Comme nous étions bien , dans notre jolie chambre au George Hotel, face à la Tay! Renaud Camus, dernière phrase de Rannoch Moor

*** Ah tant de promenades de ma jeunesse, écrit-il aussi, tant d'après-midi d'été, où ces mots me furent de compagnie fidèle: sur la colline enchantée, couronnée d'une fausse ruine, qui dominait Perth et d'où l'on voyait, des bord d'une abrupte falaise (le ms. porte ici illustre, mais c'est certainement l'effet d'une distraction: le grand rocher qui domine le fleuve, après sa sortie de la ville, le surplombe de deux ou trois cents pieds, j'ai pu moi-même m'en assurer lors d'une récente visite en ces parages (très agréable séjour au George Hotel, en plein centre)), la Tay****, large et lente, se diriger vers l'orient et la mer (1961-1963 : Joies de la chair et joie des sens, Qu'un autre s'il lui plaît vous condamne); [...]»
Jean-Renaud Camus, deuxième page (p.14) de Été