Véhesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Billets qui ont 'Rome 1630' comme oeuvre littéraire.

lundi 21 juillet 2008

Le baroque et l'illusion

Il est hors de doute que l'illusion, et l'expérience de la désillusion, jouent un rôle déterminant dans la conscience du XVIIe siècle. Mais cela ne permet pas de caractériser le baroque, car le plus important n'est pas si l'on a ou non le «sens» de telle réalité, c'est la manière d'y réagir. Or, de ce point de vue, on peut distinguer plusieurs modes d'être. Par exemple, conscience prise de l'illusion, on peut avoir tendance à se leurrer toujours plus, dans l'étourdissement d'une fête, dont le lendemain sera, soit la contrition ascétique, soit ce redoublement de la mise, cet héroïsme du pur paraître qui est le «courage» de Don Juan. Et ainsi nous retrouvons face à face l'ascète et le libertin. Mais le baroque n'est ni l'un ni l'autre de ces deux mouvements de la conscience, ce serait plutôt leur fusion. Disons que la conscience «baroque» accepte l'illusion comme telle et en fait la donnée fondamentale avec quoi il s'agit, non de se résigner au néant, mais de produire de l'être. La désillusion baroque (berninienne) est ainsi le moment déjà positif par lequel le néant aperçu se reconvertit en présence (cf. le mouvement hélicoïdal des colonnes torses). Nous ne sommes que ce masque, oui, mais le masque en tant que masque, cela peut être du réel, puisque Dieu fait de l'être avec du néant. Point besoin de courage ou de vertu, mais de foi. Le bien baroque n'est pas le contraire du mal, mais celui du doute. Il faut même que la vie se révèle bien comme un songe pour que, dans l'écroulement des fausses preuves, apparaisse glorieusement la nécessité de la grâce.

Yves Bonnefoy, Rome 1630, Flammarion 1970, note 22, p.179

La famille Barberini

Principaux membres de la famille: Maffeo Barberini, d'abord, devenu pape sous le nom d'Urbain VIII. Né à Florence en 1568, il est à Rome définitivement à partir de 1617, et il est élu à la succession de saint Pierre en 1623, le 6 août, à l'âge de 55 ans. — Il nomme alors cardinal son neveu Francesco, âgé de 26 ans, et un an plus tard son frère Antonio, qui est moine capucin. Ce dernier sera le cardinal de S. Onofrio, à ne pas confondre avec le suivant. Car Urbain VIII élève aussi à la dignité de cardinal, en 1627, son autre neveu Antonio, âgé de 19 ans, cependant qu'il fait de son autre frère Carlo, homme d'affaires, le commandant en chef de ses forces terrestres et navales. Carlo meurt en 1630, et c'est l'occasion des bustes du Bernin. Lieutenant-général sous les ordres de Carlo était son fils Taddeo (20 ans au moment de l'élection) qui lui succède. Il est nommé préfet de Rome en 1631, avec renouveau de cette antique fonction. C'est Taddeo que son oncle chargea de rénover le palais acheté aux Sforza aux Quatre-Fontaines. Sur la famille Barberini, cf. Haskell, op. cit., ch. 2, Pope Urban VIII and his entourage, pp. 24-62. Et R. Pecchiai, I Barberini, Rome, 1959.

Yves Bonnefoy, Rome 1630, Flammarion 1970, note 8, p.173

À retenir

Index

Catégories

Archives

Syndication



vehesse[chez]free.fr


del.icio.us

Library

Creative Commons : certains droits réservés

| Autres
Les billets et commentaires du blog vehesse.free.fr sont utilisables sous licence Creatives Commons : citation de la source, pas d'utilisation commerciale ni de modification.