Selon le beau titre de l'ouvrage de Mme la Comtesse de Paris, qui nous a servi de scie tout l'été: «Tout m'est bonheur!»
Flatters, lui, est obsédé par le titre d'Aragon, qui pour une raison ou pour une autre le met en joie, et il répète à tout propos: «Il ne m'est Paris que d'Yvon», «Il ne m'est Lisbonne que de Ruy», «Il ne m'est Tolède que de José». Jaune le soleil et Rauque la ville l'inspirent aussi et il dit volontiers «Ambrée la plage», «Denses les buissons», «Sombre la beauté», «Glauque le regard», ou bien, comme nous rentrons à neuf heures du matin, passablement défaits, après une nuit d'errances dans Lisbonne, de boîtes, de jardins, de saunas, et un auroral pèlerinage pessoan: «Durs les miroirs.» Quant à moi je suis poursuivi par cette formule verdurinesque: «Sont-ils assez choux, ces deux-là?» «Fait-il assez t'as un ami?», «Fallait-il que tu sois en rut!», «Plus ginette se conçoit-il seulement?» (Ma mère me disait: «Êtes-vous assez sot, mon pauvre enfant!»)

Renaud Camus, Notes achriennes, p.82