Billets qui ont 'identification des sources' comme mot-clé (RC).

Index croisé des références touchant Renaud Camus

Il existe un index à partir de tags. Ici, c'est plutôt un jeu, un lent tricotatge.
Travail permanent. Si un lien est brisé, merci de le signaler en commentaire.


  • A

A propos de Renaud Camus - Jean-Pierre Salgas

Académie française - pas de siège réservé aux homosexuels, le sort de Vigny

achrien

Ada de Nabokov - Ladore/Mont-Dore

"Affaire Renaud Camus" - positionnement en fonction de l'amour-propre et vérité sur le Panorama

Aguets - quatrième de couverture, tant de monuments et si peu d'événements

Albert - Camus, de Monaco

les amis du désastre - cité par Éric Conan et dans Outrepas

amour - prouvé par la mort

L'Amour l'Automne - Carmen Sylva, la Roumanie, annonce du projet de ce livre

amour des garçons - Eros trompeur

amuïssement - dans Le département du Gers

anagrammes - une des clés des Eglogues, théorisée dans Les mots sous les mots de Starobinski, une analyse des anagrammes latins par Saussure

ange - dans Passage, la plaque de bronze, décuvage de poussière d'ange, les frères Wright

Anouilh, Jean - Renaud Camus acteur

grimper sur l'armoire

la forêt des associations

au temps pour moi, le combat de Cratyle et Hermogène

auteur - impuissant à expliquer ce qu'il fait

  • B

Jan Baetens - Une vie de refus, l'impossible identification des citations, quelques mots sur Roman roi; quelques mots sur Valery Larbaud, Les mesures de l'excès consacrées aux Eglogues

Jan Baetens - Etudes camusiennes, l'indulgence camusienne pour les écrivains contemporains, RB, herbé, l'importance des noms dans les Eglogues

bathmologie - définition selon Barthes, Blaise Pascal et Pierre Force

Roland Barthes - son opinion sur le naturel, quelques mots sur RC dans Incidents

bâtard - ardents légitimistes;

"and then to bed" - Journal de Pepys : Fendre l'air p.185

bibliothèque - une tête comme une tour aménagée en bibliothèque (Proust)

bicyclette - dans Passage, dans Echange

bonheur - les souhaits et l'exaucement

Michel Braudeau critique ''Vigiles

Buena Vista Park - compte-rendu hésitant, la pochette et Têtu; les cartes (de Roman Roi); trois juifs paranoïaques ; les femmes aveugles ou trop indulgentes par rapport au laisser-aller des hommes

  • C

caminus caminus - explication via cavatina cavatina

Albert Camus - repas à Monaco

Carmen Sylva - L'Amour l'Automne, Roman Roi, Outrepas

La Caronie

carte - dans Buena vista park

Fidel Castro - horreur de

Paul Celan - dans L'Inauguration

cendres prisées pour de la coke - Été et Journal d'un voyage en France

«Chantelle, ô Cantilia !» Larbaud et Journal d'un Voyage en France

château - une tête comme une tour aménagée en bibliothèque (Proust)

Chateaubriand - René dans Ada de Nabokov

cirque - la famille d'Orfeo

citations - l'impossible identification

coïncidences - premiers repérages

Collège de France - William Burke indispensable à la leçon inaugurale

Corée l'absente - le jeune homme qui pompe une image

crépi - dans Retour à Canossa

critique - absence de

culture - ce qu'on n'a pas lu

  • D

danse - Roman roi

Dauphine, Renault - les noms de voiture

Del Guidice, Le stade de Wimbledon - allusion manquante dans Outrepas

Demeures de l'esprit - France I - Sud-Ouest - Commentaires, Loti, Vigny

Le département du Gers - domicile de Dieu, l'amuïssement de la langue

Olivier Deprez - sur l'écriture camusienne

Jacques Dewitte - articles sur Orwell et la novlangue (note dans Syntaxe)

La Dictature de la petite bourgeoisie - faire taire les morts, origine sociale et culture

Les demeures de l'Esprist, France, Sud-Ouest - tentative de bibliographie: Bertran de Born, Fénelon, Bernart de Ventadour, Champollion

Le département du Gers - l'amuïssement

Du sens - race juive; compte-rendu, hiérarchie et grammaire, le féminin des noms, Vania, la chienne très aimée, la mort de Vania

  • E

Échange - comme une partie de le tennis, quelques mots de Marianne Alphant, Vania, la chienne très aimée, le château de Landogne, les frères Wright

L'écriture, la vie, le personnage - Blanchot contre Camus

l'écriture camusienne - une analyse de Sjef Houppermans in Renaud Camus érographe, un article d'Olivier Deprez, l'auteur crée sa matière avant de la tailler

Eglogues - annonce de la réouverture du chantier

L'Elégie de Budapest - compte-rendu

L'Élégie de Chamalières - compte-rendu

Elégies pour quelques-uns - "Que me veut cet at home obèse?", p.105 (Paul Verlaine - Parallèlement, «Laeti et errabundi»)

Été - Travers II - cendres prisées pour de l'héroïne, Othon dans L'Ecart

L'Étrangèreté - le naturel

Est-ce que tu me souviens ? - premier défrichage et quelques mots de Marianne Alphant

excuses - (absence de]

  • F

familiarité - détestation

Fendre l'air - "Que me veut cet at home obèse?", p.316 (Paul Verlaine - Parallèlement, «Laeti et errabundi»)

feuilletage - la lecture

fleur sur le plancher : expression que l'on retrouve dans plusieurs livres, qui s'avère être une référence à un livre de Starobinski sur les anagrammes de Saussure, aujourd'hui réédité.

folie - W en hôpital psychiatrique, surdétermination des Eglogues

Claude François et Lino Ventura : une comparaison

Front National - l'impossible débat, les raisons d'un vote

futilité - Roman roi

  • G

Les Garnaudes - des photographies

généalogie de la maison d'Espagne - Théâtre ce soir et Journal de Travers

goût paysan - dans Retour à Canossa

Julien Green - RC se présente à son fauteuil

Guibert, Hervé - L'Incognito, Quickly, surnom de Camus

  • H

habiter en poète - le château de Landogne

Hänon infréquentable

Hapax - et les chats, l'immobilité de la vieillesse

heure - précision dans le journal

Alfred Hitchock - The Lady vanishes

honte : tout confesser pour s'épargner la honte; RC ne s'excuse jamais

Houppermans, Sjef - l'écriture camusienneanalysée in Renaud Camus érographe

humiliation - les souvenirs d'enfance

Huttington - a tort d'avoir raison

hypertexte - cf Vaisseaux brûlés

  • I

île - diverses sources

L'Inauguration de la salle des Vents - premières pistes, chronologie et concordances des temps, la première phrase de Passage, plusieurs voix, fragments de phrases (phrases préférées), la plaque de bronze, compte rendu, les sources dans Vaisseaux brûlés, chien et chat, le peu profond ruisseau, leçon inaugurale au Collège de France, Lenz et Celan, Vania, la chienne très aimée, la temporalité

L'Invention de Morel de Adolfo Bioy Casarès dans L'Inauguration de la salle des Vents et Vaisseaux brûlés

  • J

jardinier -

je - les "je" du rang et les "je" plus avancés

je n'aime pas - la familiarité

Jeanne Bresciani

joie - le rire dans Tricks

journal - commenter les journaux en présence de RC, l'imposition de la forme à la vie quotidienne et les décalages temporels, «Ce qui n’a pas été écrit n’a pas été vécu.», sûr moyen de se faire haïr, une enquête sur la vie, l'auteur est-il un héros, la notation du dérisoire, catalyseur de souvenirs, cruauté du diariste

Journal d'un voyage en France - Ladore/Mont-Dore, Lucette, ''René'', Chateaubriand dans Ada de Nabokov, «Chantelle, ô Cantilia !», le château de Landogne, les cendres prisées pour de la coke, les photos de Denis

Journal de Travers - généalogie de la maison d'Espagne

Jounal romain - un concert

juif - définition de la race juive; obsession dans Travers, Roman Roi, Elégie de Budapest, Discours de Flaran, Du sens, Buena Vista Park; trois juifs paranoïaques

  • L

Patrice de la Tour du Pin - cité sur la SLRC, présent dans Corée l'absente

labrador - une raison de lire Renaud Camus

Ladore - dans Ada de Nabokov

Landogne - dans Echange, Journal d'un voyage en France et la chronologie

Valery Larbaud - selon Baetens

Jean-Marie Le Pen - article refusé par Têtu au moment de l' "affaire", l'impossibilité d'évoquer le Front National

légende - erreur Passage

Paul Léon - professeur, auteur d'un article sur le regard

Lenz - dans L'Inauguration

libraire - leur hostilité

l'amour des lieux - Vaisseaux brûlés

livres et lecteurs - leur rencontre impossible dans Loin ou Le Royaume de Sobrarbe

Loin - compte-rendu, la rencontre miraculeuse des livres et de leurs lecteurs

Pierre Loti - Carmen Sylva, sa maison de La Rochelle

Lucette - personnage de Ada de Nabokov, cité dans Journal d'un voyage en France;

  • M

Stéphane Mallarmé - le peu profond ruisseau

mariage - de Renaud Camus

matière de l'écriture

McCarthy, Mary - croire aux signes, la forêt des associations

mort - Vania, l'amour prouvé par la mort

musique - description d'une symphonie dans Roman Roi, concert à la Villa Médicis

  • N

le naturel - L'Etrangèreté répond à Outrepas et opinion de Barthes.

Vladimir Nabokov - Odon acteur dans "Evasion de Zembla"; Ladore/Mont-Dore dans Ada

Nom - leur importance dans les Eglogues

nuit - rendre la nuit arpentable

  • O

Orfeo, le dompteur sur les murs de Rome, sa famille

Onomastique - l'importance des noms dans les Eglogues . voir plus bas pour Roman Roi

Outrepas - Claude François et Lino Ventura, la censure (parler du Front National), pourquoi certains Français votent-ils Front National, laisser les autres faire le sale travail, les crétins des partis politiques, la sœur de RC trouve Vie du chien Horla sympa, le bonheur, le rôle de la SLRC, les amis du désastre, le naturel

  • P

P.A. - la nuit des autres

Pale Fire, de Nabokov - Odon acteur dans "Evasion de Zembla", préface de Mary McCarty

parti politique : l'entrée en politique, les crétins, un projet artistique

Passage - variation sur un ange, compte-rendu, critique d'Angelo Rinaldi, le tennis selon Marianne Alphant, la première phrase reprise dans L'Inauguration, des explications sur les premières pages, erreur dans la légende d'une photo

Passage de Milan de Michel Butor - thématique du reflet, de la réflection et de la transparence

Pepys, journal - "and then to bed" - Fendre l'air p.185

personnage - absence de dans les Eglogues, le personnage entre vie et écriture chez Blanchot et Camus

Plieux - le château, visite de la SLRC

pochette - Buena Vista Park et Têtu

poupée Barbie - hommage à Robbe-Grillet dans Loin

poussière d'ange

Marcel Proust - Les plinthes chocolat et le goût de Françoise

  • Q

"Que me veut cet at home obèse?" - Verlaine, Parallèlement, «Laeti et errabundi» : Fendre l'air p.316; Elégies pour quelques-uns, p.105

  • R

race juive - Du sens, définition

Raquel Welsh

Georges Raillard - Camus, comme Nabokov selon Sartre, aurait-il trop lu

Rannoch Moor - compte-rendu, le courage de ses rêves

reflet, réflection - incipit de Passage de Milan de Butor

regard - celui des homosexuels, des hétérosexuels, des femmes, sur les hommes

les reines - Victoria, Mary surnommée "le Dragon", Élisabeth II

Renaud Camus - portrait par la presse en 2000

René de Chateaubriand - dans Ada de Nabokov

rêve - le courage de ses rêves

Retour à Canossa - les souhaits, les mauvaises ondes, le journal, sûr moyen de se faire haïr, pourquoi lire Renaud Camus, le crépi et Proust, projet de traduction, compte-rendu, pas de siège réservé aux homosexuels

rhizome - Marcheschi cite Deleuze

Angelo Rinaldi - critique de Passage, critique de la critique dans Travers, Rinaldi critiqué par RC dans Vigiles, ce qui fut souligné par Braudeau

Alain Robbe-Grillet - hommage dans Loin

Roman Roi - les personnages. la reine Hélène, la reine Amélie, Hänon l'infréquentable,

Roman Roi - onomastique. Ladore, Tinit

Roman Roi - exergue. futilité et danse

Roman Roi - les cartes (dans Buena Vista park); quelques mots de Jan Baetens; compte-rendu, la Caronie

Roumanie - L'Amour l'Automne, Roman Roi, Outrepas

Raymond Roussel - sa mort à Palerme

peu profond ruisseau - la mort dans ''L'Inauguration]

  • S

Jean-Pierre Salgas - à propos de Renaud Camus

Rémi Santerre - Renaud Camus est Othon dans L'Ecart

secret - tout exposer pour s'épargner la honte

Sida - hommage aux aimés dans L'Inauguration de la salle des Vents

signes (croire aux) - préface de Mary McCarty

SLRC - son rôle, visite à Plieux

sœur de Renaud Camus : lit Vie du chien Horla

Sommeil de Personne - précision de l'heure, l'auteur ne sait pas s'expliquer

souvenirs des autres - Jean Puyaubert, Roman Roi, etc

Le stade de Wimbledon de del Guidice - allusion manquante dans Outrepas

subjonctif imparfait - un plaisir, non une obligation

surdétermination des Eglogues

Syntaxe - conférence en Sorbonne

  • T

Têtu: article refusé au moment de l' "affaire"

Théâtre ce soir : compte-rendu, généalogie de la maison d'Espagne , première annonce

traduire Renaud Camus - quelques notes, un projet, quelques mots de hollandais

transparence - incipit de Passage de Milan de Butor

Tricks - premier compte-rendu, la joie

  • V

Vaisseaux brûlés - stratégies de lecture, contraintes et avantages de la forme, la vieille demoiselle sur une armoire, Elégie pour quelques-uns en hollandais, The Lady vanishes, les lieux (poser le livre, Nohant, Kodaly, etc), les sources de L'Inauguration, habiter en poète, une vie tellement normale, Renaud Camus décrit par la presse en 2000

Valerio

Vania - la chienne très aimée, sa mort

Véhesse - hapax

Lino Ventura et Claude François : une comparaison

Paul Verlaine - Parallèlement, «Laeti et errabundi», "Que me veut cet at home obèse?" : Fendre l'air p.316; Elégies pour quelques-uns, p.105

La vie et l'écriture, le personnage - Blanchot contre Camus

une vie tellement normale - Jeanne Bresciani

Vie du chien Horla : la sœur de RC trouve ça sympa

vieillesse - l'immobilité gagne Hapax

Vigiles - critique d'un livre d'Angelo Rinaldi, la familiarité, critiqué par Michel Braudeau, Renaud Camus feuillette Barthes aux cabinets

Alfred de Vigny - son château de Maine-Giraud, sa réception à l'Académie française

Villa Médicis - par François Canovas

Vivre à découvert - tout exposer pour s'épargner la honte

  • W

What's in a name ? - Camus

les frères Wright

  • Z

Zembla - Zenda

Les anagrammes de Saussure

Le livre de Starobinski, Les mots sous les mots, est enfin réédité. Cette étude des anagrammes de Saussure est très importante pour la lecture des Eglogues.

Incipits

— Ça m'intéresse, ce que tu dis de la chronologie, je me doutais un peu de ça, que Passage pouvait bien n'être pas le premier livre...
— Le livre de Duparc n'est pas daté, et il porte seulement la mention 19 mars 19..., sans indication d'année. Et Duparc serait assez porté à prétendre à l'antériorité de son livre. Son grand argument dans ce sens, c'est que dans le paragraphe de Passage qui est constitué uniquement de premiers paragraphe de romans...
— Ah oui, Barthes a une vraie fascination pour les premières pages de roman...
— Oui. Eh bien, dans Passage, il y a un paragraphe qui n'est fait que de ça, d'incipit, de premières phrases de romans; et parmi ces phrases-là il y a la première phrase d' Échange''.

Renaud Camus, Journal de Travers, p.1071

J'ai donc recherché dans Passage la première phrase d' Échange, «Il y eut d'abord le parc». J'ai arrêté le paragraphe arbitrairement, en fonction des incipits que j'identifiais.

La centième première phrase, ma première première phrase. "So of course" wrote Betty Flanders, pressing her heels rather deeper in the sand, "there was nothing for ot but to leave". Il tenait une lettre à la main, il leva les yeux me regarda puis de nouveau la lettre puis de nouveau moi. L'été passait, un peu moins clair chaque jour. À peine franchie, sous les nuées, cette sombre ligne de faîte, tout le pays, en contrebas, dispense des reflets.
Dans la vitrine, une dizaine de jambes de femmes identiques sont alignées, le pied en haut, la cuisse sectionnée à l'aine reposant sur le plancher, le genou légèrement fléchi. Ah ! — La gondola, gondola ! "Yes, of course, if it's fine to morrow." Ce jeudi de commençant avril, de bonne heure. Il y eut d'abord le parc. Temps couvert. Rien. Le blanc fut donné comme présent (État). On imaginerait un monde chaotique. Elle marche, écrit Peter Morgan.
La carte postale représente une rangée de palmiers. Jaune et puis noir temps d'un battement de paupières et puis jaune de nouveau : l'une d'elle touchait presque la maison et l'été quand je travaillais tard dans la nuit assis devant le fenêtre ouverte je pouvais la voir ou du moins ses derniers rameaux éclairés par la lampe. Et la vue, les vues.

Renaud Camus, Passage, p.139 et suivant


J'ai repris les phrases et cherché les sources [1]

  • «La centième première phrase, ma première première phrase.» : pas reconnu. Mais est-ce un incipit, ou l'annonce des incipits à venir?
  • «"So of course" wrote Betty Flanders, pressing her heels rather deeper in the sand, "there was nothing for ot but to leave".» : Virginia Woolf, Jacob's room.
  • «Il tenait une lettre à la main, il leva les yeux me regarda puis de nouveau la lettre puis de nouveau moi.» : Claude Simon, La route des Flandres.
  • «L'été passait, un peu moins clair chaque jour.» : Tony Duvert, Paysage de fantaisie, version de 1971. Cette phrase est l'exergue d' Été (Travers II (1978)).
  • «À peine franchie, sous les nuées, cette sombre ligne de faîte, tout le pays, en contrebas, dispense des reflets.» : Jean Ricardou, Les lieux-dits.
  • «Dans la vitrine, une dizaine de jambes de femmes identiques sont alignées, le pied en haut, la cuisse sectionnée à l'aine reposant sur le plancher, le genou légèrement fléchi.» : Claude Simon, Orion aveugle (repris et étendu dans Les corps conducteurs).
  • «Ah ! — La gondola, gondola !» : Michel Butor, Description de San Marco.
  • «"Yes, of course, if it's fine to morrow."» : Virginia Woolf, To the lighthouse.
  • «Ce jeudi de commençant avril, de bonne heure.» : Raymond Roussel, Locus solus.
  • «Il y eut d'abord le parc.» : Denis Duvert, Échange (citation anachronique d'un livre non encore écrit. (ou...?))
  • «Temps couvert. Rien. Le blanc fut donné comme présent (État).» : pas reconnu.
  • «On imaginerait un monde chaotique.» : Claude Ollier, Été indien.
  • «Elle marche, écrit Peter Morgan.» : Marguerite Duras, Le Vice-consul.
  • «La carte postale représente une rangée de palmiers.» : pas reconnu. Est-ce encore un incipit, ou un retour à la narration? ("carte postale" et "palmier" sont deux mots agissants.)
  • «Jaune et puis noir temps d'un battement de paupières et puis jaune de nouveau» : Claude Simon, La bataille de Pharsale.
  • «l'une d'elle touchait presque la maison et l'été quand je travaillais tard dans la nuit assis devant le fenêtre ouverte je pouvais la voir ou du moins ses derniers rameaux éclairés par la lampe.»: Claude Simon, Histoires, repris plus tard dans L'Acacia. Glissement d'une rangée de palmiers sur une carte postale à une rangée touchant la maison, à cela près que la maison n'est pas plus "réelle" que les palmiers, carte postale ou pas.
  • «Et la vue, les vues.» : appartient à la première phrase de Passage.


Les titres retenus comporte souvent une notion de lieux, soit un nom de lieu, soit une dimension géographique (exception: Orion aveugle). Il faudrait vérifier l'incipit de Parcs, de Marc Cholodenko.
On remarque d'autre part l'importance de Virginia Woolf et Claude Simon et l'absence de Robbe-Grillet, qui joue un rôle si important dans Travers (à moins qu'un des incipits non identifiés proviennent d'un de ses livres).

Notes

[1] Je modifie et complète en fonction des indications des commentateurs. Merci à tous.

L'enterrement du solstice

« Fendue c’est par l’épouse, flavescente est le mot, nuit, pour cette béance en robe de chambre, ou mordorée, qu’on la verra initier d’un coup, seulement à quoi je vous le demande, sinon l’expressionnisme un rien outré de son perron – car n’ayant cure du gravillon tout le profit en va aux hortensias, permettez-moi de vous l’apprendre, mais pâle en leur odeur et de l’housche enivrée, enterrement du solstice oblige : pareil à l’agneau d’hécatombe, dès lors, y voici l’animal en silence introduit pas légers dans le corridor, s’il faut en juger par le poids, entre les bras de la solennité ; procession parmi l’ombre à mesure plus étroite (attention à la marche, décidément), vers la blouse blanche au fond d’où vient la raie, lunettes rondes ou si je m’abuse, et pas jeune, cerclées de fer sur le front, un homme de langue il en est chiche, n’épargnez rien, et donc très vite elle s’y réfracte, haut levée, entre les doigts de caoutchouc, impatienté de compétence, la seringue, loi du genre, et glaciale malgré la chaleur (brrrrrr…). »
Renaud Camus, L’Inauguration de la salle des Vents, p.57

Cet exemple fut donné par Matton de ce qu'il aimait, avec l'affirmation suivante «le livre aurait été meilleur, plus cohérent, plus fort, s’il avait été écrit tout du long de cette coulée.» Je veux démontrer que cette affirmation ne tient pas.

Pour commencer, lisons cet extrait en essayant d'oublier tous les renseignements donnés par ailleurs dans le livre, lisons-le comme si nous le découvrions hors de tout contexte et procèdons maladroitement à une explication de texte scolaire, telle qu'on en pratique (ou pratiquait) au lycée. (J’hésite un peu à procéder aussi ras-des-pâquerettes, cela risque d’être ennuyant, mais je ne sais argumenter sans m’appuyer sur un texte, il n’y a que le texte qui puisse servir de preuve à toute assertion).

Deux mots sont à éclaicir: "flavescente" (d'une couleur qui tire sur le blond, sur le jaune d'or) et "housche" (mot régional, orthographe ancienne de "ouche", terrain, généralement de bonne qualité, proche de l'habitation et enclos, servant de potager ou de verger ou de petit pâturage.)

Cela posé, j'ai essayé de recomposer la structure grammaticale du passage, afin de comprendre précisément ce qu’il veut dire. Je n'y suis pas réellement parvenue, j’ai fait dans l’à-peu-près :

Fendue c’est par l’épouse, flavescente est le mot, nuit, pour cette béance en robe de chambre, ou mordorée, qu’on la verra initier d’un coup, seulement à quoi je vous le demande, sinon l’expressionnisme un rien outré de son perron

Je propose :
- La nuit est fendue par l’épouse en robe de chambre. Qu’est-ce qui est flavescent, la nuit, l’épouse, la béance ? La béance, c’est la seule possibilité logique : la porte ouverte laisse passer la lumière, illumine la nuit.
- On verra l’épouse initier d’un seul coup la béance à l’expressionnisme un rien outré de son perron.
La lumière de l’embrasure éclaire le perron quand l’épouse ouvre la porte. (L’embrasure (la béance) prend connaissance du (est initiée au) perron. Lumière violente qui éclaire et aplatit les couleurs du perron (expressionnisme outré)
- seulement à quoi je vous le demande : l'interrogation peut être celle du narrateur, elle est celle du lecteur qui ne comprend pas de quoi il est question. Ton légèrement moqueur, qui invite à ne pas trop prendre au sérieux le ton mallarméen du reste: raconter, même un moment dramatique, est toujours un jeu. Ou : l'auteur se moque de son propre ton emphatique, il a du mal à conserver son sérieux durant le long de la rédaction de ce passage, il nous indique que c'est un jeu, il sait que c'est un jeu, il nous rappelle que c'est une variation stylistique, il empêche le texte de "prendre", de verser dans le pathos. Ou : l'auteur ne veut pas tomber dans le pathos, sa crainte bien connue des sentiments, du sentimentalisme, l'entraîne à glisser des éléments ironiques dans un récit aux images très travaillées.

sinon l’expressionnisme un rien outré de son perron – car n’ayant cure du gravillon tout le profit en va aux hortensias, permettez-moi de vous l’apprendre,

- L’expressionnisme est un rien outré, il n’est qu’un large aplat de couleurs, la lumière tombe sur les hortensias, éclaire violemment les fleurs en épargnant ou oubliant le gris du gravier (à moins que ce ne soit l'œil qui n'enregistre que les fleurs, les couleurs, en oubliant le gris du gravier)
- permettez-moi de vous l’apprendre : écho à seulement à quoi je vous le demande, écho inversé, puisqu'ici la réponse va être donnée tandis que tout à l'heure c'était une question qui était posée. Style parlé également avec le un rien outré: tout ici est légèrement forcé, y compris ou à commencer par le récit: les couleurs, la lumière, le récit, rien n'est naturel.

mais pâle en leur odeur et de l’housche enivrée, enterrement du solstice oblige

cela peut être aussi bien la femme que la nuit qui soit pâle et enivrée. Je penche pour la nuit, car c’est le solstice, solstice d’été puisqu’il y a des hortensias, ce qui expliquerait une nuit « pâle ».

pareil à l’agneau d’hécatombe, dès lors, y voici l’animal en silence introduit pas légers dans le corridor, s’il faut en juger par le poids, entre les bras de la solennité ; procession parmi l’ombre à mesure plus étroite (attention à la marche, décidément), vers la blouse blanche au fond d’où vient la raie,

Ici la lecture est directe : de la lumière du perron à l’ombre du couloir vers une raie de lumière, un animal est porté (léger ou lourd ? plutôt léger). Vocabulaire très solennel, impression quasi mystique brutalement interrompue par (attention à la marche, décidément) : retour aux réalités terrestres après le vocabulaire pascal. De nouveau l'ironie, l'impossibilité de prendre cette procession solennelle tout à fait au sérieux, par ricochet le vocabulaire très solennel devient légèrement ironique (? est-ce sûr? en tout cas, possible). De même, les bras de la solennité sont ceux de celui qui raconte la scène : autodérision. Impression de tableau, de peinture: d'abord l'expressionnisme, maintenant les règles de la perspective (l'ombre à mesure plus étroite). La blouse blanche évoque l’univers médical.

vers la blouse blanche au fond d’où vient la raie, lunettes rondes ou si je m’abuse, et pas jeune, cerclées de fer sur le front, un homme de langue il en est chiche, n’épargnez rien, et donc très vite elle s’y réfracte, haut levée, entre les doigts de caoutchouc, impatienté de compétence, la seringue, loi du genre, et glaciale malgré la chaleur (brrrrrr…).

Un homme vieux, taciturne, impatient et compétent, avec des lunettes cerclées de fer sur son front (et non sur ses yeux) et des gants, tenant une seringue qui réfracte la lumière.
- loi du genre : on est dans le cliché
- n’épargnez rien : urgence, heure grave, inquiétude. Inquiétude prise en compte puisque donc très vite
- glaciale malgré la chaleur : là encore cliché, souligné par le « brrrrr ».
« brrrrr » : dernier mot du passage. L'ironie ne peut être niée, mais une ironie peut-être pas si ironique finalement: il est bel et bien glaçant d'observer ce médecin la seringue à la main. L’image du médecin seringue à la main évoque film et livres (je m’abuse = Mabuse)

L'extrait est entièrement bâti sur les contrastes. Il n'y a pas progression, mais apposition des images et des styles. Nulle progression ici : lumière, noir, blanc (lumière et nuit sur le perron, obscurité du couloir, lumière et blancheur dans la salle du fond), femme en robe de chambre, homme en blouse blanche, froid et chaleur. Contraste entre le vocabulaire du début du passage, lyrique, mystique, et celui de la fin, scientifique, matérialiste. Ironie introduite dans le cours du récit par des expressions du langage parlé au milieu d'un texte très solennel sur lequel plane une inquiétude, sans que l'on sache si l'auteur se moque de lui-même ou du lecteur. Impression nette de deux mondes correspondant aux deux parties du paragraphe : d'une part la nature et le noir, accueillants (chaleur, parfum), d'autre part la médecine et le blanc, effrayants même si c'est ce qui doit sauver (froideur et compétence) . Entre les deux, un couloir sombre et étroit.

Ce passage n'est pas si évident à simple lecture, il demande un décryptage patient (pour ceux qui n'ont pas lu le livre: la scène raconte l'arrivée de Camus chez le vétérinaire à la tombée de la nuit, le 21 juin 1995, un chien en catalepsie dans les bras. On le comprend par la reconstitution du puzzle que constitue le livre). D'ailleurs je me suis inquiétée, était-il normal de tant peiner à comprendre ? J’ai ressorti mes tableaux de lecture de L’Inauguration : le style de ce passage est dit « sibyllin ». Il est volontairement obscur et elliptique. Je ne peux imaginer ce qu’aurait donné un livre entier écrit dans ce style. Je doute qu’on y aurait compris quelque chose. En tout cas, le livre n’en aurait été ni meilleur, ni plus cohérent, ni plus fort. En particulier, l'ironie sous-jacente qui souligne l'emphase de cet extrait aurait nui à la nostalgie du récit, à l'hommage à la mémoire d'un ami que constitue le livre tout entier.


PS : j’ajoute concernant ce passage, hors analyse, mais pour mon plaisir de lecteur : « pas légers dans le corridor », c’est Toulet, et le docteur à la seringue, c’est autant Mabuse que Robbe-Grillet (Projet pour une révolution à New-York, etc) -> retour aux Eglogues. Ce texte n'échappe pas au jeu des références intertextuelles.

Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.