Cette question revient souvent, et Eudes lui fit autrefois une réponse devenue mythique : « Je crois qu’il est préférable d’avoir déjà lu un livre de Renaud Camus avant même de commencer à lire son œuvre. » [1]

Finalement, non pas après mûres réflexions mais plutôt par conviction renforcée à chaque nouveau feuilletage, je conseillerai Notes sur les manières du temps:
- en premier lieu, il est toujours disponible chez l'éditeur ;
- c'est l'un des premiers livres, mais il ne fait pas partie des Eglogues (qui peuvent surprendre), ni des livres gays (qui peuvent déplaire pour des raisons moralo-esthétiques), ni des journaux [2] (commencer par un tome de journal, c'est prendre le risque de ne jamais lire autre chose) ;
- il s'agit malgré tout d'une sorte de pré-journal, illustré d'anecdotes et racontant le voyage de France jusqu'en Grèce en voiture au début des années 80 (thématique des paysages, des ciels, des hôtels...) ;
- c'est une bonne introduction aux thèmes camusiens de la forme, de l'horreur de la familiarité, de la courtoisie comme douceur de vivre ;
- il permet de savoir si l'on est allergique à la sensibilité exacerbée de l'auteur ;
- les titres des chapitres rapprochés à leur contenu constituent une bonne initiation à l'humour camusien ;

et puis surtout, mais on ne le comprend que bien plus tard, c'est un témoignage sur la vie avec Rodolfo, c'est une préparation à la lecture de L'Inauguration de la salle des Vents (cela évidemment n'est vrai que depuis 2003 : ce livre permet aussi de prendre conscience de la nécessaire lecture itérative qu'évoquait la boutade d'Eudes).



Notes

[1] cf. la quatrième de couverture de L'Amour l'Automne : « Si on veut se mettre à lire Renaud Camus, par où commencer ? — Pour commencer à lire Renaud Camus, il est indispensable d’avoir déjà lu un livre de Renaud Camus. »

[2] le projet du ''journal" commença l'année suivante, en 1986