Cela me fait plaisir de savoir qu'à défaut d'avoir des réponses, nous posions quelques questions pertinentes.

Ainsi, à propos de Wilson, puisque vous en parlez : il est question de la Lettre, bien entendu; mais tout autant d'Einstein, aussitôt après, ou en même temps, ou même avant parce que les références s'entrelacent, se chevauchent, se confondent parfois et confondent le malheureux qui s'y trouvent soumis — c'est que chaque entrée s'efforce de garder scrupuleusement le fil du récit, mais que, le retard s'accroissant continuellement en regard de la trame principale, elle ménage aussi le présent, ou le passé le plus proche au détriment du plus lointain, de peur que ce passé proche, ou ce presque présent, ou le présent lui-même, aient sombré dans l'oubli lorsqu'elle (cette "entrée" du journal) les aura enfin rejoints (ce présent, ce passé proche, ce presque présent), si tant est qu'elle les rejoigne jamais; mais le présent (qu'il s'agit de rejoindre) a tôt fait de devenir passé proche, puis passé lointain, de sorte qu'hier et avant-hier, la semaine dernière, le mois dernier, les rives du loch, les rives du lac, l'été, l'automne, la visite de Franck, la visite de Max, l'incident à la douane, les bords du Niger, les sables d'argent, la chambre 7, la chambre 9, la chambre 11, la cinquième symphonie, la troisième semaine, la troisième saison, qui custodies, chi testimonia per il testimone, sont sans cesse rejetés plus loin par les procédés mêmes, les expédients plutôt, qui sont censés servir à protéger, pour l'avenir, le cours de leur complète et harmonieuse relation, description, évocation, description, relation. Renaud Camus, L'Amour l'Automne, p.

On remarque que les périodes auxquelles il est ici fait référence sont dans un seul glissement celle du Journal de Travers, puis celle de Rannoch Moor puis celle de l'écriture de L'Amour l'Automne.
Le temps s'enfuie.

(référence exacte à retouver)