On pourrait consacrer une vie entière —et encore ne serait-elle pas suffisante, sans doute— à explorer tout ce qui s'accroche de sens stratifiés et contradictoires à ces seules trois lettres, gen, en grec, en latin, en français et sans doute en amont de tout cela […]
Renaud Camus, Rannoch Moor, p.654

Ce qui me fascine cette fois-ci c'est l'obstination de la syllabe pl', ple, plé, à suggérer à travers les âges, les langues et les continents, le nombre, la quantité, l'abondance, l'idée de remplissage et de plénitude […] Pour quelqu'un qui tâtonne en grec, et, je le suppose, dans un certain nombre d'autres langues indo-européennes, l'apparition de pl' est un assez bon indice que le sens général du passage qu'il explore penche plutôt du côté du beaucoup que du peu.
Ibid., p.691

De fait, j'en suis encore à m'esbaudir que l'étonnante parenté entre naître et connaître se retrouve exactement en grec, plus accentuée encore, s'il se peut, entre gignomai et gignosco. Chantraine, pourtant, n'encourage pas à poursuivre les recherches de ce côté-là. Il signale du bout des lèvres que d'aucuns l'ont tenté, mais il estime que pareils efforts relèvent de la glossogonie. Le terme, qui ne figure dans aucun dictionnaire, paraît assez méprisant, dans ce contexte. En soi il n'est pourtant pas péjoratif, il me semble: glossogonie, génération de la langue, origine séminale de la langue, semence de la parole — qu'y a-t-il de plus fascinant?
Ibid., p.705
Origine de la langue, adhésion d'un sens et d'un son… Tout cela m'enchante dans la lignée des Eglogues et vient donner une ligne de fuite à mes lectures récentes d'Eté et de Pierssens. J'attends Travers III.
J'ai essayé de trouver un passage de Pierssens représentatif, mais aucun ne convient, les extraits sont trop longs et deviennent obscurs si on les tronque. Je mets en ligne ce court passage qui reprend d'une part la position de Pierre dans Rannoch Moor, soit à peu près "les gens savants ne s'occupent pas d'origine" (cf p.623 pour l'exactitude), et d'autre part comprend, va dans le sens, de la fascination de Renaud Camus : ce n'est qu'à regret que les savants abandonnent la quête de l'origine, et ils ont réussi à la réintroduire en introduisant la notion de synchronie.
La linguistique structurale comme science viendrait à naître tout à coup, avec sa pleine dignité épistémologique, sur les ruines de ce qui n'était qu'illusion, errance. Ne fait-on pas gloire à Saussure d'avoir fondé sa science en sachant refuser les séductions du questionnement de l'origine? Mais qu'est-ce que le concept de synchronie, sinon la traduction dans un nouveau discours du paradis perdu qu'était le sens immédiatement embrassé d'un secret où se lisait l'unité de tout le corpus de la latinité? Effort pour mettre à distance la question de l'origine, mais elle s'est déplacée dans l'investissement de son revers: la simultanéité qui fait l'unité du réseau. Il n'est pas jusqu'à Lévi-Strauss qui ne trahisse une semblable nostalgie, d'ailleurs héritée de Saussure, en supposant que le langage n'a pu apparaître que d'un coup et entièrement formé. Le rêve de Tristes Tropiques est bien une nostalgie de l'avant-Babel, une Sehnsucht qui aura tourmenté tout l'Occident, pour devenir finalement folle dans l'Europe romantique, et renaître scientifique dans l'anthropologie sous le regard de cet autre qui nous ressemble, le «primitif». La structure, ou la «clé».
Michel Pierssens, La Tour de Babil, p.114