— Oui, je dois beaucoup à Jean Ricardou, c'est certain. Son influence sur mon travail a été considérable.
— Plus importante que celle de Barthes ?
— Ah, pas du tout du même ordre ! (Sourire) J'ai été influencé par Barthes de façon générale, globale, et pas seulement littéraire. Éthique presque. Tandis que l'influence sur moi de Ricardou est beaucoup plus précisément sensible, beaucoup plus étroite et localisable, parce qu'elle est d'ordre technique, essentiellement.
Renaud Camus, Été, p.110-111

Je ne prends jamais les paroles de Renaud Camus suffisamment au pied de la lettre. Tout ce qu'il dit peut être, doit être, pris au ras du sens, sans interprétation.
Ainsi je lis pour la première fois Le degré zéro de l'écriture. Dans le texte suivant, c'est moi qui souligne :

Placée au cœur de la problématique littéraire, qui ne commence, qu'avec elle, l'écriture est donc essentiellement la morale de la forme, c'est le choix de l'aire sociale au sein de laquelle l'écrivain décide de situer la Nature de son langage. Mais cette aire sociale n'est nullement celle d'une consommation effective. Il ne s'agit pas pour l'écrivain de choisir le groupe social pour lequel il écrit: il sait bien que, sauf à escompter une Révolution, ce ne peut être jamais que pour la même société. Son choix est est un choix de conscience, non d'efficacité. Son écriture est une façon de penser la Littérature, non de l'étendre.

Roland Barthes, Le degré zéro de l'écriture, «Qu'est-ce que l'écriture?», p.19, points seuil