Dans Journal de Travers, il y a une note de bas de page à l'érudition un peu folle qui m'intrigue.

À quoi serait préférable encore, au même niveau fantasmatique, une forme encore plus archaïque, par exemple le retour sur le trône du prétendant "légitime", à savoir le duc d'Anjou et de Ségovie, ou, à défaut, de son fils aîné. Les carlistes sont fous, et nient touts leurs principes d'hérédité en reportant leurs suffrages sur les Bourbon-Parme. En vertu des principes carlistes et bourboniens, la branche isabello-alphonsine est devenue légitime en 1936, à la mort du dernier descendant de Don Carlos, et cinq ans après qu'elle eut perdu le trône, Alphonse XIII devenant alors chef de la maison de Bourbon, non pas en tant que descendant d'Isabelle II, mais en tant que descendant (théoriquement) de son falot (et fascinant) mari, François de Paule. Ce que personne ou presque personne, ajouta-t-il tristement, ne semble bien comprendre...
Renaud Camus, Journal de Travers p.388


C'est exactement le discours tenu par Ahmed dans Théâtre ce soir. Est-ce une note de bas de page originale, c'est-à-dire existe-t-elle dans la version manuscrite du journal de 1976? Est-ce en la rencontrant que Renaud Camus a eu l'idée de faire de ce thème l'un des sujets du monologue d'Ahmed?

Ou à l'inverse a-t-elle été ajoutée au journal au moment de sa transcription informatique, parce que l'auteur qui travaillait à ce moment-là à Théâtre ce soir n'a pu s'empêcher d'ajouter ces précisions en relisant les lignes de 1976 concernant le roi Juan Carlos?


Dans le premier cas, nous aurions la trace de la genèse d'une idée.
Dans le second cas, l'auteur aurait dérogé au principe de stricte transcription (ce qu'il a déjà fait par ailleurs en écartelant le texte de mots-clé, y compris de mots anachroniques par rapport à 1976).