Billets qui ont 'Eco, Umberto' comme auteur.

Foot incantatoire

Au Brésil :
Et puis nous sortions encore, et elle était la première à m'anatomiser avec sarcasme et rancœur la religiosité profonde, orgiastique, de ce lent don de soi, semaine après semaine, mois après mois, au rite du carnaval. Aussi tribal et ensorcelé, disait-elle avec haine révolutionnaire, que les rites du football qui voient les déshérités dépenser leur énergie combative, et leur sens de la révolte, pour pratiquer incantations et maléfices, et obtenir des dieux de tous les mondes possibles la mort de l'arrière adverse, en oubliant la domination qui les voulait extatiques et enthousiastes, condamnés à l'irréalité.

Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, p.171 - Fayard, 1990

Limerick cannibale

Pour Pierre Boyer / Jean-Yves Pranchère, ce premier billet d'une anthologie cannibale à rassembler.
Autre exemple de forme simple, tout en fabula: les limericks d'Edward Lear :

There was an Old Man of Peru
who watched his wife making a stew:
But once by mistake
In a stove she did bake
That unfortunate man of Peru.


c'est-à-dire:

Il était une fois un vieil homme du Pérou
Qui regardait sa femme mijoter du ragoût ;
Mais un jour par erreur, la sotte
le fit blanchir à la cocotte,
Cet infortuné vieil homme du Pérou.


Racontons cette histoire comme l'aurait relaté le New York Times: «Lima, 17 mars. Hier, Alvato Gonzales, 59 ans, deux grands enfants, employé à la Peruvian Chemical Bank, a par erreur été cuisiné par sa femme, Lolita Sanchez de Medinaceli, au cours de la préparation d'un plat local typique…»

Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman, p.41, traduction de Myriem Bouzaher - Livre de poche, 1996

Les indications de temps dans les premières pages de Dora Bruder

Le début de Dora Bruder ne permet pas immédiatement de déterminer à quelle époque écrit (ou raconte) le narrateur. Certes, il est toujours possible de soutenir que cela n'a pas d'importance, à cela près que les indications de temps sont si nombreuses qu'il devient évident que l'auteur nous invite à une reconstitution, en somme à mener notre propre enquête à l'intérieur des pages.

Première phrase du livre:
Il y a huit ans, dans un vieux journal, Paris-Soir, qui datait du 31 décembre 1941, je suis tombé à la page trois sur une rubrique: «D'hier à aujourd'hui».

Patrick Modiano, Dora Bruder, p.9, Gallimard, 1997
Il y a huit ans, mais à partir de quand? Le narrateur écrit au moins après 1950 ou 1951 (janvier 42 + 8). Cette estimation est dépassée dès la page suivante: «Je me souviens du boulevard Barbès et du boulevard Ornano déserts, un dimanche après-midi de soleil, en mai 1958.» (p.10)

Donc le narrateur écrit en 1958 ou après.
Deux phrases plus loin: «J'étais dans ce quartier l'hiver 1965» (p.10); et une page plus loin: «L'immeuble du 41, précédant le cinéma, n'avait jamais attiré mon attention, et pourtant je suis passé devant lui pendant des mois, des années. De 1965 à 1968.» (p.11)

En 1968 le narrateur ne remarquait pas l'immeuble, il ne connaissait donc pas le nom de Dora Bruder, ce qui est confirmé en partie à la page 12: «En 1965, je ne savais rien de Dora Bruder».
Sa lecture du numéro de Paris-Soir du 31 décembre 1941 date donc de 1976 au plus tôt.

A la page suivante, apparaît la date la plus proche qui puisse être possible: 1996 pour un livre paru en 1997: «Je suis retourné dans ces parages au mois de mai 1996» (p.13) ce qui ne permet toujours pas de savoir à quel moment le narrateur a lu Paris-Soir.
Aussitôt survient la date la plus lointaine du livre: 1881 (p.14). Cet intervalle, de 1881 à 1996, délimite l'espace temporel du récit.

De reconstitutions imaginées en recherche de pièces, de preuves, de témoins, nous arrivons à la page 43 qui donne enfin la date recherchée: «Elle [une témoin possible] est morte en 1985, trois ans avant que je connaisse l'existence de Dora Bruder»: la lecture a donc eu lieu en 1988, ce qui est confirmé p.54: «En décembre 1988, après avoir lu l'avis de recherche de Dora Bruder, dans le Paris-Soir de décembre 1941, je n'ai cessé d'y penser durant des mois et des mois.»
Ainsi donc, le temps durant s'accomplit l'enquête sur Dora Bruder et l'époque d'où a lieu le récit du narrateur est contenu entre 1988 et 1996.

Une page plus loin, nous apprenons la fin de Dora Bruder:
La seule chose que je savais, c'était ceci: j'avais lu son nom, BRUDER DORA — sans autre mention, ni date ni lieu de naissance — au-dessus de celui de son père BRUDER ERNEST, 21.5.99. Vienne. Apatride, dans la liste de ceux qui faisaient partie du convoi du 18 septembre 1942 pour Auschwitz.

Ibid, p.55, Gallimard, 1997
Récit entre 1881 et 1996, enquête et reconstitution entre 1988 et 1996, vie de Dora Bruder entre 1926 et 1942 (environ). Vie du narrateur depuis 1945, vie non bornée, privilège de narrateur.

Cette histoire qui avance et recule sans cesse (je n'ai retenu ci-dessus qu'un des fils possibles, le premier à s'offrir en début de livre, la détermination de la date de lecture de l'article de journal) m'a fait penser à l'analyse de Sylvie par Umberto Eco dans Six promenades dans les bois du roman, conférences données lors des Norton Lectures.

Il faudrait recopier pratiquement tout la conférence qui démonte les analepses et les prolepses de Sylvie. Je ne vais reprendre qu'un ou deux paragraphes:
Que gagne le lecteur à cette reconstruction? Rien, s'il reste un lecteur de premier degré qui, s'il parvient à dissiper quelques effets de brume, risque de perdre la magie de l'égarement. En revanche, le lecteur de second degré comprend que ces évocations obéissent à un ordre, que ces soudains embrayages ou échanges temporels et ces brusques retours au présent narratif suivent un rythme. Nerval a créé ses effets de brume en travaillant sur une sorte de partition musicale. Comme une mélodie, d'abord appréciée pour les effets irréfléchis qu'elle provoque, révèle a posteriori que lesdits effets sont dus à une série d'intervalles inopinés, cette partition nous montre comment, grâce au jeu des «échanges» temporels, un «temps musical» s'impose au lecteur.
[…]
Ainsi, cet espace de l'intrigue immensément dilaté raconte quelques moments décousus de la fabula; en effet, ces huit années ne sont pas vraiment capturées, c'est à nous de les imaginer, perdus comme elles dans les brumes d'un passé qui, par définition, ne peut être retrouvé. Ce sont les nombreuses pages passées à essayer de retrouver ces moments sans jamais réussir à reconstruire leur séquence, c'est la disproportion entre temps de remémoration et temps réellement remémoré, qui produisent ce sentitment de perdition et de défaite languide.

Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman, p.48-49, Livre de poche, 1996
La structure temporelle de Sylvie ne correspond pas à celle de Dora Bruder, mais les analyses d'Eco seraient intéressantes à transposer.

Jeudi de l'Oulipo : l'érudition

La séance sera sous le signe des plagiaires par anticipation, ces auteurs qui ont écrit sous contrainte avant l'oulipo.
Pas de compte rendu, ce n'est pas possible: il faut être précis au mot près, sinon les textes perdent tout leur seul.

mise à jour : cette émission est désormais en ligne.


Quelques indications cependant:

Frédéric Forte lit un extrait de Salmigondis (Mulligan Stew) de Gilbert Sorrentino. Je l'ai noté, car il met ce livre au même niveau que Si par une nuit d'hiver un voyageur et La vie mode d'emploi, ce qui laisse rêveur. Vers la fin de la séance, il nous lira un extrait d'un autre livre, tout juste traduit, La folie de l'or (Gold Fools).
FF nous parlera également d'Oskar Pastior et Lectures avec Tinnitus.

Jacques Jouet évoque Mikhail Gorliouk qui lui écrivait en août 1978 à propos d'un projet de Georges Perec d'écrire un roman quadri-langues, italien espagnol anglais français, grâce au travail commun d'Italo Calvino, de Julio Cortazar, Harry Mathews et de lui-même, Georges Perec. On ne sait ce qu'il advint de ce projet, mais la parution de Si par une nuit d'hiver un voyageur et du Voyage d'hiver, à quelques mois d'intervalle, fait penser que le livre était en cours de réalisation.
J'ai retrouvé (ajoute Jacques Jouet) un texte de Goethe, dans son autobiographie Dichtung and Wahrheit, qui annonce le même projet. (Suit la lecture dudit passage).
Le problème, c'est qu'il est impossible de se faire une opinion: Gorliouk, vrai ou faux nom? Vrai ou faux projet de Perec? Et le texte de Goethe existe-t-il? (pour les germanistes qui voudront chercher: ce texte parle d'une sœur qui écrira en style féminin, d'un frère théologien, d'un plus jeune utilisant le yiddish1.

Marcel Bénabou se lance dans une démonstration compliquée qui revient à dire que "lit" signifie "littérature" dans Proust (et plume, et page), et que donc «Longtemps je me suis couché de bonne heure" (évoquant le lit donc la littérature) est l'utilisation du futur stratagème de Perec reconnaissant la lettre hébraïque "mem" tandis que tout W ou les souvenirs d'enfance parle de la mémoire (lit=> littérature, mem=> mémoire; d'où Proust plagiaire de Perec, si vous suivez. D'ailleurs contrepétrie ("antistrophe") dans le titre A la recherche du temps perdu: A la recherche du père tendu).

Michelle Audin lit un extrait de Vertige des listes d'Umberto Eco. «Soixante-quatorze cases de l'échiquier», entends-je, et je suppose qu'elle s'est trompée à la lecture. Mais non, elle relit plus tard, l'erreur est encore là, elle relit soixante-quatorze. Erreur du traducteur. («Si 99 cases est un clinamen, 74 est une erreur.»)
Elle va vérifier le texte de Dante (il s'agit d'un passage du Paradis) et tombe sur les notes infrapaginales absurdes d'Alexandre Masseron, qui n'aime pas Arnaut Daniel et considère que dix-huit milliards de milliards est infini… Michelle Audin nous fait remarquer qu'entre soixante-quatre et soixante-quatorze, il y a un facteur mille. (Etc.)

Ian Monk et Olivier Salon se sont livrés à des exercices de virtuosité que je ne me risque pas à évoquer. ("les érudits du football… les érudits du shit… les érudits de la physique… et j'ai étudié les tropes, voici donc une mise en tropes (etc.)")

Je crois que c'est Jacques Jouet qui remarqua que la seule consolation au fait de ne pouvoir démissionner de l'Oulipo était de savoir que les autres étaient coincés aussi. Cependant, Jacques Jouet a découvert dans la bibliothèque oulipienne une correspondance de lettres anonymes découpées dans du journal proposant quelques solutions:
- le suicide devant huissier en précisant bien que la seule raison du suicide est la volonté de sortir de l'oulipo;
- l'assassinat (de l'oulipien qui dérange) par l'ensemble du groupe, toujours devant huissier, et toujours en précisant que (etc.). Problème: tous les oulipiens ne seront sans doute pas détenus dans la même prison. Communiquer entre eux à travers la France à coup de cuillères sur les tuyaux…
- ou alors le suicide en groupe, toujours selon les mêmes modalités. Mais alors, que va devenir l'oulipien qui restera? Sera-t-il ronger de remords, cooptera-t-il aussitôt d'autres oulipiens?


1 : Vérification faite ce soir, Gorliouk est un avatar de Jacques Jouet.

Les carnets de Finnegans Wake II

Cette fois-ci ce sont des notes, même pas renarrativisées.

Daniel Ferrer nous a distribué divers tableaux et grilles destinés à éclairer la structure (et la diégèse) de FW. La source est un livre de Clive Hart, mais je n'ai pas noté lequel. Il est également possible qu'il y est plusieurs sources (autres que Clive Hart, je suis arrivée en retard et je n'ai rien noté).


1/ Un tableau analysant les dix-huit chapitres d' Ulysses en listant pour chacun le lieu, l'heure, l'organe (foie, parties génitales, poumons, etc), la discipline (théologie, histoire, philologie,...), la couleur, le symbole (l'héritier, le cheval, la marée, ...), la technique (narratif (jeune), catéchisme (personnel), monologue (masculin), etc.) et la correspondance entre les personnages en scène (Stephen - Télémaque - Hamlet : Buck Mulligan - Antinous : la laitière - Mentor; etc.)
Ce modèle d'Ulysses ne doit pas être surestimé car il a été construit a posteriori, cependant il est utile. Des grilles d'analyse de ce type ont été tentées concernant Finnegans Wake.

2/ Un tableau détaille les dix-sept chapitres de FW (livre I: 8 chapitres; livre II: 4; livre III:4; livre IV) par : heures de la nuit; lieux (réels et symboliques); symboles principaux; discipline (archéologie, communication, géographie,...); technique (mythe, potin, carnet de notes, émission de radio...)
Ces trois dernières colonnes d'analyse cherchent un peu trop à rabattre la structure de FW sur celle d'Ulysses. A ne pas surestimer mais utile.
Correspondance entre le temps humain, le temps mythique et l'histoire universelle.

3/ Une table de correspondances du cycle Trois plus Un.
Il s'agit d'un travail à partir de la théorie de Vico d'une histoire cyclique que Joyce avait confiée à Beckett comme étant l'une des clés possibles de FW.
Je recopie le tableau en matérialisant les colonnes par des points-virgules. Les annotations en italique sont des annotations personnelles.

Livre I; naissance; passé; or; nord; Matthieu. âge divin
Livre II; mariage; présent; argent; est; Marc. âge héroïque
Livre III; mort; futur; cuivre; est; Luc. âge humain
Livre IV; reconstitution; intemporel; acier; ouest; Jean. ricorso

- Une table de correspondances supplémentaires du cycle Trois plus Un
Livre I. 1-4; terre; mélancolique; Terre; or; printemps; nord; Matthieu.
Livre I. 5-8; eau; flegmatique; Lune; argent; été; sud; Marc.
Livre II; feu; sanguin; Vénus; cuivre; automne; est; Luc.
Livre III; air; colérique; Saturne; plomb; hiver; Jean.
Livre IV; quintessence; parfait équilibre des humeurs; Soleil; fer et or; équinoxe; centre, Assomption.


Autres pistes d'interprétation :
Le rêve. Joyce a dit que FW était le temps d'une nuit. Mais il faut regarder la date à laquelle il a dit ça.
Si rêve il y a, qui rêve? HCE? => Pas clair.

Finalement le plus utile : la table des symboles donnée la semaine dernière.
Il faut toujours se demander : «de qui s'agit-il?», même si souvent les choses se renversent les unes sur les autres.


FW n'a pas été écrit dans l'ordre. Il a été écrit par séquences, qu'on appelle des "sketches" (des esquisses).
1/ le premier sketch écrit a porté sur un dieu irlandais;
2/ puis Tristan et Iseult;
3/ puis Saint Kevin

On ne sait pas très bien ce que James Joyce comptait faire de ces sketches à l'origine. Certains ont tout de suite formé des noyaux de FW, d'autres n'ont été ajoutés qu'à la fin.

Chute: représentée par un mot de cent lettres. Bruit du tonnerre.
Le tonnerre a déclenché le langage.
Chute du maçon Finnegan.

HCE a fait quelque chose mais on ne sait pas quoi;
on ne sait pas avec qui;
on ne sait pas qui l'accuse;
mais c'était dans le bois du Phénix à Dublin. => Des rumeurs courent. Sa femme va le défendre. C'est le fameux "Mamafesta" (Livre I chapitre 5). Il s'agit d'une feuille trouvée dans le fumier. Mais il y a aussi un parallèle avec le livre de Kell (le plus célèbre des manuscrits irlandais). La lettre représente aussi le livre lui-même, c'est pour cela qu'on ne peut la connaître en entier. A la fois contenant et contenu.
On comprendra peu à peu que cette lettre a été dictée par la mère à Shem, postée par Shaun.

Livre I chapitre 6. Les quizz. Reprend tous les personnages.
Livre II : les enfants
Livre III : le livre de Shaun (Dans le courrier de Joyce, le livre III est représenté par un V inversé, suivi d'un 1, 2, 3 ou 4 en indice pour désigner les chapitres 1,2,3 ou 4).
Livre IV : le long monologue d'ALP.

Le chapitre 8 est l'un des plus faciles.
Anna Liffey = la rivière
Deux lavandières le long de la Liffey lavent le linge de la famille Earwicker. Joyce a accepté de lire un passage de ce chapitre et on en possède un enregistrement. Le texte lu est le suivant, à la fin du chapitre 8:
Well, you know or don’t you kennet or haven’t I told you every telling has a taling and that’s the he and the she of it. Look, look, the dusk is growing! My branches lofty are taking root. And my cold cher’s gone ashley. Fieluhr? Filou! What age is at? It saon is late. ’Tis endless now senne eye or erewone last saw Waterhouse’s clogh. They took it asunder, I hurd thum sigh. When will they reassemble it? O, my back, my back, my bach! I’d want to go to Aches-les-Pains. Pingpong! There’s the Belle for Sexaloitez! And Concepta de Send-us-pray! Pang! Wring out the clothes! Wring in the dew! Godavari, vert the showers! And grant thaya grace! Aman. Will we spread them here now? Ay, we will. Flip ! Spread on your bank and I’ll spread mine on mine. Flep! It’s what I’m doing. Spread ! It’s churning chill. Der went is rising. I’ll lay a few stones on the hostel sheets. A man and his bride embraced between them. Else I’d have sprinkled and folded them only. And I’ll tie my butcher’s apron here. It’s suety yet. The strollers will pass it by. Six shifts, ten kerchiefs, nine to hold to the fire and this for the code, the convent napkins, twelve, one baby’s shawl. Good mother Jossiph knows, she said. Whose head? Mutter snores? Deataceas! Wharnow are alle her childer, say? In kingdome gone or power to come or gloria be to them farther? Allalivial, allalluvial! Some here, more no more, more again lost alla stranger. I’ve heard tell that same brooch of the Shannons was married into a family in Spain. And all the Dun-ders de Dunnes in Markland’s Vineland beyond Brendan’s herring pool takes number nine in yangsee’s hats. And one of Biddy’s beads went bobbing till she rounded up lost histereve with a marigold and a cobbler’s candle in a side strain of a main drain of a manzinahurries off Bachelor’s Walk. But all that’s left to the last of the Meaghers in the loup of the years prefixed and between is one kneebuckle and two hooks in the front. Do you tell me. that now? I do in troth. Orara por Orbe and poor Las Animas! Ussa, Ulla, we’re umbas all! Mezha, didn’t you hear it a deluge of times, ufer and ufer, respund to spond? You deed, you deed! I need, I need! It’s that irrawaddyng I’ve stoke in my aars. It all but husheth the lethest zswound. Oronoko ! What’s your trouble? Is that the great Finnleader himself in his joakimono on his statue riding the high hone there forehengist? Father of Otters, it is himself! Yonne there! Isset that? On Fallareen Common? You’re thinking of Astley’s Amphitheayter where the bobby restrained you making sugarstuck pouts to the ghostwhite horse of the Peppers. Throw the cobwebs from your eyes, woman, and spread your washing proper! It’s well I know your sort of slop. Flap! Ireland sober is Ireland stiff Lord help you, Maria, full of grease, the load is with me! Your prayers. I sonht zo! Madammangut! Were you lifting your elbow, tell us, glazy cheeks, in Conway’s Carrigacurra canteen? Was I what, hobbledyhips? Flop! Your rere gait’s creakorheuman bitts your butts disagrees. Amn’t I up since the damp tawn, marthared mary allacook, with Corri-gan’s pulse and varicoarse veins, my pramaxle smashed, Alice Jane in decline and my oneeyed mongrel twice run over, soaking and bleaching boiler rags, and sweating cold, a widow like me, for to deck my tennis champion son, the laundryman with the lavandier flannels? You won your limpopo limp fron the husky hussars when Collars and Cuffs was heir to the town and your slur gave the stink to Carlow. Holy Scamander, I sar it again! Near the golden falls. Icis on us! Seints of light! Zezere! Subdue your noise, you hamble creature! What is it but a blackburry growth or the dwyergray ass them four old codgers owns. Are you meanam Tarpey and Lyons and Gregory? I meyne now, thank all, the four of them, and the roar of them, that draves that stray in the mist and old Johnny MacDougal along with them. Is that the Poolbeg flasher beyant, pharphar, or a fireboat coasting nyar the Kishtna or a glow I behold within a hedge or my Garry come back from the Indes? Wait till the honeying of the lune, love! Die eve, little eve, die! We see that wonder in your eye. We’ll meet again, we’ll part once more. The spot I’ll seek if the hour you’ll find. My chart shines high where the blue milk’s upset. Forgivemequick, I’m going! Bubye! And you, pluck your watch, forgetmenot. Your evenlode. So save to jurna’s end! My sights are swimming thicker on me by the sha-dows to this place. I sow home slowly now by own way, moy— valley way. Towy I too, rathmine.%%% >Ah, but she was the queer old skeowsha anyhow, Anna Livia, trinkettoes! And sure he was the quare old buntz too, Dear Dirty Dumpling, foostherfather of fingalls and dotthergills. Gammer and gaffer we’re all their gangsters. Hadn’t he seven dams to wive him? And every dam had her seven crutches. And every crutch had its seven hues. And each hue had a differing cry. Sudds for me and supper for you and the doctor’s bill for Joe John. Befor! Bifur! He married his markets, cheap by foul, I know, like any Etrurian Catholic Heathen, in their pinky limony creamy birnies and their turkiss indienne mauves. But at milkidmass who was the spouse? Then all that was was fair. Tys Elvenland ! Teems of times and happy returns. The seim anew. Ordovico or viricordo. Anna was, Livia is, Plurabelle’s to be. Northmen’s thing made southfolk’s place but howmulty plurators made eachone in per-son? Latin me that, my trinity scholard, out of eure sanscreed into oure eryan! Hircus Civis Eblanensis! He had buckgoat paps on him, soft ones for orphans. Ho, Lord ! Twins of his bosom. Lord save us! And ho! Hey? What all men. Hot? His tittering daugh-ters of. Whawk?%%% >Can’t hear with the waters of. The chittering waters of. Flittering bats, fieldmice bawk talk. Ho! Are you not gone ahome? What Thom Malone? Can’t hear with bawk of bats, all thim liffeying waters of. Ho, talk save us ! My foos won’t moos. I feel as old as yonder elm. A tale told of Shaun or Shem? All Livia’s daughter-sons. Dark hawks hear us. Night! Night! My ho head halls. I feel as heavy as yonder stone. Tell me of John or Shaun? Who were Shem and Shaun the living sons or daughters of? Night now! Tell me, tell me, tell me, elm! Night night! Telmetale of stem or stone. Beside the rivering waters of, hitherandthithering waters of. Night!
Ce sont aussi les quatre dernières pages de ce chapitre qui furent traduites en basic English, un langage mis au point par Ogden qui n'utilise que les 850 mots les plus courants de la langue anglaise. Le projet de ce langage semble aux antipodes du travail de FW sur les mots. Peut-être que James Joyce était conscient qu'il lui fallait un peu de publicité... (ou que ça l'amusait ou l'intéressait (remarque personnelle)).

Les carnets avec l'annotation "r" contiennent des noms de rivières (de cours d'eau) du monde entier.
Nous reprenons le début du passage et expliquons quelques mots.

"kennet" => La Kennett, rivière anglaise
"every telling has a taling" => Taling : aussi une rivière et "tail": la queue
hisheorey : theory entre his and she
L'obscurité monte // le bruit de la rivière en fait autant.
"My branches lofty are taking root" : inversion poétique, quasi miltonienne. (bizarre pour une lavandière).
"ashley" : cendre mais aussi frêne.
"Filou" : Allemands/ Français (guerre de 1914)

Comment choisir un sens parmi les sens qui s'ouvrent? Théorie des topiques : autrement dit, "de quoi ça parle?"
Dans Lector in Fabula (p.112-117) Umberto Eco donne l'exemple suivant:
- Charles promène son chien tous les soirs. Pierre aussi.
- Charles fait l'amour avec sa femme deux fois par semaine. Pierre aussi.
Le contexte permet donc aussi de comprendre un texte. Greimas a parlé d'isotopies : conglomérats créés. Umberto Eco en présente la déclinaison dans Lector in fabula. Par exemple il y a
les isotopies - discursives
- phrastiques
- paradigmatiques
- syntagmatiques
- ...
- narratives - ...
etc.

"my cold cher’s"; "Waterhouse’s clogh" : le Cher et la Clogh : encore des rivières.
"eye" : I
"senne eye or erewone" : sans que moi ni personne (traduction personnelle)
erewone : anyone ou everyone. ere: jamais. =>qui que ce soit
Sexaloitez : fête à Zurich (James Joyce est enterré à Zurich.)
Send-us-pray : Saint-Esprit (travail phonétique, par assonance).

Wring out the clothes! => the old
Wring in the dew! => the new
Encore une chanson, sur un poème de Tennysson que l'on joue traditionnellement lors du passage de l'ancienne à la nouvelle année : "Ring out the old, ring in the new". ''(J'ai choisi une adaptation moderne, ici la partition de l'hymne traditionnel.

Les balades de Corto Maltese, de Guido Fuga et Lele Vianello

J'avais emprunté l'édition 1999 à la bibliothèque, j'ai acheté sur place l'édition mise à jour de 2007 (non par choix, mais parce que cela s'est trouvé comme ça).

La page de garde annonce «Les renseignements concernant les établissements cités ici ont été remis à jour en avril 2007». Hélas, ce n'est vrai que pour les restaurants.

C'est un guide qui ne s'occupe pas d'art au sens systématique du terme (les églises, les musées, les époques, etc.). Il raconte l'histoire et surtout les légendes, franchissant les siècles d'Attila à l'occupation américaine, s'intéresse aux toponymies, donne aux lecteurs de Corto Maltese d'intéressantes précision sur la source de certaines planches des BD (et lorque nous lisons, à propos de la maison du Titien «Corto Maltese y résida lui aussi, mais les guides officiels ne le mentionnent pas» (p.32), il faut quelques secondes pour comprendre ce qu'on vient de lire.
Les auteurs semblent aimer les crimes sanglants et les condamnations à mort, ils n'aiment pas Palma le jeune, ils maudissent les restaurations brutales (les bâtiments trop blancs, la disparition des fresques) et pleurent la désertion des îles.

C'est un guide davantage destiné à nous perdre qu'à nous guider, l'imprécision des rues (prenez le pont de fer, puis la deuxième à gauche...) (nous n'avons jamais trouvé le dragon corte del Rosario (p.103)), le nom des chapitres ("Porte de la mer", "Porte de l'Orient"), la carte générale page 16 (une peinture), tout prouve que le but de ce livre est davantage de nous faire rêver que de nous aider à trouver notre chemin.
Il y manque d'ailleurs, et je suis sûre que c'est volontaire, un solide index. On se perd dans le livre avant de se perdre dans les rues, ou les deux, mais pas au même rythme.

Quelques mises à jour personnelles :

  • Entre 2007 et 2009 un quatrième pont a été jeté sur le Grand Canal. Il se trouve au niveau de la gare routière et permet de rejoindre très vite la gare ferrovière.
  • Beaucoup d'endroits sont fermés ou devenus payants : le casino Venier (p.112) est fermé, même si une plaque discrète permet de s'assurer que l'on ne se trompe pas dans l'identification de la maison, l'accès de l'église S. Teodoro (p.103) est interdit, il n'est pas possible de passer sous le porche Fondamenta S. Apollonia (toujours p.103) car le cloître est devenu musée. L'église San Nicolò dei Mendicoli est devenue une "église Chorus", c'est-à-dire que l'accès en est payant alors qu'il en était libre il y a deux ans. Etc., etc.
  • Il n'y a plus de lignes de vaporetto qui traversent l'Arsenal (p.75) (Ça, c'est vraiment dommage).
  • Le musée juif et le musée d'histoires naturelles sont en restauration. Ils offrent un accès si réduit qu'ils ne font pas payer (les heures sont impossibles, ils ferment vers 13 heures ou 13 heures 30) La maison Goldoni est fermée le mercredi. San Pietro di Castello, bien que faisant partie des "églises Chorus", est fermée le dimanche (mais bien sûr ce n'est indiqué que sur la porte de l'église.) San Pantalon est ouverte deux heures par jour, de 16 à 18 heures.
  • L'horaire de la messe dans l'église arménienne est 10 heures 30 (p.116). Je n'ai pas compris s'il s'agissait de la dernière messe en arménien sur l'île ou si la messe n'était célébrée que le dernier dimanche de chaque mois.
  • Il y a du wifi au Caffè blue (p.150).
  • Des scènes de Summertime ont été tournées dans la boutique de masques à côté de San Barnaba; Kubrick a fait appel au fabricant de masque de l'autre côté du pont pour les scènes de Eyes wide shut.
  • Le Pont des soupirs est emballé dans une publicité bleue, le campanile de la basilique de Torcello est entourée d'échaffaudages (p.199) et le pont du Diable est invisible sous diverses machines de chantier. Le pont en bois vers San Pietro di Castello est en réfection, je ne sais s'il sera conservé en bois.



Je suis en train de me dire que tout cela doit donner une image négative du livre. C'est un tort: il est très précieux dans ce qu'il précise d'anecdotes et de légendes, permettant de rêver sur un siège ou sur une poutre. Ces notes personnelles ne font que démontrer qu'il faudrait un wiki des visiteurs de Venise, afin de mettre à jour quelques données factuelles.

Parfois il exagère un peu (ou pas):

Si on utilise le pied vénitien (35,09 cm) comme unité de mesure, deux chiffres reviennent constamment : le 8 (la base octogonale de l'église [Santa Maria della Salute] symbolyse en elle-même la Renaissance) et le 11, accompagné de ses multiples. le huit fait partie de la symbolique chrétienne (la couronne mystique de la Vierge, l'église du Saint Sépulchre, la Résurrection et la vie éternelle), mais le 11 a une valeur négative. Il renvoie en effet au Dix Commandements et désigne le péché mortel; pour la Kabbalah juive (ou qabbalah) au contraire, ce chiffre représente l'origine suprême des tables de la Loi, c'est-à-dire Dieu entouré ses dix sephirots.
Les balades de Corto Maltese, p.166

Comment ne pas penser à Umberto Eco ?

«Messieurs, dit-il, je vous invite à aller mesurer ce kiosque [à journaux]. Vous verrez que la longueur de l'éventaire est de 149 centimètres, c'est-à-dire un cent-millième de la distance Terre-Soleil. La hauteur postérieure divisée par la largeur de l'ouverture fait 176:56=3,14. La hauteur antérieure est de 19 décimètres, c'est-à-dire égale au nombre d'années d cycle lunaire grec. La somme des hauteurs des deux arêtes postérieures fait 190x2+176x2=732, qui est la date de la victoire de Poitiers. [...]»
Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, chapitre 48


Enfin, pour le plaisir, un lien vers des forcole (nous n'avons pas vu l'atelier: l'adresse que j'avais sur place, à deux pas de l'arsenal, était fausse).
Pour les amoureux de la typographie (l'imprimeur est francophile et adore discuter): Gianni Basso, Fondamenta nove. Calle del fumo, 5301.

méthode de lecture, méthode de non-lecture, non-méthode de non-lecture,...

à se résigner si c'est bien le mot à ce désordre (tous les livres ouverts en même temps, sur la table, posés devant, comment dit-il, étendus-ensemble-devant writzrumenzeitsteinshcleimdunkenacht ou quelque chose comme ça à l'aimer parce qu'il est fidèle au moins à cette simultanéi
Renaud Camus, Vaisseaux brûlés

Je pratique des lectures un peu folles, désespérées en un sens. Des lectures frénétiques de livres pris presque au hasard, et ouverts n'importe où. Ce sont des lectures très capricieuses, intellectuellement très insatisfaisantes bien entendu. On ne suit pas la totalité du cours d'une pensée, d'un récit. On ne remonte pas à leur origine. Et bien sûr on ne peut pas non plus appréhender l'ensemble de leurs conséquences, de leurs suites possibles. Mais quand bien même on commencerait un livre à la première ligne, ce qui m'arrive aussi, malgré tout, est-ce qu'il en irait très différemment ?
Vaisseaux brûlés

Les expériences que j'ai sont, me semble-t-il, communes à toute personne qui possède beaucoup de livres, et qui considère une bibliothèque non seulement comme un lieu où conserver les livres déjà lus, mais surtout comme un entrepôt de livres à lire un jour ou l'autre, quand le besoin s'en fait sentir. Or chaque fois que l'oeil tombe sur un livre non encore lu, il se peut qu'on soit saisi d'un remords.
Puis vient le jour où, pour apprendre quelque chose sur un sujet donné, on se décide à ouvrir un de ses livres non lus, on se met à le lire et on s'aperçoit qu'on le connaissait déjà. Que s'est-il passé? Il ya l'explication mystico-biologique : à force de déplacer les livres, de les dépoussiérer et de les remettre à leur place, à la longue, l'essence du livre a pénétré peu à peu par le bout des doigts dans notre esprit. Il y a l'explication du scanning fortuit et continu: à force de prendre et de réordonner les divers volumes, il est impossible que, à la longue, ce livre n'ait pas été parcouru du regard; en le déplaçant, on regardait quelques pages, une aujourd'hui, une le mois suivant, et petit à petit, on a fini par le lire en grande partie, fût-ce de manière non linéaire. Mais la véritable explication est que, entre le moment où on a eu ce livre et le moment où on l'a ouvert, on a lu d'autres livres, dans lesquels il y avait quelque chose qui parlait du premier livre, et donc, à la fin de ce long parcours intertextuel, on découvre que ce livre qu'on n'avait pas lu faisait quand même partie de notre patrimoine mental, et que peut-être, il nous avait profondément influencé.
Umberto Eco, De la littérature p169

139. Sauf que je n'ai jamais lu La Montagne magique, mais enfin... La culture, c'est peut-être ce qui permet de se faire une idée assez précise, assez floue, assez précisément floue, des livres que l'on n'a pas lus et de tout ce qu'on ne connaît pas vraiment, ce qui permet de faire illusion (et de mesurer son ignorance).
Vaisseaux brûlés

Comment reconnaître un film X

Parfois on recherche la coïncidence des trois temps (de la fabula, du discours, de la lecture) à des fins très peu artistiques. La temporisation n'est pas toujours un signe de noblesse. Je me suis un jour demandé à quoi on reconnaît scientifiquement un film pornographique. Un moraliste répondrait qu'un film est porno s'il contient des représentations explicites et minutieuses d'actes sexuels. Pourtant, lors de nombreux procès pour pornographie, on a démontré que certaines œuvres d'art recourent à ce type de représentations par scrupule de réalisme, pour dépeindre la vie telle qu'elle est, pour des raisons éthiques (on représente la luxure afin de la condamner) et que de toute façon, la valeur esthétique de l'œuvre rachète sa nature obscène. Comme il est délicat de dire si une œuvre a vraiment des préoccupations de réalisme, si elle a de sincères intentions éthiques, et si elle atteint des résultats esthétiquement satisfaisants, j'ai établi (après avoir analysé maints hard-core movies) une règle infaillible.
Il faut savoir si, dans un film représentant des actes sexuels, lorsqu'un personnage prend une voiture ou un ascenceur, le temps du discours coïncide avec le temps de l'histoire. Flaubert met une ligne à nous dire que Frédéric a voyagé longtemps; dans les films normaux, quand un personnage monte en avion, on le voit débarquer au plan suivant. En revanche, dans un film porno, si quelqu'un [...] ouvre un frigo et se verse une bière pour la siroter au creux d'un fauteuil, l'action prend autant de temps que cela vous prendrait chez vous pour faire la même chose.
La raison en est très simple. Le film porno est conçu pour satisfaire le public par la vision d'actes sexuels, mais il ne peut offrir une heure et demie d'accouplements ininterrompus, ce serait fatigant pour les acteurs et cela finirait par devenir assommant pour les spectateurs. Il faut donc distribuer l'acte sexuel au cours d'une histoire. Or, personne n'est dispensé à dépenser de l'argent et des trésors d'imagination pour concevoir une histoire digne d'intérêt, dont le spectateur se ficherait parce qu'il veut du sexe. L'histoire se réduit donc à une série minimale d'événements quotidiens — aller quelque part, mettre un pardessus, boire un whisky, parler de chose sans importance — [...]. C'est pourquoi tout ce qui n'est pas sexuel doit prendre autant de temps que dans la réalité, alors que les actes sexuels doivent prendre plus de temps qu'ils n'en requièrent en général dans la réalité. Voici donc la règle : si dans un film, deux personnages, pour aller de A à B, mettent un temps égal à celui qu'il faut en réalité, nous avons la certitude de nous trouver face à film porno. Bien entendu, il doit y avoir aussi des actes sexuels sinon Im Lauf der Zeit de Wim Wenders, qui montre pendant presque quatre heures deux personnes voyageant en camion, serait un film pornographique, ce qu'il n'est pas.

Umerto Eco, Six promenades dans les bois du roman, p 67 dans le livre de poche

Et c'est toujours avec un grand plaisir que je m'imagine le professeur Eco affalé dans son salon, une bière à la main, regardant films X après films X.
Sa femme entre :
— Qu'est-ce que tu fais, chéri?
— J'étudie le temps de la narration.

Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.