Véhesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Billets pour la catégorie Des livres :

jeudi 31 mars 2005

La source du Dictionnaire khazar

C'est surtout Julius Guttman qui prit pour moi une importance personnelle. Il était spécialiste de la philosophie juive du Moyen-Âge, en particulier à l'époque hispano-arabe, où la cohabitation entre musulmans et juifs était dans l'ensemble très harmonieuse, de sorte que la vie juive put alors se développer librement. Outre la philosophie arabo-aristotélicienne, il naquit en ce temps-là également un aristotélisme juif, dont la figure la plus importante à citer fut Maïmonide. Je me souviens encore d'un cours chez Guttman sur le Sefer Kusari de Juda Halevi — une fiction historique sur une joute oratoire entre juifs, chrétiens et musulmans à la cour du chef chazari en Russie du Sud, dont l'auteur se servait comme d'un instrument littéraire pour prouver la supériorité philosophique du judaïsme.

Souvenirs de Hans Jonas, p.62

Philosophie et syntaxe comparée de l'anglais et de l'allemand

L'adoption de l'anglais, à laquelle je m'étais préparé en lisant le London Times et la philosophie anglaise, dont David Hume et John Stuart Mill, ne posait pas de problèmes comparables à ceux qu'il m'avait faluu maîtriser en essayant de passer à l'hébreu. Ce qui m'aida alors beaucoup, ce fut la tradition de la prose universitaire anglaise, dans laquelle simplicité et intelligibilité comptent bien plus qu'en Allemagne où la conscience culturelle confond souvent la profondeur avec l'affreuse complexité de l'écriture. Je me donnais donc, en rédigeant, beaucoup plus de peine pour énoncer mes idées avec clarté et acuité que dans mes écrits formulés en allemand, où j'avais pris encore la liberté de m'exprimer à peu près dans le jargon de Heidegger ou de Kant.

Souvenirs de Hans Jonas, p.234

Y a-t-il un rapport entre cela et la constatation amusée de Jonas que les Américains ne savent pas ce qu'est la philosophie? Est-ce un problème de langage ou de tournure d'esprit, est-ce le langage qui conditionne la tournure d'esprit ou l'inverse?

Là-bas [aux Etats-Unis], la philosophie préfère s'occuper d'analyse du langage et de théorie formelle de la connaissance, abandonnant souvent le monde et ses états aux spécialistes des sciences de la nature. Un exemple pourra l'illustrer. Jo Greebaum, alors doyen de la Graduate Faculty à la New School, me raconta un jour qu'il avait demandé à des collègues de la Chicago University comment on jugeait là-bas l'orientation philosophique d'Hannah Arendt et la mienne. L'un de ses interlocuteurs aurait déclaré que nous ne faisions aucunement de la philosophie, car la philosophie était une science positive avec un domaine thématique bien défini — il pensait à l'analyse du langage et à la logique formelle —, or aucun de nous deux n'allait dans cette voie. «Ce n'est point de la philosophie, continua-t-il, c'est intéressant, bien sûr, et désirable, il faut qu'il y ait aussi des facultés qui cultivent ce genre de choses. Je suis pour. Mais commençons par trouver un nom à cet objet. Je ne saurais dire lequel. Je sais seulement que ce n'est point de la philosophie.» J'éclatais de rire. Délicieux! Donc il existe encore quelques fossiles pratiquant ce pour quoi le concept de philosophie fut forgé à l'origine, en l'occurrence chez les Pythagoriciens, et voilà maintenant que ce contenu premier de la philosophie est à ce point sorti de mode que les esprits qui la pratiquent désormais se donnent la tâche divertissante d'inventer un concept approprié à ce que nous tentions de faire! En fait, cet épisode comique a un aspect gravement symbolique: en Amérique, on ne croit guère à la philosophie au sens où elle se pratique en Allemagne ou en France.»

Ibid., p.254

vendredi 18 mars 2005

Les fictions du journal littéraire de Catherine Rannoux

Je commence la partie consacrée à Renaud Camus. Le vocabulaire technique me décourage. Les citations en corps plus petit se détachent. Je les lis, je lis ce qu'il y a autour. Catherine Rannoux a fait un étonnant travail d'identification des sources.
Rannoux étudie les différents modes de citation, de la citation explicite avec source à l'appropriation avec légère réécriture, en passant par l'allusion. De ces citations, elle tire des conclusions quant à la vision du monde et le vivre au monde de Renaud Camus. Il me semble que ses conclusions sont juste, disons qu'elle ne dit rien qu'on ne sache déjà, mais elle s'appuie sur le texte du journal pour étayer ses conclusions, «ça change», comme dirait un ami. C'est jargonnant, dommage (mais est-ce vraiment évitable? Chaque mot technique ne pourrait être évité qu'au prix d'une périphrase) mais je trouve cela passionnant.

Quelques exemples d'identification donnés par C. Rannoux. Les notes de bas de page sont de son fait:

On devine que rien n'interdit l'accumulation de références à des discours autres, combinant les différentes configurations du mode semi-allusif comme dans ces lignes où une première modalisation autonymique semi-allusive (segment délimité, source donnée de façon allusive) sert de commentaire à une citation d'Ella Maillart, puis une nouvelle citation déclenche une deuxième modalisation interdiscursive dont la source n'est pas donnée bien qu'elle diffère de la première (segment non délimité, source non désignée) :
«Excitées par l'exploration de Bayezid, nous n'eûmes pas de répit jusqu'à ce que, parmi les criailleries des choucas indignés, nous ayons gagné le sommet des falaises faisant face à la citadelle.» L'image pousse son cri, comme pour le pauvre Crusoé dans Londres, chez Perse : c'est celui des choucas indignés, qu'affrontent à la varape les Suissesses intrépides... «En 1835, un voyageur nommé Brant écrivait au sujet de Bayezid que c'était le palais le plus splendide de toute l'Anatolie [...]» Oh! Partir, partir! Que me veut cet at home obèse?[1] (Fendre l'air p.316)

ou encore

Malgré la combinaison (mais tellement singulière) d'éléments qui pour la plupart nous sont assez familiers, somme toute, il y a là quelque chose qui ne ressemble à rien qu'on connaisse, sinon dans quelque haut Moyen-Age rêvé, qu'aggraverait sous la lune d'hiver une Arabie de sombre fantaisie, peuplées d'assassins souriants, et de bourreaux qui tranchent/le cou des innocents. (Fendre l'air p.316)
[...]
Les vers proviennent d'un poème de Tristan Klingsor, «Asie», extrait de la Shéhérazade mise en musique par Ravel. La forme originale en est :
Je voudrais voir des assassins souriants
Du bourreau qui coupe un cou d'innocent
Avec son grand sabre recourbé d'Orient

C'est toujours la même surprise de constater à quel point je ne vois pas ce qui est devant mes yeux: le journal est parsemé de citations non dissimulées, en italiques ou entre guillemets, et d'une certaine façon, je ne les avais pas remarquées. Mais comment est-ce possible?
L'écrivain baigne dans la littérature et le moindre paragraphe le transpire.

Deux autres exemples choisis par C. Rannoux:

Et pour le reste, Octave, rentre en toi-même. Je ne sais pas, moi: pourquoi ne tiendrais-tu pas ton journal? Fendre l'air p.392[2]

Un jeune gardien y lisait au soleil, sur un janséniste balcon. Or nous fûmes au chemin de Racine, à Saint-Lambert, à Dampierre même. And then to bed, contents mais fatigués... Fendre l'air p.185

[...] Mais l'excursion dans un dire familier collectif est susceptible d'ouvrir la voie vers d'autres dires encore: à la voix de la communauté, indifférente au temps, se superpose l'écho possible d'un nouveau dire, singulier celui-ci, surgissement d'une voix du XVIIe siècle spontanément associée au commentaire de la visite de Port-Royal. C'est en effet par le banal «And then to bed» que Samuel Pepys concluait fréquemment les entrées de son Journal, sur un modèle repris ici par l'énonciation de Fendre l'air. Jouant d'une même forme de clôture, le discours laisse percevoir en lui l'équivalence de dires multiples, sur le mode d'un possible «je dis comme disent les Anglais, qui disent comme disait Pepys au XVIIe siècle», et ce alors que la façon de dire en français joue simultanément à imiter les voix du passé. C'est donc à une forme de puits discursif sans fond que l'on a affaire, chaque voix semblant pouvoir s'ouvrir sur d'autres voix, dans une familiarité des dires, mais si rapide, si ténue, qu'elle peut laisser de côté le lecteur dont elle sollicite tant, à moins qu'elle ne l'entraîne à son tour dans le soupçon des échos infinis.

Catherine Rannoux, Les fictions du journal littéraires p.165

(C'est moi qui souligne)


''commentaire le 25/08/08: la découverte de ces lignes a infléchi ma lecture de Camus vers la recherche des sources. C'est à partir de ce moment que je me suis plongée dans Robbe-Grillet, par exemple. Il s'agit maintenant de trouver un équilibre entre la recherche ludique et maniaque des sources, et l'analyse globale de l'œuvre, construction complexe d'échos où rien ne se trouve où cela devrait se trouver (les détails appartenant au journal se trouvent dans les Eglogues, par exemple).''

Notes

[1] L'image pousse son cri est empruntée aux «Images à Crusoé», dans Eloges de Saint-John Perse. La deuxième modalisation fait appel aux mots de «Laeti et errabundi» dans Parallèlement de Verlaine.

[2] il s'agit d'un vers de Cinna, extrait de la tirade d'Auguste (IV, 2): «Rentre en toi-même Octave, et cesse de te plaindre.»

jeudi 17 mars 2005

Sanglant

Sultan Mourad

[...] Dans son sérail veillaient les lions accroupis,
Et Mourad en couvrit de meurtres les tapis;
On y voyait blanchir des os entre les dalles;
Un long fleuve de sang de sous ses sandales
Sortait, et s'épandait sur la terre, inondant
L'orient, et fumant dans l'ombre à l'occident;
[...]
Il fit scier son oncle Achmet entre deux planches
De cèdre, afin de faire honneur à ce vieillard
[...]

(et ainsi, pendant des pages)

Victor Hugo, La Légende des siècles

À retenir

Index

Catégories

Archives

Syndication



vehesse[chez]free.fr


del.icio.us

Library

Creative Commons : certains droits réservés

| Autres
Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.