément familière. Elle pouvait l'être, car elle m'a appartenu voici quarante ans. Elle contient des lettres reçues à cette époque. La restitution ne va pas sans quelques aspects lourdement ombreux — qui bien entendu n'ont pas été évoqués —, car ces lettres ont été lues par mes parents, j'en suis à peu près sûr, et quelques-unes d'entre elles étaient aussi peu que possibles destinées à tomber sous de tels yeux. Celles-là sont responsables, je pense, du drame qui s'abattit sur moi un jour de... 1966, je pense, ou peut-être 1967, à Barbizon, il m'en souvient (je ne l'oublierai jamais), et s'ouvrit sur une apparition de mes parents au son de :
«Nous savons tout...»
Ces lettres-là, je n'ai pas le courage de les relire. Elles sont associées — très indirectement, certes — à trop d'épreuves. Et les plus amoureuses de leurs phrases, ou les plus explicites, m'embarrasseraient affreusement aujourd'hui encore, à la pensée qu'elles ont été lues par qui ne devait pas les lire. Aussitôt que je les ai repérées, je les ai abandonnées.
Renaud Camus, Rannoch Moor, journal 2003 (2006), p.738

mise à jour le 17 mai 2007

Au début de mon amour pour W. j'avais le même sentiment d'exaltation sourde, la même impression de cœur trop à l'étroit qu'aux jours sombres d'après Barbizon.
Renaud Camus, Journal de Travers (2007), p.611

ajout le 28 août 2007

Pour ma part je détestais immédiatement, et passionnément, le psychanalyste marron que mes parents m'avait imposé, et qui consentait à remplir les fonctions de gendarme. Mais je n'arrive pas à remettre la main sur le livre où Duvert, très légitimement, parle de ce médecin avec bien plus de violence que je n'aurais su en mettre moi-même.
Renaud Camus, L'Amour l'Automne (2007), p.81


(On notera la première phrase de ce billet, en droite ligne de Poe.)