C'était on ne peut plus contraire à la tradition, qui dans toutes les vieilles langues tend toujours à l'amuïssement, et au poli progressif du galet. Le point d'honneur culturel, auparavant, avait consisté à savoir prononcer les mots au mot par mot, en tenant compte à chaque fois de leur passé particulier, de leur étymologie et du détail de leur histoire, y compris de leur histoire orthographique. [...] «Ce n'est pas dans les froids pastiches des écrivains d'aujourd'hui, dit le narrateur de La Recherche, qu'on retrouve le vieux langage et la vraie prononciation des mots, mais en causant avec une Mme de Guermantes ou une Françoise. J'avais appris de la deuxième (la servante de la famille), dès l'âge de cinq ans, qu'on ne dit pas le Tarn, mais le Tar, pas le Béarn, mais le Béar.[...]» [...] Ces questions-là n'ont l'air de rien en fait leurs enjeux idéologiques sont considérables; et leurs enjeux historiques itou, car il ne s'agit de rien de moins, comme toujours, que de la réécriture permanente de l'histoire. Descendons-nous des Gaulois? Plutôt des Celtes ou plutôt des Francs? Quelles époques et quelles circonstances doivent-elles absolument ressortir Vercingétorix de son trou? Lesquelles ne sauraient se passer de Jeanne d'Arc? Et lesquelles d'Olympe de Gouges? Après le retour en grâce inespéré de Clovis, est-ce que Pharamond a ses chances?…

Renaud Camus, Le département du Gers, Chemins à Mauroux

La tendance "millénariste" à l'amuïssement ne me semble pas nier que la langue d'oc soit l'une des origines du français. Elle énonce simplement que ce n'est pas la langue d'oc qui a été retenue comme modèle du français classique.