591. Il est vrai qu'un Lacave-Laplagne fut ministre des Finances du roi-citoyen. On voit son portrait dans la Salle des Illustres, à Auch. Si son fils fut aussi gros que lui, comme l'en accuse Cassagnac sur ses affiches électorales, il devait être énorme en effet. De son frère on n'a pas d'image : c'est qu'il était tellement haut-placé dans la franc-maçonnerie de l'époque qu'il ne devait pas être représenté. Le roi des Français occupait un rang bien inférieur. Il faisait ce que lui disait le maître. Les frères Lacave-Laplagne et leurs alliés Zangiacomi gouvernaient en secret le pays. Tuteur du duc d'Aumale, l'un d'eux fut l'exécuteur testamentaire du roi. La véridique histoire de France sous la monarchie de Juillet reste entièrement à écrire. Tous les documents sont là, dans cette immense bibliothèque. Et voici des vases offerts par le roi, des tabatières, des miniatures, et cette trop jolie tante que les garçons appelaient tante Pute...
Renaud Camus, Le Département du Gers, § 591

J'avais rencontré la propriétaire, une dame elle-même très pittoresque et très aimable, qui avait fini par me montrer d'extraordinaires salon et bibliothèque, et même le portrait d'une aïeule, aimablement surnommée Tante Pute. Cette fois nous n'avons vu personne. Mais rien n'avait changé depuis ma dernière visite : même désordre de la cour et des jardins, mêmes volets qui pendouillent, même atmosphère d'assez gaillarde indifférence au siècle.
Renaud Camus, Sommeil de personne, page 505