Véhesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 13 novembre 2009

Air

Parapapa, Parapapa, Poum, Poum / Tilalilalalatiti-mi-pa-hum, parapapa

Valéry à Louÿs, le 7 février 1895, in Correspondances à trois voix

Vieillir

Comme c'est fini, fini, fini, le temps où l'on avait le même âge que les jeunes filles!

Louÿs à Valéry, le 12 oct 1898, in Correspondances à trois voix

Intimidation

L'intimidation qui avait réussi avec le grand fou ne servirait de rien avec la petite folle.

Lieutenant X, Langelot agent secret, p.242

Conversation

— Vous êtes une personne bien agaçante, dit la fusée, et bien mal élevée. Je déteste les gens qui parlent d'eux-mêmes comme vous, quand on a besoin de parler de soi, comme c'est mon cas. C'est ce qu'on appelle de l'égoïsme et l'égoïsme est une chose détestable, surtout pour quelqu'un de mon caractère, car je suis bien connue pour ma nature sympathique. Vous devriez prendre exemple sur moi.

Oscar Wilde, La fameuse fusée

A propos de Victor Hugo

En vérité, l'immense m'embête — […] Je songe parfois que ma tasse de café où s'évanouit un morceau de sucre est plus digne de réflexion que le déluge, même du temps qu'il était universel…

Paul Valéry, in Correspondances à trois voix, Gide-Louÿs-Valéry

Des bas fins

Les femmes ont des bas fins et doivent geler, mais ça fait joli.

Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz, début du livre V

Mieze

Et elle est toujours un peu grave, et on ne sait pas grand-chose d'elle: si elle pense, quand elle est assise là à ne rien faire du tout, et ce qu'elle pense. S'il lui demande, elle répond en riant: mais rien du tout. On ne peut pas penser toute la journée à quelque chose. Il est bien de cet avis.

Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz, p.256

A propos de la prose

Discussion avec Paul Valéry à propos de la prose : art sacré ou outil vulgaire?
Puis je me suis dit: «L'un de nous deux est complètement toqué. J'espère que ce n'est pas moi… j'espère que ce n'est pas lui non plus… Pourtant, c'est l'un ou l'autre.»

Louÿs le 24 juin 1917, Correspondance à trois voix

Se comprendre par l'écriture

Scholem se montre soucieux, à plusieurs reprises dans la correspondance, d'une communication orale dans laquelle seule une compréhension pourrait naître entre eux. Strauss semble plus «confiant» dans la puissance ambiguë de l'écriture, ou dans la puissance de l'écriture ambiguë.

Cabale et philosophie, note p.XIII de l'introduction d'Olivier Seyden

Polémique

Et comme là où on ne comprend rien, on devient facilement polémique, alors je voudrais, cédant à cette facilité, dire ce que je ne comprends pas, et le dire de manière polémique (…)

Strauss à Scholem, Cabale et philosophie, p.7 - éditions de l'éclat

À retenir

Index

Catégories

Archives

Syndication



vehesse[chez]free.fr


del.icio.us

Library

Creative Commons : certains droits réservés

| Autres
Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.