Tout imbécile confronté à une bibliothèque d'une certaine ampleur devra absolument demander, s'il veut être en accord avec son personnage :
«Mais vous avez vraiment lu tout ça ?»
À quoi bien sûr il convient de répondre, avec le plus grand sérieux :
«Oh non, non, c'est purement décoratif...»

Renaud Camus, Rannoch Moor, p.583

(Cela présente un petit côté Flaubert ou Daninos.)


La dernière fois qu'on m'a demandé «Mais vous avez vraiment lu tout ça ?», j'ai répondu : «À peu près la moitié, je pense».


Le problème, c'est que je ne me souviens de rien.
C'est une question que je me pose : ces livres dont je ne me souviens pas, quelles traces ont-ils laissé en moi, ont-ils réellement disparu, ou reste-il un substrat, une lie, un tanin, teintant mon cerveau comme le thé les théières?

(Et j'imagine les parois de mon cerveau culottées comme une vieille pipe, ayant fumé trop de livres.)