[...] un peu comme de surprendre la fameuse table de cuisine quand on nest pas dans la cuisine dont il est question dans La Promenade au phare (mais dans ma hâte d'en finir et de me coucher et de fermer cet ordinateur et de me déplier le dos je m'embrouille de plus en plus...))
Renaud Camus, Corée l'absente, p.224

La femme qui peint demande au fils des Ramsay, dans La Promenade au phare, de quoi s'occupe son père en philosophie (il est professeur à l'université).
Ibid, bas de la page 237 (soit treize pages plus loin, noyé dans le texte)

Le fils répond, impitoyable: Subject et object of reality.
Ibid, p.238

''Good heavens! s'écrire la femme qui peint (dont j'ai oublié le nom).
Ibid, p.239

Le fils des Ramsay (j'ai oublié lequel c'était) voit qu'il est allé un peu loin et il explique: «Think of a kitchen table, then, when you are note there.»
[...]
Eh bien pensez à une table de cuisine quand vous n'êtes pas là.
Ibid, p.240

La reine Elizabeth a eu soixante-treize ans à Andong, en 1998. Voyager c'est tâcher de surprendre la table de cuisine. Moi je trouvais plutôt que la région de Dogye ou de Taebaeck ressemblait à Rive-de-Gier, à Firminy, à Saint-Chamond, à tous ces pays-là qui dans mon enfance représentaient le comble de l'horreur et de la tristesse, vus de Chamalières. Mais je pense à Corée l'absente. Mais je songe à Corée l'absente (et à la table de cuisine).
Ibid, p.241

Est-ce que ces rapprochements sont évidents? Je n'arrive pas à en juger. Cette anecdote de la table de cuisine est disséminée dans le chapitre VI de L'Amour l'Automne, comme on l'entraperçoit ici.